Si le sélectionneur de l'Irlande du Nord Billy Bingham entretenait des doutes quant au fait de lancer Norman Whiteside, qui venait de fêter ses 17 ans, à la Coupe du Monde de la FIFA, Espagne 1982™, ils ont été balayés par les prestations de l'adolescent lors du stage de préparation. Impressionnant physiquement malgré son jeune âge, Whiteside faisait surtout preuve de maturité.

Mais c'est avant tout un but exceptionnel marqué à l'entraînement face au gardien Pat Jennings, l'un des meilleurs de l'époque à son poste et âgé de presque 20 ans de plus que lui, qui a définitivement permis à Whiteside de gagner sa place en sélection. "On n'est pas nombreux à avoir vu ce but", explique l'ancien joueur de Manchester United à FIFA.com. "Il ressemble au but de la victoire que j'ai inscrit contre Everton en finale de la FA Cup 1985. J'ai profité de la présence d'un défenseur devant moi pour déclencher mon tir alors Pat Jennings était masqué. La balle a décrit une trajectoire enveloppée et Pat est parti trop tard pour pouvoir l'arrêter."

Plus de doutes : Whiteside était prêt à faire ses débuts en sélection. À 17 ans et 41 jours, il allait devenir le joueur le plus jeune de l'histoire à participer à la Coupe du Monde, améliorant un record détenu jusque-là par le triple champion du monde Pelé depuis Suède 1958.

Le joueur
Originaire de Shankill Road, dans une banlieue ouvrière de Belfast, Whiteside a d'abord tapé dans l'œil de l'historique recruteur de Manchester United Bob Bishop, qui avait déjà découvert deux autres Nord-Irlandais, George Best et Sammy McIlroy. Après avoir signé à Old Trafford, l'attaquant fait ses débuts avec United à l'âge de 16 ans, en fin de saison 1981/82. Deux jours après avoir célébré son 17ème anniversaire, il marque dès sa première apparition à Old Trafford et détient toujours le record du plus jeune joueur à avoir inscrit un but avec les seniors de Manchester United.

Après être devenu le plus jeune joueur à jouer en Coupe du Monde et été titularisé à chacun des cinq matches disputés par l'Irlande du Nord à Espagne 1982, Whiteside est encore présent quatre ans plus tard à Mexique 1986. Dans l'intervalle, il remporte deux FA Cups avec les Red Devils, inscrivant notamment le but évoqué plus haut dans la prolongation de la finale 1985 contre Everton.

En 1989, il rejoint Everton mais en raison d'une grave blessure, il doit mettre un terme à sa carrière de façon prématurée, en 1991, à l'âge de 26 ans. Il se reconvertit alors dans la podologie et ouvre son propre cabinet à Manchester, tout en continuant à rendre des services d'hospitalité à Old Trafford, fonction qu'il exerce toujours.

Le record
Courageux, doué techniquement et doté d'une frappe puissante et précise, Whiteside parvient à convaincre le sélectionneur de l'Irlande du Nord, Billy Bingham, de l'emmener en Espagne. Bingham, qui a participé avec l'Irlande du Nord à la Coupe du Monde 1958, a d'abord en tête de l'utiliser comme un joker. "Je me disais qu'il serait une bonne option de rechange, mais je ne pensais absolument pas le titulariser. Nous avons fait un stage de deux semaines à Brighton et il a été véritablement au-dessus du lot", racontait Bingham en 1986. "C'est lors de la deuxième semaine que j'ai pris la décision de l'inclure dans mon onze de départ. À 17 ans, il avait la maturité d'un joueur de 26."

Whiteside fait donc ses débuts en Coupe du Monde, à l'âge de 17 ans et 41 jours, contre la Yougoslavie à Saragosse. Il sera titulaire dans tous les matches de l'Irlande du Nord à cette Coupe du Monde, y compris à l'occasion de la victoire historique 1:0 contre l'Espagne, pays hôte, à Valence, succès synonyme de qualification surprise pour le deuxième tour.

Les souvenirs

Norman Whiteside, ancien attaquant de l'Irlande du Nord

"J'ai entendu parler pour la première fois de ma possible convocation en équipe d'Irlande du Nord pour la Coupe du Monde 1982 par Jim McGregor, qui était le kinésithérapeute à la fois de Manchester United et de l'Irlande du Nord. Il m'avait dit que le sélectionneur Billy Bingham était allé voir jouer la réserve de Manchester plusieurs fois pour me superviser. L'entraîneur des juniors à United, Eric Harrison, m'avait lui aussi dit plusieurs fois que si je continuais à bien travailler, j'avais une chance d'aller en Espagne avec l'Irlande du Nord. Je ne faisais pas trop attention à tous ces commentaires, mais ensuite j'ai reçu la lettre officielle. Elle a été envoyée à Manchester United et disait que j'étais convoqué pour la Coupe du Monde."

"À ce moment-là, je ne savais pas que j'allais être titulaire. J'étais déjà très fier de faire partie de l'effectif, mais ça ne m'a pas empêché de donner le meilleur de moi-même dans le stage de préparation. Quand j'ai appris que j'allais faire mes débuts en équipe nationale, je l'ai accepté sans me prendre la tête. D'autres personnes semblaient plus nerveuses que moi. Les anciens - Martin O'Neill, Pat Jennings, Sammy McIlroy - m'ont souhaité bonne chance avant le match, mais je crois qu'ils savaient déjà que j'allais supporter la pression. Je me souviens avoir chanté l'hymne national avant le match. J'ai aussi pris un carton, ce qui fait que je suis le plus jeune joueur à avoir été averti en phase finale de Coupe du Monde !"

"Battre le record de Pelé était quelque chose de fantastique. Je me souviens que des journalistes du monde entier venaient me poser des questions. Beaucoup d'entre eux parlaient dans leur langue natale et moi, j'essayais de répondre dans la mienne. Entre-temps, j'avais souvent oublié la question !"