• La Tunisie fait son retour en Coupe du Monde après 12 ans d’absence
  • Un nul vierge lui a permis d’obtenir son sésame
  • Les joueurs ont parlé à FIFA.com après le match

Les Tunisiens se rappelleront longtemps du 11 novembre 2017, jour où les joueurs de Nabil Maaloul ont validé leur billet pour la Coupe du Monde de la FIFA™, après 12 années de vaches maigres. La Tunisie avait disputé France 1998, Corée/Japon 2002 et Allemagne 2006, avant de manquer Afrique du Sud 2010 et Brésil 2014. En 2018, elle sera bien présente en Russie.

FIFA.com retrace le parcours des Aigles de Carthage dans les qualifications de la zone Afrique à travers les principales déclarations des joueurs et l’atmosphère de l’après-match.

Une joie immense
Dès la fin de la rencontre, les joueurs se sont promenés dans le stade pour célébrer longuement la qualification avec les supporters, après 12 longues années d’absence sur la scène mondiale. Compte tenu de l'enjeu, on imagine le soulagement ressenti au coup de sifflet final. Mais l'inquiétude a vite laissé place à la joie et les héros du jour ont fêté leur exploit avec les quelque 50 000 Tunisiens présents pour l’occasion.

Les déclarations
FIFA.com
s’est entretenu avec les joueurs de la sélection tunisienne après la rencontre. "La Tunisie ne s'était pas qualifiée depuis longtemps pour la Coupe du Monde et nous allons enfin participer à nouveau à ce grand événement grâce à nos belles performances", explique Wahbi Khazri. "Nos compatriotes attendent ce jour depuis longtemps et nous avons travaillé sérieusement avec nos clubs pour y arriver. Nous sommes très heureux de cette qualification, que nous dédions à tout le peuple tunisien."

Et le joueur de Rennes d'ajouter : "Il faut combler nos lacunes et améliorer nos points forts avant la phase finale. Nous avons une belle équipe et des joueurs talentueux. Nous ne devons pas voyager en Russie pour jouer les seconds rôles, mais pour aller le plus loin possible".

Le défenseur d’Al Ahly, Ali Maaloul, s’est ainsi consolé de la défaite en finale de la Ligue des champions de la CAF face au Wydad de Casablanca : "C’est le football. J’ai perdu une finale avec Al Ahly et aujourd’hui, j’ai l’immense joie de me qualifier pour la Coupe du Monde avec la sélection. Le match face à la Libye n’était pas facile mais nous avons réussi l’essentiel".

Ghilene Chaalani est l'un des principaux artisans de cette qualification. Il est revenu sur ce long parcours : "Tous les matches ont été difficiles. Le dernier face à la Libye était sans doute le plus dur, car nous avons dû faire face à une énorme pression. Finalement, nous avons obtenu le point qui nous manquait".

Le défenseur droit Hamdi Nagguez, qui a joué presque tous les matches, a fait écho aux sentiments de son coéquipier : "Le match contre la Libye n’a pas été simple, à cause de la pression. Nous avons gâché beaucoup d’occasions, mais nous avons finalement atteint notre objectif. Après 12 ans d'absence, la Tunisie est de retour en Coupe du Monde. Ce soir, le peuple tunisien est heureux".

"La Tunisie n’a perdu aucun match dans ces préliminaires et je pense que le nul obtenu à Kinshasa face à la RD Congo a été un tournant", poursuit Nagguez. "Nous sommes heureux car nous allons disputer la Coupe du Monde. Tous les footballeurs rêveraient d'être à notre place."

Amine Ben Amor, l’artiste du milieu de terrain est également sur un nuage : "C’est une joie indescriptible de voir les visages radieux de tous les Tunisiens. Ça faisait longtemps que nous ne nous étions pas qualifiés pour l'épreuve suprême, mais nous avons bien mérité d'être présents en phase finale, après un tel parcours".

Le sélectionneur Nabil Maaloul partage l'euphorie ambiante : "Félicitations au peuple tunisien pour cet exploit. Je savais que le match face à la Libye serait difficile et que la pression serait sur nous. Le plus important, c'était la qualification. Nous avons vu le vrai visage de la Tunisie face à la Guinée".

La Russie en ligne de mire
La plupart des Tunisiens espèrent se mesurer à de grosses cylindrées en Coupe du Monde. Si les Aigles de Carthage ont manifestement envie de prendre du plaisir sur le terrain, ils ont aussi hâte de montrer de quoi ils sont capables.

Le milieu de terrain Ghilene Chaalani confie : "Tout le monde veut affronter Messi". Hamdi Nagguez voudrait un autre adversaire : "J’espère que nous tomberons dans le groupe du Brésil". Ali Maaloul, quant à lui, se verrait bien donner la réplique au Ballon d’Or : "Je veux rencontrer le Portugal et Cristiano Ronaldo". Enfin, Amine Ben Amor rejoint son partenaire du milieu de terrain, Chaalani : "Je souhaite affronter l’Argentine et Leo Messi".

La stat
0 -
Comme le nombre de défaites de la Tunisie dans les qualifications pour Russie 2018. Les Aigles de Carthage sont restés invaincus tout au long de leurs six matches : ils ont battu la Guinée en Tunisie, avant de défaire la Libye en Algérie puis la RD Congo à domicile. Ils sont ensuite rentrés avec un point de Kinshasa et ont obtenu une victoire avec la manière en Guinée. Enfin, un nul face à la Libye à Radès a scellé leur passage en Russie.

Le saviez-vous ?
La Tunisie est la seule équipe parmi les qualifiés de la zone Afrique pour Russie 2018 à avoir été dirigée par deux sélectionneurs. Les Aigles de Carthage ont disputé les deux premiers matches sous les ordres d'Henri Kasperczak, ensuite remplacé par Nabil Maaloul. Ce dernier a brillamment pris le relais pour emmener la Tunisie jusqu’en phase finale.