Suivez nous sur
2018 Coupe du Monde de la FIFA™

Deux amoureux de foot bouclent la boucle après trois décennies

(FIFA.com)
  • Roberto "Beto" Granados a manqué un match du Mexique au deuxième tour de la Coupe du Monde de la FIFA 1986™ pour assister à la naissance de son fils
  • L’an prochain, il aura la chance d’assister en personne au match d’ouverture de la Coupe du Monde de la FIFA 2018™
  • Roberto et Beto vont certainement prolonger leur séjour pour voir jouer El Tri* *

Nous sommes le 15 juin 1986. Roberto "Beto" Granados est sur le point de réaliser le rêve de toute une vie. Le Mexique affronte la Bulgarie au deuxième tour de la Coupe du Monde de la FIFA et il est prêt à donner de la voix pour encourager son équipe depuis les tribunes du stade Azteca.

Le sort en décidera autrement. "C’était vraiment un joueur à part pour nous", se souvient Beto. "Le Mexique jouait une place en quarts de finale et on fêtait aussi la fête des pères. Puis le scénario a déraillé."

"Dans la matinée, alors que j’attends tout le monde pour me chanter ‘Las Mañanitas’, qui est la chanson traditionnelle de la fête des pères au Mexique, ma femme me dit qu’elle ne se sent pas bien, que quelque chose n’est pas normal", raconte Beto. "Je remarque que mon ventre s’est durci", se rappelle sa femme, Leticia. "Forte de l’expérience de la naissance de mon premier enfant, je sais qu’il s’agit de contractions. Je ne veux pas lui gâcher la journée, mais je dois lui signaler."

Le temps semble alors s’arrêter. Pendant cette période d’attente marquée par l’incertitude, Beto est partagé entre deux sensations. "Quand j’ai compris que j’allais rater le match et qu’on m’a dit que je devais rester là, franchement, j’ai été énervé", reconnaît-il. "Dans un premier temps, j’avais du mal à l’accepter. Je n’arrivais pas à y croire. Je lui disais : ‘Et mon cadeau alors ? C’est la fête des pères ! Laisse-moi aller au match !’. Mais il s’est avéré que je devais assister à quelque chose de plus urgent : la naissance de mon fils."

Pour Leticia, ça n’a pas été facile non plus. “Je voulais lui dire : ‘Va au match !’. Je lui ai fait comprendre qu’il pouvait aller au match sans problème, mais il ne voulait pas l’entendre", explique-t-elle. "J’insistais : 'Va au match, va au match !!!’. Mais il ne lâchait pas et disait qu’il n’irait nulle part. On a une mode de communication et de compréhension mutuelles. C’est à ce moment-là qu’il m’a bien fait comprendre ce qu’il ressentait. C’est là que j’ai réalisé qu’il allait rester à mes côtés."

Trente ans plus tard…
Trente-et-un ans après ce jour-là, la campagne "Bring Someone Special" (Venez avec quelqu’un de spécial) a été lancée lors de la Coupe des Confédérations de la FIFA, Russie 2017. Le fils de Beto, Roberto, qui partage le nom et la passion pour le football de son père, repère la publicité pour la campagne à la télévision. Immédiatement, il pense à cette "personne spéciale" qui mériterait sa place pour le match d’ouverture de la Coupe du Monde de la FIFA 2018.

"J’ai toujours voulu renvoyer l’ascenseur à mon père pour tout ce qu’il a fait pour moi et notamment lui permettre de réaliser le rêve qu’il avait dû abandonner en l’espace de quelques secondes. Avec cette démarche, je lui offre l’opportunité de vivre la Coupe du Monde. Je ne conçois pas de meilleur moyen que d’y aller ensemble. C’est vraiment un rêve qui se réalise de pouvoir aller à la Coupe du Monde de la FIFA en Russie."

Plus de 13 000 fans représentant plus de 150 pays ont tenté leur chance, mais c’est la famille Granados qui a remporté les précieux sésames. "La Coupe du Monde de la FIFA est un événement magique. Il s’agit de la célébration suprême du football, mais cela va au-delà de l’action qui se déroule sur le terrain", indique Jean-François Pathy, directeur des Services marketing de la FIFA.

"Les histoires comme celle-ci, dans lesquelles la Coupe du Monde de la FIFA et le football se retrouvent au cœur d’un lien familial extraordinaire, constituent l’essence même de notre sport" ajoute-il. "Nous sommes fiers et enchantés d’accueillir Roberto et son père en Russie l’an prochain. Et nous avons hâte de partager d’autres anecdotes aussi incroyables par le biais de l’initiative Bring Someone Special de la FIFA."

Les deux Roberto ont tissé un lien fort grâce à leur amour indescriptible du beau jeu. Ils se retrouvent à un pas de clôturer sur une bonne note leur expérience de 1986.

"Mon père représente tout pour moi", explique Roberto Granados junior avant de conclure : "C’est grâce à lui que je suis devenu la personne et le passionné de football que je suis. Il m’a enseigné absolument tout ce que je sais. Il est l’incarnation même de l’amour, des valeurs de la famille, du courage, de la sagesse et de la sérénité. C’est mon modèle, mon vrai modèle. J’irais même jusqu’à dire que c’est mon héros."

Articles recommandés

Coupe du Monde de la FIFA™

Les trésors de Mexique 1986 au Musée

27 juin 2016

Coupe des Confédérations de la FIFA

"Venez avec une personne spéciale"

17 juin 2017