• Russie 2018 nous proposera une nouvelle itération de 20 duels mondialistes
  • Argentine-Nigeria est l'affiche la plus jouée en Coupe du Monde de ce tirage
  • ARG-NGA et Japon - Colombie s'étaient déjà mesurés en 2014

En tant que nouveaux venus sur la scène mondiale, l'Islande et le Panama s'apprêtent à ouvrir un nouveau chapitre de leur histoire. En revanche, le Tirage au sort final a réservé quelques retrouvailles aux habitués de la compétition.

FIFA.com se penche sur les rééditions de quelques "classiques" qui nous attendent l'été prochain en Russie.

Groupe B : Portugal, Espagne, Maroc, RI Iran
À Francfort, Cristiano Ronaldo, 21 ans à l'époque, avait transformé un penalty dans les dernières minutes de la rencontre pour sceller la victoire (2:0) du Portugal sur l'Iran dans le Groupe D d'Allemagne 2006. Le Joueur de la FIFA 2017 aura sans doute à cœur de renouveler l'expérience lors de sa prochaine confrontation avec la Team Melli, dirigée par son compatriote Carlos Queiroz, le 25 juin 2018 à Saransk. 

Par ailleurs, le Maroc a remporté l'une de ses plus fameuses victoires en Coupe du Monde aux dépens du Portugal (3:1), en 1986. À l'époque, les Lions de l'Atlas avaient terminé en tête d'un Groupe F très serré, tandis que les Européens s'étaient retrouvés à la dernière place. La réédition du duel le plus récent concerne toutefois le Portugal et l'Espagne, qui s'étaient mesurés en huitièmes de finale d'Afrique du Sud 2010. La Roja avait rejoint le Paraguay au tour suivant à la faveur de sa courte victoire 1:0 au Cap, grâce à un but signé David Villa à la 63ème minute.

Groupe C : France, Australie, Pérou, Danemark
Certains supporters risquent d'éprouver une sensation de déjà-vu dans ce groupe. Pour la troisième fois, Danois et Français évolueront côte à côte au premier tour. Par une étrange coïncidence, ils croiseront le fer lors de la dernière journée, comme lors des occasions précédentes. En 1998, les Bleus l'avaient emporté 2:1, mais les Danish Dynamites avaient pris leur revanche quatre ans plus tard. La troisième manche de cette rivalité européenne aura lieu le 26 juin 2018 à Moscou.

Groupe D : Argentine, Islande, Croatie, Nigeria
L'une des affiches les plus récurrentes de la Coupe du Monde figure au programme de Russie 2018. Les dieux du football semblent apprécier de voir l'Argentine et le Nigeria en découdre. En effet, ces deux nations s'affronteront pour la cinquième fois. En revanche, cette perspective doit sembler beaucoup moins alléchantes aux Super Eagles, qui ont perdu chacune des quatre confrontations précédentes par un but d'écart (2:1 en 1994, 1:0 en 2002, 1:0 en 2010 et 3:2 en 2014). Le duel disputé au Brésil avait été marqué par un doublé de Lionel Messi en première période, un exploit suffisant pour assurer une courte victoire à l'Albiceleste à Porto Alegre.

Groupe E : Brésil, Suisse, Costa Rica, Serbie
Le Brésil et le Costa Rica se sont déjà rencontrés deux fois en Coupe du Monde. L'actuel sélectionneur des Ticos Oscar Ramirez faisait partie de l'équipe battue par la Seleçao 1:0 en 1990. De son côté, la Suisse avait arraché le nul (2:2) au Brésil en 1950. Un peu plus tard, le pays hôte avait vu le titre lui échapper au profit de l'Uruguay.

Groupe F : Allemagne, Mexique, Suède, République de Corée
C'est dans ce groupe que l'on trouve les rivalités les plus anciennes. Au fil des éditions, les Allemands ont pris l'habitude de mener la vie dure aux pays organisateurs. En 2002, ils avaient mis un terme à l'incroyable parcours de l'hôte sud-coréen grâce à une reprise de la tête victorieuse signée Michael Ballack, en demi-finale. En 1986, ils avaient sorti les Mexicains devant leurs supporters en quart de finale, aux tirs au but (4:1). À chaque fois, la Mannschaft était ensuite montée sur la deuxième marche du podium. Les Allemands ont aussi mis un terme à l'aventure mexicaine en 1998, en s'imposant 2:1 à Montpellier sur deux buts tardifs de Jürgen Klinsmann et Oliver Bierhoff.

La rivalité entre la Suède et l'Allemagne en Coupe du Monde remonte, quant à elle, à 1934. À l'époque, les Scandinaves avaient mordu la poussière 2:1 en Italie. Lors de l'édition 1958 organisée sur leurs terres, ils ont en revanche battu le Mexique 3:0 dans le match d'ouverture, puis la RFA (3:1) en demi-finale, avant de s'incliner devant le Brésil en finale.

Groupe G : Belgique, Panama, Tunisie, Angleterre
Ceux qui connaissent l'histoire du football rêvent de voir la Belgique et l'Angleterre livrer un duel digne de leur match légendaire à Bâle, en 1954. Leur entrée en lice dans le Groupe 4 s'était soldée par un nul 4:4. Trois joueurs différents en avaient profité pour inscrire un doublé. Leur seule autre confrontation remonte à Italie 1990. À l'époque, les Three Lions s'étaient imposés sur la plus petite des marges grâce à un but de David Platt à la 119ème minute. À en juger par ces deux rencontres, c'est une affiche riche en suspense qui nous attend à Kaliningrad, le 28 juin 2018. 

Comme en 1998, l'Angleterre et la Tunisie débuteront leur parcours en Coupe du Monde l'une contre l'autre. En France, les Anglais avaient disposé des Aigles de Carthage 2:0. Qui comptait parmi les titulaires anglais, ce jour-là à Marseille ? L'actuel sélectionneur Gareth Southgate.

Groupe H : Pologne, Sénégal, Colombie, Japon
Japonais et Colombiens n'auront pas à faire de gros efforts de mémoire pour se souvenir de leur dernier duel en Coupe du Monde. Les Samouraïs Bleus et le Cafeteros s'étaient affrontés à Cuiaba au premier tour, une partie qui avait tourné à l'avantage des seconds (4:1). Dans la foulée, la Colombie s'était qualifiée pour la suite du tournoi tandis que le Japon avait été contraint de faire ses valises.