• Marcus Berg est le meilleur buteur suédois des qualifications pour Russie 2018
  • La Suède a fini deuxième du Groupe A et affrontera l'Italie en barrage
  • À 31 ans, Berg rêve de disputer sa première Coupe du Monde

Alors qu'un journaliste néerlandais lui demandait si la Suède pouvait battre le Luxembourg 8:0, Dick Advocaat en a presque rigolé. L'entraîneur des Pays-Bas n'imaginait pas les Scandinaves capables de l'emporter sur un score aussi large. Quelques jours plus tôt, les Luxembourgeois avaient tenu la France en échec (0:0). 

Mais Advocaat avait compté sans la forme étincelante de Marcus Berg. L'attaquant avait trouvé le chemin lors de chacune de ses deux dernières sorties avant d'affronter le Luxembourg. Avec son club, Al Ain, il restait sur trois bus en trois matches. Et grâce à son quadruplé, la Suède a obtenu le résultat qu'Advocaat avait balayé d'un revers de la main un peu plus tôt. La Suède assurait ainsi sa qualification pour les barrages, grâce à une différence de buts désormais largement favorable.

"C'était la première fois que je marquais quatre buts dans un match avec l'équipe nationale. C'était fabuleux", savoure le héros au micro de FIFA.com. "Jouer un match pareil chez moi, dans un mon pays, devant un stade plein et sous les yeux de toute ma famille, c'est le plus beau des souvenirs."

C'était aussi l'occasion de célébrer sa 50ème sélection pour l'attaquant de 31 ans, qui a dû attendre les qualifications de Russie 2018 pour sortir enfin de l'ombre de Zlatan Ibrahimovic et s'imposer comme le buteur attitré de la Suède. "Ces deux dernières années ont été les meilleures pour moi, en sélection", reconnaît Berg. "Quand Ibrahimovic a pris sa retraite, je n'ai pas ressenti de pression particulière. Mais je fais effectivement partie des joueurs les plus expérimentés. J'ai donc dû me mettre en avant quand Zlatan et d'autres joueurs nous ont quittés après l'Euro 2016."

  • Marcus Berg en chiffres
    51 sélections, 18 buts
    8 buts en 9 matches dans les qualifications pour Russie 2018
    7 clubs dans 5 pays : Suède, Pays-Bas, Allemagne, Grèce et Emirats Arabes Unis
    0 matches en Coupe du Monde de la FIFA™

"Je pense qu'on peut apprendre de toutes ses expériences dans la vie, sur le terrain comme en dehors", explique Berg à propos des différentes étapes de sa carrière, dont ses passages à Hambourg et au Panathinaïkos. "J'ai beaucoup progressé en jouant dans différents pays et en pratiquant différents styles de jeu, et je suis très heureux aujourd'hui à Al Ain."

A l'âge de maturité, Berg est épanoui au sein d'une formation suédoise ragaillardie par l'arrivée de Janne Andersson sur le banc. "Le sélectionneur a une idée très précise du jeu qu'il veut nous voir pratiquer", poursuit l'attaquant lorsque l'on évoque ce technicien méconnu. "Il fait en sorte de confier des responsabilités à chacun au sein du groupe. Cette situation nous pousse à toujours donner le meilleur de nous-mêmes, en toutes circonstances. Nous sommes heureux et fiers de ce que nous avons accompli jusqu'à maintenant."

Avant de composter son billet vers la Russie, il reste cependant un dernier obstacle à franchir... et non des moindres ! Marcus Berg ne sait que trop bien que son équipe n'aura pas la faveur des pronostics au moment d'affronter l'Italie en barrage. Mais le buteur suédois se dit convaincu que l'exploit est à portée de main. "Les Italiens sont favoris, mais nous avons un bon pressentiment. Nous sommes certains d'avoir notre place en Coupe du Monde", assure-t-il. "Si nous y arrivons, nous aurons réalisé notre rêve. Comme beaucoup de mes coéquipiers, je repense souvent à la Coupe du Monde 1994 et à la troisième place de la Suède. Nous aimerions offrir d'autres moments de bonheur comme celui-ci à nos compatriotes, des moments dont ils parleront encore dans plusieurs années."