• En photo, la joie de David Platt après son but décisif à la 119ème minute du match contre la Belgique en 1990
  • Ce but a transformé la carrière du milieu de terrain
  • L'Angleterre et la Belgique se retrouveront en phase de groupes de Russie 2018

La Coupe du Monde de la FIFA 2018™ sera l'occasion pour certaines équipes de prendre leur revanche sur des rencontres du passé, tel en a décidé le Tirage au sort final de ce 1er décembre 2017. C'est le cas notamment de l'Angleterre et de la Belgique.

Opposées à deux reprises sur la scène mondiale, ces deux grandes équipes d'Europe n'ont jamais déçu. S'étant quittées sur un score-fleuve en 1954 (4:4), elles se sont retrouvées en huitièmes de finale d'Italie 1990. Si la revanche n'a pas été aussi prolifique, elle n'a certainement pas manqué de suspense.

Elle a en tout cas marqué un tournant dans la carrière du jeune David Platt. Benjamin de l'équipe d'Angleterre et simple doublure en début de tournoi, le milieu de terrain, qui évoluait à l'époque à Aston Villa, n'avait eu le droit de disputer que des bouts de matches.

Feuille morte de Gascoigne
Face à la Belgique, il a vécu sa quatrième entrée en jeu, à la 71ème minute, alors que les Trois Lions peinaient contre un adversaire dominateur et poussé par Enzo Scifo. Platt n'a pas réussi à peser plus que ça sur le jeu et le tableau d'affichage indiquait toujours 0:0 à la 119ème minute. Le match allait se décider aux tirs au but. Mais c'était sans compter sur ce coup franc obtenu à 40 mètres du but belge.

Je n'y ai pas mis énormément de puissance. C'était la technique avant tout.

David Platt

Paul Gascoigne, lui, voulait tenter sa chance, mais s'égosillant depuis le banc de touche, son sélectionneur Bobby Robson lui a ordonné de centrer. Le milieu de terrain a écouté son entraîneur : la feuille morte déposée par Gascoigne a pris la défense belge au dépourvu pour offrir au remplaçant son heure de gloire. "Je me suis retourné, le ballon est retombé au niveau de mon épaule et j'ai tenté la frappe", se souvient Platt. "Je n'y ai pas mis énormément de puissance. C'était la technique avant tout."

Un moment parfait
Cette technique justement – une volée en pivot et en première intention pour tromper Michel Preud’homme – lui a ouvert bien des portes par la suite, en plus de lui offrir une place de titulaire dans les trois derniers matches de l'Angleterre. Il a de nouveau trouvé le chemin des filets dans la victoire (3:2) sur le Cameroun en quarts de finale, puis encore dans le match pour la troisième place, contre les hôtes italiens. Après le tournoi, Platt est resté en Italie, où il a fait le bonheur de Bari, de la Juventus et de la Sampdoria à une époque où la Serie A était sans doute le meilleur championnat au monde.

"J'aurais peut-être joué en Italie de toutes façons, mais si je suis honnête, je suis sûr que ce but contre la Belgique a été le facteur décisif", avoue-t-il. "Les clubs italiens étaient à la recherche de grands noms internationaux et avant ce but, on ne me connaissait qu'à Aston Villa."

Platt a mené par la suite une très belle carrière, au cours de laquelle il a remporté des trophées nationaux et européens en Italie avant de faire son retour en Angleterre pour aider Arsenal à décrocher le doublé coupe-championnat. Les supporters anglais, mais aussi belges, se souviennent encore de sa volée contre les Diables Rouges et de sa joie, illustrée par la photo ci-dessus. "Tout s’est fait à l’instinct", conclut-il. "La façon dont j'ai réussi à frapper le ballon, la fin sur les genoux… C'est l'un des rares moments parfaits que la vie vous donne de vivre."