• Le Mexique a souffert deux tremblements de terre au cours du mois de septembre
  • Les dégâts matériels et humains sont très élevés
  • Le point sur quelques initiatives lancées par le football mexicain

Le mois de septembre 2017 restera gravé à jamais dans l’histoire du Mexique. Deux tremblements de terre, l’un au cœur du pays et l’autre au sud-est, ont provoqué l’une des crises humanitaires les plus graves de son histoire récente. Le bilan est lourd : plus de 300 morts, des milliers d’habitations détruites et des centaines de milliers de sinistrés.

Beaucoup de vies détruites, certes, mais aussi un élan de solidarité matérialisé par des millions de personnes descendues dans la rue pour aider les victimes. Pour faire face à la tragédie, le Mexique a su montrer son meilleur visage.

Depuis Londres, Javier Hernández a suivi les événements avec émotion et s’en est voulu de se trouver loin de ses compatriotes. "Je voulais les aider coûte que coûte. Je ne pouvais pas le faire en personne, mais j’avais besoin que mes compatriotes me sentent auprès d’eux malgré la distance", confie Chicharito à FIFA.com.

C’est ainsi qu’est née l’initiative #YoXMéxico, lancée par le joueur de West Ham et par son coéquipier en équipe nationale Miguel Layún en vue de récolter des fonds et d’aider les sinistrés. "Nous savions que nous étions très suivis sur les réseaux sociaux et nous voulions en profiter pour demander de l’aide à tous les Mexicains. Je ne veux pas que ça ait l’air prétentieux, mais nous voulions exploiter au mieux l’image dont on a hérité grâce au football et nous avons lancé cette initiative avec une vidéo".

Des résultats impressionnants
L’initiative a immédiatement reçu un soutien massif, dans le football et en dehors. Des milliers de personnes ont donné tout ce qu’elles ont pu. Des clubs comme West Ham et Pachuca se sont joints au projet, tout comme des joueurs aussi réputés que David de Gea, Keylor Navas ou Iker Casillas. En un peu plus de deux semaines, #YoXMéxico a réussi à récolter 300 000 dollars et l’opération est loin d’être terminée.

Ce ne sont pas les seuls à avoir tenté d’apporter leur pierre à l’édifice. D’autres joueurs ont eux aussi essayé de collaborer. André-Pierre Gignac a mis aux enchères l’un de ses maillots et reversé aux sinistrés le montant récolté. Javier Aquino, son coéquipier de Tigres, a ouvert un centre d’accueil pour son État de naissance, Oaxaca, l’un des plus touchés par la catastrophe.

Cruz Azul est l’un des clubs qui a le plus œuvré. Tant son entraîneur, l’Espagnol Paco Jémez, qu’une partie de ses pensionnaires sont descendus dans la rue pour participer aux activités de sauvetage, imités en cela par deux joueurs de l’América, Edson Álvarez et Alejandro Díaz. Les clubs de Pumas et Zacatepec ont eux aussi ouvert des centres d’accueil pour les sinistrés.

La communauté du football mexicain s’est montrée à la hauteur de la situation, mais selon Chicharito, il reste encore beaucoup à faire. "Le pays n’est pas encore remis, loin de là. Il faut continuer d’aider les victimes. D’ici à quelques semaines, les gens vont commencer à oublier, alors que la reconstruction prendra beaucoup plus de temps. Il faut rester à leurs côtés et aider le plus possible le Mexique et les Mexicains. Pas seulement aujourd’hui, mais à l’avenir, pour leur apporter tout ce dont ils auront besoin", conclut-il.