• Akolo a quitté la RD Congo à l’âge de 14 ans
  • Il a repoussé par le passé l’opportunité de jouer pour les Léopards
  • C’est le troisième international congolais à évoluer au VfB Stuttgart

Lorsqu’il a quitté le FC Corbeau, le club de ses débuts, à Lemba, dans la banlieue de Kinshasa, Chadrac Akolo n’imaginait pas y revenir plusieurs années plus tard pour revêtir la tunique de l’équipe nationale. "Tout a commencé dans ce club, et bien que je ne pensais pas avoir beaucoup de talent, les gens me disaient que j’avais le potentiel pour aller loin", confie le Congolais à FIFA.com. "J’ai réalisé quand je suis arrivé en Suisse que je pourrais peut-être progresser encore et voir du pays grâce au football."

Après avoir gagné ses galons de titulaire au FC Sion, Akolo a été appelé en équipe de RD Congo. Une sélection qu’il a alors déclinée. "Je rêvais depuis tout petit de porter le maillot de l’équipe nationale, mais j’avais également la possibilité de jouer pour la Suisse", dévoile-t-il. "Avoir la chance d’évoluer en sélection suisse, une grande nation, et de disputer régulièrement des tournois majeurs, a retardé mes débuts internationaux avec la RD Congo. J’ai ainsi repoussé plusieurs fois la sélection congolaise, mais ma demande de naturalisation suisse s’est arrêtée lorsque je suis parti en Allemagne pour signer à Stuttgart ", précise-t-il.

Occasion ratée
Le joueur de 22 ans a finalement opté il y a quelques mois pour son pays natal et rejoint l’équipe de Florent Ibenge pour deux rencontres contre la Tunisie. Il a d’abord assisté depuis le banc, début septembre, à Rades, à la défaite 2:1 des Léopards.

Trois jours plus tard, 80 000 supporters avaient pris place dans le Stade des Martyrs de Kinshasa pour voir leur équipe repartir à l’assaut des Aigles de Carthage. Des buts de Chancel Mbemba et Paul Jose Mpoku ont donné deux buts d’avance aux Congolais, dont la joie aura cependant été de courte durée puisque les Tunisiens sont revenus en score en l’espace de deux minutes. Akolo a une nouvelle fois débuté sur le banc, avant d’être jeté dans le grand bain au milieu de la deuxième mi-temps.

Très déçu d’avoir concédé le nul 2:2, Akolo se souviendra néanmoins très longtemps de ce match. "C’est difficile d’y penser", témoigne-t-il. "C’était le match de l’année en RD Congo. L’attente était énorme. Nous sommes tristes de ne pas y avoir totalement répondu et de ne pas avoir pu apporter du bonheur à tous ces gens. Mais mon premier match sous le maillot des Léopards, aura toujours une place à part dans mon cœur."

Une dernière chance
Grâce à ce match nul 2:2, la Tunisie pointe en tête du Groupe A, avec trois points d’avance sur la RD Congo. Et la déception est toujours aussi vive chez Akolo. "J’ai rejoué plusieurs fois cette rencontre dans ma tête", avoue-t-il. "Je ne sais pas comment nous avons fait pour ne pas la gagner. J’ai, par bonheur, joué et marqué mon premier but en Bundesliga pour le VfB Stuttgart quelques jours plus tard. Cela m’a évité de trop repenser au match contre la Tunisie."

Alors que seuls les vainqueurs de chaque groupe décrocheront leur billet pour la Coupe du Monde de la FIFA™, la Tunisie est en position de force, mais Akolo n’a pas abandonné l’espoir de voir la Russie l’an prochain. "Même si tout le monde pense que nous sommes déjà éliminés, il nous reste une chance", insiste-t-il. "Nous n’aurions pas été qualifiés en cas de succès contre la Tunisie et nous sommes encore debout malgré ce nul", conclut-il.