• L’Islande est devenue la plus petite nation à se qualifier pour une Coupe du Monde de la FIFA™
  • Elle a pris sa revanche après avoir manqué de justesse Brésil 2014
  • Sigurdsson : "Nous sommes impatients de voir le clapping en Russie"

Voir les supporters islandais réaliser leur fameux clapping est toujours un vrai bonheur. Démonstration bruyante et spectaculaire de synchronisation et de passion, cette célébration a le pouvoir de donner la chair de poule à ceux qui y prennent part comme à ceux qui y assistent.

Il y avait quelque chose de particulier au clapping, également connu sous le nom de Viking Clap, qui a suivi la victoire (2:0) de l’Islande face au Kosovo à Reykjavik. Entonnant le chant d’une seule voix, joueurs et supporters ont fêté l’entrée dans l’histoire de cette île volcanique d’à peine 335 000 habitants, qui est devenue la plus petite nation à se qualifier pour la Coupe du Monde de la FIFA™.

Gylfi Sigurdsson a joué un rôle primordial dans cette qualification. Le milieu de terrain d’Everton, élu footballeur islandais de l’année ces cinq dernières saisons, a délivré une passe décisive et inscrit un but lors de la dernière rencontre décisive contre le Kosovo, portant son total à quatre réalisations dans ces qualifications européennes.

"C’est une sensation fantastique", confie Sigurdsson à FIFA.com. "En préparant le match, j’espérais pouvoir aider l’équipe en marquant un but. C’est vraiment génial de trouver le chemin des filets dans un match aussi important."

La première qualification de l’Islande pour une Coupe du Monde ne doit rien au hasard. Après le déchirement d’avoir manqué Brésil 2014 en échouant au stade des barrages, les Islandais ont atteint de belle manière les quarts de finale de l’UEFA EURO 2016. Ils viennent de terminer en tête d’un groupe très disputé, composé notamment de la Croatie, de l’Ukraine et de la Turquie, pour obtenir leur billet pour la Russie.

"Nous avons joué des matches très importants au cours des quatre, cinq dernières années", raconte Sigurdsson. "Si l’on compte les barrages pour la Coupe du Monde au Brésil, les qualifications pour l’EURO, la phase finale de cet EURO et maintenant ces qualifications, on a l’impression que toutes les rencontres que nous avons disputées dernièrement étaient importantes."

Et d'ajouter : "C’est vraiment ce dont nous avions besoin. Je pense que nous avons fait des progrès dans ces grands rendez-vous, car il y a cinq, six ans, nous n’étions pas capables de les gérer. Aujourd’hui, l’équipe est beaucoup mieux préparée et nous jouons mieux."

La fête s’est prolongée très tard dans la nuit nordique pour saluer la qualification historique des hommes de Heimir Hallgrimsson, qui se sont emparés de la première place du Groupe I devant la Croatie. La joie d’avoir atteint la phase finale était même encore plus grande pour Sigurdsson. Il y a quatre ans,une défaite 2:0 contre la Croatie à Zagreb avait mis fin aux rêves brésiliens des Islandais. 

"Avec le recul, cette défaite a été très importante pour nous, car nous savions à quel point ça peut être décevant d’échouer si près du but", confie Sigurdsson avec philosophie. "Mais nous en sommes maintenant à deux grands tournois consécutifs. C’est un véritable exploit pour notre pays."

À l’assaut du monde
L’expérience d’un grand tournoi acquise à l’EURO 2016 sera très précieuse pour l’Islande, qui peut avoir confiance dans ses capacités à briller sous les feux de la rampe. Après s’être extirpés d’un groupe composé de l’Autriche, de la Hongrie et du Portugal, les Islandais avaient éliminé l’Angleterre pour rejoindre les quarts de finale de l'épreuve continentale. Sigurdsson a donc toutes les raisons de se montrer optimiste à l'approche du grand rendez-vous mondial.

"Il faudra voir dans quel groupe nous serons versés, mais je pense que nous avons de bonnes chances de passer la phase de groupes", poursuit Sigurdsson. "Nous savons que ce sera difficile, mais nous n’avons rien à perdre. Je pense que nous aborderons cette Coupe du Monde avec la même mentalité qu’à l’Euro."

"C’est un événement que nous attendions tous pour le football islandais – prendre part à une Coupe du Monde", confie Sigurdsson avant de conclure : "Ce moment est arrivé, c’est un sentiment incroyable. Je pense que tous les joueurs et l’ensemble du people islandais en sont très fiers. Nous sommes impatients d’aller en Russie et de voir notre clapping à l’œuvre sur la plus grande scène du monde !"