1,4 million d'abonnés sur Instagram : ancien champion du monde U-17, le Suisse Charyl Chappuis a renoncé à rejoindre la Juventus ou le Hambourg SV pour devenir une superstar… en Thaïlande. Il vit aujourd'hui son rêve de qualification pour l'épreuve suprême depuis le sud-est de l'Asie. "Je suis très heureux du cours qu'ont pris ma vie et ma carrière", explique l'intéressé à FIFA.com. "Avec le recul, j'aurais peut-être dû accepter l'offre de la Juventus au lendemain de notre victoire en Coupe du Monde U-17. Mais à l'époque, j'appréhendais de quitter ma famille et mon pays."

Tandis que la plupart des internationaux suisses qui ont participé à la conquête du titre mondial en 2009 au Nigeria évoluent aujourd'hui en Bundesliga, en Serie A ou en Premier League, Chappuis a pris un autre chemin. Le jeune prodige a choisi de partir à la découverte de la patrie de sa mère et les succès accumulés depuis avec l'équipe de Thaïlande ont fait de lui une personnalité incontournable sur les réseaux sociaux, où sa popularité dépasse largement celle de Haris Seferovic, Granit Xhaka ou même Xherdan Shaqiri.

"Notre victoire dans le Championnat d'Asie du sud-est 2014 a suscité une véritable euphorie en Thaïlande. Dans les rues, on croise de plus en plus d'enfants et de jeunes avec les maillots de leurs équipes préférées", note le jeune homme de 25 ans. "Les supporters jouent un rôle essentiel. Ce sont eux qui nous poussent. Les internationaux jouissent d'une grande popularité auprès des supporters. Certains font même l'objet d'un véritable culte." Mais toute médaille a son revers : "Quand le succès n'est pas au rendez-vous, les critiques n'en sont que plus dures. Par chance, je ne sais pas encore lire le thaïlandais, alors je suis épargné", plaisante le milieu de terrain.  

Bien décidé à surfer sur cette vague d'enthousiasme et de popularité, Chappuis se prépare à aborder la suite du troisième et dernier tour des qualifications asiatiques pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. Avec un point sur les cinq premiers matches, la Thaïlande ne semble plus en mesure de valider son billet. "L'optimisme des fans reste intact. Ils sont toujours derrière nous et ils attendent une victoire pour notre prochain match contre l'Arabie Saoudite (le 23 mars). Ce sera beaucoup plus dur qu'ils ne l'imaginent mais à ce stade, nous ne pouvons plus céder à la pression. Il faut profiter de chaque match."

Il faut également rappeler que la Thaïlande effectue ses premiers pas à ce niveau. "Nous n'avions jamais été aussi loin dans les qualifications pour la Coupe du Monde. Il faut reconnaître que certaines équipes sont plus fortes que nous, notamment sur le plan physique. Nos premières sorties ne se sont pas très bien passées. Nos performances sont responsables de ces mauvais résultats, même si nous avons aussi manqué de réussite", analyse froidement le numéro 7 thaïlandais.

#Nevergiveup
Ces derniers mois, Chappuis a dû surmonter de nouvelles épreuves. Touché à un genou, il s'est retrouvé éloigné des terrains. "Je suis resté 16 mois à l'infirmerie, c'est long..." Fin 2016, l'ancien champion du monde U-17 a signé son retour à la compétition en participant à la conquête du Championnat d'Asie du sud-est. Dans ces conditions, on imagine mal le sélectionneur Kiatisuk Senamuang se passer de lui pour les prochaines échéances mondialistes. "Je me sens bien et je ne vais pas tarder à retrouver mon niveau", assure-t-il.  

Pour lui, il n'est pas question de baisser les bras, que ce soit à cause d'une situation compromise ou de difficultés personnelles. Ce n'est pas un hasard si Chappuis dialogue avec ses fans sur Instagram en utilisant le mot-dièse #Nevergiveup, dont il a fait sa devise. "Je me suis inspiré de John Cena. En effet, je suis un grand amateur de catch. Le week-end, je ne me contente pas de regarder les matches de championnat ; je suis aussi avec intérêt l'actualité du catch."  

Les supporters thaïlandais n'ont plus qu'à espérer que leur héros fasse régner sa loi sur le terrain, comme John Cena dans le ring. À force de courage, il finira peut-être par réaliser l'impossible. "Mon rêve est de voir un jour la Thaïlande participer à une Coupe du Monde. Le pays serait sens dessus dessous ! C'est un défi de taille, mais je ne renoncerai jamais à mon rêve." En attendant, Chappuis promet à ses fans un peu de nouveauté s'il venait à marquer contre l'Arabie Saoudite. "Si je trouve le chemin des filets face aux Saoudiens, je fêterai peut-être mon but à la manière de John Cena", promet-il pour conclure.