Membre de la génération dorée du football français victorieuse de la Coupe du Monde de la FIFA™ à domicile en 1998, David Trezeguet est entré dans la légende en inscrivant le but en or qui a permis aux Bleus de remporter l’UEFA EURO deux ans plus tard. L’ancien attaquant de la Juventus et de Monaco, dont les racines se partagent entre deux terres traditionnelles de ballon rond, l’Europe et l’Amérique du Sud, estime qu’il est temps désormais pour une nouvelle région de s’inviter sur le devant la scène.

"J’ai pu observer au Qatar une excellente organisation et nous pouvons nous attendre ici à quelque chose de grandiose en 2022, non seulement pour le Qatar, mais pour le monde arabe dans son ensemble", a confié Trezeguet à  www.sc.qa au cours d’une visite dans les bureaux du Comité Suprême pour la Livraison et l’Héritage (SC), à Doha. "Les projets actuellement en cours ici, dans un pays en développement permanent, sont extraordinaires. C’est pourquoi ma présence était importante afin d’apporter mon soutien à ce projet unique."

L’ancien buteur tricolore a pu voir à l’œuvre cette semaine quelques-uns des meilleurs jeunes joueurs de la planète, lors de l’Al Kass International Cup, un tournoi rassemblant certains des plus grands clubs U-17 au monde. L’occasion pour lui d’observer les efforts de l’Aspire Academy pour constituer un réservoir de joueurs qataris talentueux capables de rivaliser avec les meilleurs.

L'Asie, terre d'avenir
"Nous avons déjà eu un avant-goût, grâce aux jeunes joueurs de ce tournoi de ce qui nous attend lors de la Coupe du Monde", témoigne Trezeguet. "C’est important pour le Qatar de mettre en valeur ses meilleurs talents et de leur offrir l’opportunité de montrer ce qu’ils savent faire. L’Aspire Academy effectue un travail extraordinaire, mais il y a encore une marge de progression, le football qatari continue de se développer."

Malgré ses racines sud-américaines - il a grandi à Buenos Aires - et son attachement naturel à l’Europe - la France, qui l’a vu naître, et l’Italie, où il a effectué le gros de carrière avec la Juventus -, Trezegol estime que le futur de la discipline se situe plus à l’Est.

"L’Asie représente l’avenir du football", affirme celui qui a effectué sa dernière saison à Pune City, en Inde. "Ils investissent beaucoup d’argent en Chine pour attirer de grands joueurs et faire grandir le football dans la région. Ces joueurs seront des modèles pour les jeunes joueurs et les générations à venir."

"C’est une évolution intéressante et le temps nous dira dans quelle mesure cette stratégie a porté ses fruits", poursuit Trezeguet. "Le football indien est en retard par rapport à d’autres. Le football n’est toujours pas le sport le plus populaire du pays, mais la marge de progression est grande. La Chine s’investit de belle manière dans le football et je pense que l’Inde pourrait prendre la même direction à l’avenir."