• En photo, la joie de Teofilo Cubillas contre le Maroc à Mexique 1970
  • Élu Meilleur jeune, le Péruvien a marqué cinq buts en quatre matches
  • Pelé : "J'ai un successeur. Il s'appelle Teofilo Cubillas"

Le Tirage au sort final de la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ approche à grands pas et il pourrait bien nous réserver quelques duels hors du commun. Après tout, outre les habitués de la compétition, plusieurs équipes feront leurs premiers pas ou leur retour après de longues absences.

C'est le cas par exemple du Pérou et du Maroc qui, en Russie, renoueront avec la compétition planétaire pour la première fois depuis 36 et 20 ans respectivement. Les deux pays ont déjà eu maille à partir en Coupe du Monde, comme le montre cette photo. C'est d'ailleurs lors de leur rencontre de 1970, dans la ville mexicaine de León, qu'une star est née.

Ce jour-là, en effet, Teofilo Cubillas marque ce match de son empreinte en dix minutes de toute beauté. En seconde période, il fait trembler les filets à deux reprises et offre une passe décisive pour aider les Incas à balayer les Lions de l'Atlas. Sur la photo ci-dessus, on le voit fêter le premier de ces trois buts péruviens. À la fin du tournoi, Cubillas aura marqué dans les quatre matches disputés par son pays.

Parmi ses cinq réalisations, qui lui permettent de finir troisième meilleur buteur de Mexique 1970, il préfère son but décisif dans le premier match de groupe, face à la Bulgarie. "On gagne 3:2 après avoir été menés 2:0", explique-t-il. "Quelques jours plus tôt, il y avait eu un tremblement de terre au Pérou et on a appris juste avant de jouer que 50 000 personnes avaient perdu la vie. C'est impossible de décrire ce que l'on a ressenti en sachant qu'on pouvait donner un peu de joie à notre pays."

De la joie, Cubillas en a distribué aux Péruviens tout au long de ce bel été mexicain jusqu'aux quarts de finale et à la défaite face à l'irrésistible et légendaire équipe du Brésil. Son influence fut telle qu'El Nene (le gamin) a fini par être élu Meilleur Jeune Joueur de la Coupe du Monde 1970.

Mais le plus beau compliment est sans doute venu de la bouche du plus grand joueur de l'époque. Interrogé sur sa possible cinquième participation à une Coupe du Monde, en 1974, Pelé déclarait : "Non, je n'y serai pas. Mais ne vous inquiétez pas, j'ai déjà un successeur. Il s'appelle Teofilo Cubillas".

La prophétie ne s'est pas réalisée puisque le Pérou n'a pas réussi à se qualifier pour l'édition 1974 et donc Cubillas, 26 ans à l'époque et au sommet de son art, n'était pas du voyage en Allemagne de l'Ouest. Mais l'expérience peut servir de piqûre de rappel aux Péruviens qui se rendront en Russie : mieux vaut profiter à fond de la Coupe du Monde, car on ne sait jamais à quand la prochaine.

Le saviez-vous ?
Cubillas s'est rendu au Musée du Football mondial de la FIFA en mars 2017. Logiquement, une photo de Mexique 1970 lui a particulièrement tapé dans l'œil.