• Le Maroc, le Sénégal et la Tunisie font leur retour en Coupe du Monde
  • Ils rejoignent l’Egypte et le Nigeria, déjà qualifiés avant la dernière journée
  • La Côte d’Ivoire avait son destin en main mais s’est inclinée à domicile

LE FILM DE LA JOURNÉE - Le suspense a pris fin dans les qualifications africaines pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ à l’issue de la dernière journée, qui a permis au Maroc, au Sénégal et à la Tunisie de valider leur billet, et de rejoindre l’Egypte et le Nigeria, déjà qualifiés avant même leur dernier match.

Si le Continent Mère avait qualifié les cinq mêmes représentants lors des deux dernières éditions - Algérie, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana et Nigeria -, l’édition 2018 fait la part belle aux grands retours. Certes, le Nigeria est encore là, mais l’Egypte y revient pour la première fois depuis 1990, le Maroc depuis 1998, le Sénégal depuis 2002, et la Tunisie depuis 2006.

Retour sur le dénouement de cette campagne éprouvante qui offrait un billet pour la Russie uniquement aux cinq premiers de groupes de la troisième phase qualificative.

L’affiche
Côte d’Ivoire 0:2 Maroc

Le stade Felix Houphouet Boigny d’Abidjan était plein comme un œuf et chauffé à blanc pour pousser les Eléphants vers la victoire, seul résultat qui assurait à la Côte d’Ivoire une quatrième participation consécutive à l’épreuve mondiale. Mais les Lions de l’Atlas, entraînés par Hervé Renard, qui avait offert la CAN 2015 aux Ivoiriens, ne se sont pas laissé impressionner. Un nul leur suffisait : ils ont fait encore mieux.

Après avoir résisté à la pression imposée d’entrée par les locaux, notamment grâce à un Gervinho très en jambes, les Marocains ont ouvert le score sur un centre de Nabil Dirar, qu’Hakim Ziyech ne parvient pas à dévier, mais qui surprend Sylvain Gbohouo (25’, 0:1). Le coup est dur à encaisser pour les Ivoiriens, qui manquent encore d’attention sur un corner dans la foulée, ce dont profite Mehdi Benatia de près (30’, 0:2). Efficaces devants, les Nord-Africains seront ensuite solides derrière jusqu’à la fin.

A retenir

Groupe A
La Tunisie n’avait besoin que d’un point à domicile contre la Libye, déjà éliminée, pour décrocher son sésame. Mais la mission s’est révélée plus difficile que prévu, avec un 0:0 qui a laissé les Aigles de Carthage à la merci d’un but libyen qui leur aurait fait beaucoup de mal puisque, dans le même temps, la RD Congo faisait le métier en battant la Guinée (3:1).

Groupe B
Pour le Nigeria, déjà qualifié, la dernière rencontre de qualification était aussi la première de sa préparation pour la Russie. Même privés de nombreux cadres, les Super Eagles ont longtemps cru s’imposer en Algérie sur un but de John Ogu, mais les Fennecs ont décroché sur un penalty de Yacine Brahimi en fin de match (1:1). C’est aussi en dernière minute que le Cameroun a évité la défaite en Zambie grâce à un but du défenseur Yaya Banana (2:2).

Groupe C
En marge de la finale du groupe, qui a souri au Maroc en Côte d’Ivoire, l’autre match du groupe entre le Gabon et le Mali ne laissera pas de grands souvenirs aux supporters présents à Franceville, et a laissé le préposé au tableau d’affichage au chômage (0:0).

Groupe D
Le match à rejouer entre l’Afrique du Sud et le Sénégal aurait pu relancer la course à la qualification en cas de victoire des Bafana Bafana puisque le Burkina Faso et le Cap-Vert pouvaient eux aussi encore rêver de Russie, mais en s’imposant à Polokwane, les Lions de la Téranga ont tué tut suspense. Un but de Diafra Sakho en début de match et un autre contre son camp de Thamsanqa Mkhize ont officialisé le retour des Sénégalais sur la scène mondiale 16 ans après leur formidable épopée en 2002. Le match retour au Sénégal ne servira qu’à fêter la qualification avec le public local, pendant que Burkinabés et Capverdiens s’affronteront pour l’honneur.

Groupe E
A l’image du Nigeria, l’Egypte s’est servie de son dernier match au Ghana pour entamer sa préparation. Un but de Shikabala a permis aux Pharaons de décrocher un nul face à une formation des Black Stars expérimentale et déjà tournée vers l’avenir. Dans le même temps, le Congo et l’Ouganda se sont quittés bons amis, avec deux buts inscrits en deux minutes, l’Ougandais Milton Karisa répondant à la 11ème minute à l’ouverture du score du Congolais Marvin Baudry dans la minute précédente.

Entendu...
"On ne se sentait pas de venir et de rester à 11 derrière. Les joueurs ont réussi un match exceptionnel. Ils ont été présents du début jusqu’à la fin dans les duels et ce n’est pas rien quand vous voyez la liste des joueurs ivoiriens. La solidarité a fait la différence" - Hervé Renard, sélectionneur du Maroc