• Les États-Unis bien placés pour s'adjuger le dernier ticket pour la Russie
  • Tout se jouera à Trinité-et-Tobago, comme en 1990
  • Le Panama et le Honduras à l'affût du moindre faux pas

Alors que le long roman des préliminaires de la CONCACAF pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, entamé le 22 mars 2015 à la Barbade, ouvre son ultime chapitre, plusieurs intrigues restent en suspens.

Si Mexicains et Costaricains feuillettent déjà les guides touristiques russes, une place directement qualificative pour l'épreuve mondiale reste à attribuer, ainsi qu'un accessit pour les barrages intercontinentaux. Après un terrible passage à vide, les Américains ont renoué avec le succès vendredi 6 octobre, ce qui leur permet d'aborder cette dernière journée en position de force. Toutefois, Panaméens et Honduriens restent en embuscade, dans l'attente d'un nouveau coup de théâtre.

Les trois équipes peuvent encore décrocher l'une des deux places qualificatives pour la suite ou repartir les mains vides. FIFA.com vous propose un aperçu des forces en présence avant ce final haletant.

Le programme de la Journée 10
10 octobre
Honduras - Mexique
Panama - Costa Rica
Trinité-et-Tobago - États-Unis

L'affiche
Trinité-et-Tobago - États-Unis, Stade Ato Boldon, Couva, 20h (heure locale)

Il y aura 28 ans de cela le mois prochain, les États-Unis s'étaient rendus à Trinité-et-Tobago pour un match qui allait changer l'histoire du football au pays des Stars and Stripes. Absents depuis quatre décennies de la scène mondiale, les Américains ont mis un terme à leur longue traversée du désert grâce à un but de Paul Caligiuri. Dans la foulée, le soccer a retrouvé une seconde jeunesse aux États-Unis.

Depuis, les Américains n'ont plus manqué une édition de la Coupe du Monde. Seules six nations ont fait preuve d'une plus grande régularité en qualifications. Mais aujourd'hui, cette belle série est en danger. Sans les performances inspirées de Christian Pulisic et Jozy Altidore contre le Panama, la situation aurait pu être plus critique encore. En effet, les États-Unis n'ont pris que deux points en trois matches depuis le dernier duel face aux Soca Warriors.

Un succès leur garantirait d'être du voyage en Russie, tandis qu'un nul aurait pratiquement le même effet, compte tenu de leur différence de buts largement favorable. De son côté, Trinité-et-Tobago reste sur six défaites consécutives dans ce tournoi Hexagonal. Pourtant, la sélection insulaire tient là une occasion unique de prendre sa revanche sur cette défaite historique, qui a retardé ses propres débuts en Coupe du Monde de 16 ans.

Les autres affiches
L'égalisation in extremis de Kendall Waston samedi a confirmé le retour du Costa Rica en phase finale. Pour tenter de décrocher enfin sa première qualification, le Panama devra donc venir à bout d'une équipe qui jouera uniquement pour l'honneur. Les Canaleros devront s'imposer à tout prix à Panama City, sous peine de voir leurs derniers espoirs d'accession directe s'envoler en fumée. Il leur suffira en revanche d'imiter le résultat du Honduras (sauf très lourde défaite face aux Ticos ou carton des Catrachos à San Pedro Sula) pour gagner le droit d'affronter le représentant asiatique en barrage.

Les Honduriens, quant à eux, regretteront longtemps l'égalisation concédée à San José à la 94ème minute. Sans elle, ils seraient aujourd'hui à égalité de points avec les États-Unis. Il leur faudra donc miser sur les contre-performances de leurs rivaux pour fêter une troisième qualification consécutive. Une victoire sur le Mexique leur permettrait en théorie de prétendre à la troisième place, mais leur sort dépend désormais d'autres résultats.

Le joueur à suivre
Alberth Elis (Honduras)

Le Mexique a encore prouvé contre Trinité-et-Tobago qu'il ne manquait pas d'arguments offensifs. Le Honduras, qui n'a concédé qu'un but de moins que la lanterne rouge, sera certainement contraint de miser sur l'offensive pour exister face à El Tri. Auteur de trois buts en deux matches de MLS sous les couleurs de Houston Dynamo, Elis aura à cœur de se distinguer. Actuellement prêté par Monterrey, il pourrait faire d'une pierre deux coups en préservant les espoirs de qualification des Catrachos.

Entendu...
"L'équipe est abattue. Nous allons nous reposer, réfléchir et préparer le prochain match. L'essentiel, c'est que nous restons maîtres de notre destin" - Felipe Baloy, défenseur du Panama, après la défaite face aux États-Unis