• La Tunisie a besoin d'un point face à la Libye pour se qualifier
  • La RD Congo doit gagner face à la Guinée en espérant que la Tunisie s'incline
  • La Tunisie a remporté (1:0) le match aller face à la Libye en Algérie

Pour la dernière journée des qualifications de la zone Afrique pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, la Tunisie n'a besoin que d'un point à domicile face à la Libye pour décrocher son sésame.

Les résultats obtenus par les Aigles de Carthage sont le fruit d'un long travail du sélectionneur Nabil Maaloul et de ses joueurs, qui ont appliqué ses consignes et exploité leurs talents individuels pour faire la différence. Youssef Msakni, par exemple, a retrouvé son niveau et joué un rôle déterminant dans les quatre points pris à l'extérieur lors des deux dernières journées.

Fiche technique :
- Nom : Youssef Msakni
- Poste : attaquant
- Âge : 27 ans
- Taille : 1m78
- Club : Al Duhail (Qatar)

"Notre parcours est réussi jusqu'à maintenant. La sélection a désormais du caractère, comme elle l'a montré dans les deux derniers matches, face à la RD Congo et à la Guinée", estime Msakni au micro de FIFA.com. "Même si nous avons été menés au score à l'extérieur, nous sommes rentrés avec des résultats positifs qui ont fait la différence."

Le match face à la RD Congo à Kinshasa a été l'un des plus difficiles pour les Tunisiens. Ils ont été menés et dominés avant d'obtenir un nul au goût de victoire qui leur a permis de rester premiers du groupe avec trois points d'avance. "Nous n'avons jamais perdu confiance en nos capacités, bien au contraire, car nous les avions battus 2:1 en Tunisie", rappelle l'attaquant. "Notre équipe a la force mentale nécessaire pour surmonter ces moments difficiles. Il n'est pas facile d'être menés de deux buts au Congo puis d'égaliser comme nous l'avons fait. Nous n'avons jamais songé à l'échec et nous avons continué à attaquer jusqu'à réussir finalement à marquer".

Retour en force
Msakni a joué un rôle déterminant dans le parcours de la Tunisie. Alors que les Aigles de Carthage étaient menés d'un but face à la Guinée à Conakry, il a inscrit un but dans les arrêts de jeu de la première mi-temps, offrant une bouffée d'oxygène à ses partenaires. Il a terminé le match avec un triplé et une contribution dans le quatrième but.

"Il n'y a pas de secret. Je redouble d'efforts aux entraînements, et le niveau de mes coéquipiers est aussi une raison de mon succès", explique-t-il modestement. "Le sélectionneur m'a également donné davantage de liberté sur le terrain. Nous avons joué avec la grinta ces derniers temps, grâce aux trois joueurs du milieu de terrain. Ferjani Sassi, Ghailene Chaalali, et Mohamed Amine Ben Amor ont permis à notre équipe d'aller de l'avant et lui ont apporté ce qu'il lui manquait".

Se méfier de la Libye
Certes, la Tunisie a déjà un pied en Russie car elle n'a besoin que d'un nul face à la Libye, mais Msakni n'est pas encore rassuré. "Nous n'avons pas peur de la Libye mais nous devons nous méfier car la Libye a une histoire et ce n'est jamais facile de l'affronter. Je ne me souviens pas que nous les ayons battus ou qu'ils nous aient battus facilement. Ces matches se terminent à chaque fois par 1:0 ou 2:1. Ce match est une question de vie ou de mort pour la Tunisie. Nous devrons être bien préparés et concentrés dès le coup d'envoi".

Le saviez-vous ?
La Tunisie a disputé sa première Coupe du Monde de la FIFA™ à Argentine 1978. Après une longue absence, elle a disputé France 1998, Corée/Japon 2002 et Allemagne 2006. Aux abonnés absents à Afrique du Sud 2010 et Brésil 2014, les Aigles de Carthage sont proches de la qualification pour Russie 2018.