Les deux équipes de tête, Costa Rica et Mexique, s’affrontent ce vendredi 24 mars à l’occasion de la troisième journée de l’Hexagonal, dernier tour des qualifications de la zone CONCACAF pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. Et alors que la première place sera en jeu dans le haut du classement, les Etats-Unis, en grande difficulté, joueront leur survie, avec leur nouveau sélectionneur, Bruce Arena, lors de la réception du Honduras. Déterminés à abandonner la lanterne rouge, les Américains, dont le compteur est toujours bloqué à zéro, sont dans l’obligation de l’emporter afin de garder un espoir de disputer leur huitième Coupe du Monde consécutive.

L’affiche
Mexique-Costa Rica

Le Costa Rica a été l’une des sensations de la Coupe du Monde 2014, au Brésil, où il s’est offert notamment l’Uruguay et l’Italie, le long de son parcours jusqu’en quart de finale. Désormais entraînés par Oscar Ramirez, les Ticos ont poursuivi sur leur lancée dans le sillage du polyvalent Celso Borges, de leur capitaine Bryan Ruiz, qui évolue au Sporting Portugal, du gardien de but du Real Madrid Keylor Navas et du buteur Joel Campbell. Auteurs d’un carton plein jusqu’ici, ils passeront un test dans le célèbre stade Azteca, face au Mexique, pour une affiche au sommet entre deux des équipes en forme de la confédération.

Tenus en échec 0:0 au Panama lors de la dernière journée, les Mexicains veulent retrouver le chemin des filets sur leur terrain. Une victoire permettrait à El Tri de prendre les commandes de ce mini-championnat de six équipes, avec un point d’avance sur son adversaire costaricain, actuellement en tête. Le sélectionneur Juan Carlos Osorio devra néanmoins composer avec les absences, sur blessure, de Giovanni dos Santos, Jesus Tecatito Corona, Hirving Lozano, Javier Aquino, Marco Fabian et du capitaine Andres Guardado, forfait de dernière minute en raison d’un problème à une jambe. Le match sera donc l’occasion d’évaluer la profondeur de l’effectif mexicain.

Les autres rencontres
Battu à deux reprises lors de ses deux premiers matches, Trinité-et-Tobago partage la dernière place du classement avec les États-Unis. Le nouveau sélectionneur, Dennis Lawrence, qui était de la seule équipe trinidadienne à avoir participé à la Coupe du Monde, espère renverser la vapeur au Hasely Crawford Stadium face au Panama, troisième à hauteur du Mexique, avec quatre points en deux sorties.

Bruce Arena, qui a remplacé Jürgen Klinsmann, en novembre dernier, sur le banc des États-Unis, voudra démarrer du bon pied son deuxième bail à la tête des Stars and Stripes. Après deux défaites en deux matches, les Américains doivent débloquer leur compteur. Ils pourront compter sur l’intelligence de jeu de Christian Pulisic, tout en espérant que les absences de leurs deux joueurs de Bundesliga, Fabian Johnson et Bobby Wood, blessés, ne se feront pas trop sentir à San José contre le Honduras. À la peine lors du tour précédent, les Honduriens semblent avoir retrouvé la bonne carburation depuis leur dernier succès face à Trinité-et-Tobago (3:1).

Le joueur à suivre
Christian Pulisic (États-Unis)
Pulisic a récemment fait ses débuts dans l’équipe première du Borussia Dortmund, marquant même en Ligue des champions de l'UEFA. L’avenir semble promis au joueur de 18 ans. Déjà auteur de trois buts en 11 apparitions internationales sous la houlette de l’ancien sélectionneur, Klinsmann, il espère continuer, avec Arena, à donner le tempo de l’attaque américaine.

Le saviez-vous ?
Les sélectionneurs des États-Unis et de Trinité-et-Tobago, Bruce Arena et Dennis Lawrence, ont tous les deux évolué pour leurs équipes nationales respectives. Lawrence a été sélectionné à 89 reprises, inscrivant notamment le but de la victoire lors du barrage intercontinental, face au Bahreïn, qui a offert aux Soca Warriors leur seule apparition en date à la Coupe du Monde, lors d’Allemagne 2006. Arena n’a, de son côté, disputé qu’une mi-temps, dans les cages, à l’occasion d’un match amical en Israël en 1973. L’Américain jouit en revanche, dans le costume d’entraîneur, d’une plus grande expérience que son homologue, qui débute seulement sa carrière de technicien. Le premier passage d’Arena sur le banc des Stars and Stripes, de 1998 à 2006, est considéré comme l’âge d’or du soccer américain. Il avait enregistré 75 victoires et conduit son équipe aux portes du dernier carré de la Coupe du Monde 2002.

Entendu…
"Il faut absolument l’emporter, c’est aussi simple que cela. Je n’ai pas peur de le dire. Nous devons décrocher au moins quatre points lors de ces deux matches. Ce ne sera pas simple, mais nous en avons les moyens" - Bruce Arena, sélectionneur des États-Unis

Le programme (3ème journée)
24 mars
Trinité-et-Tobago-Panama
Mexique-Costa Rica
États-Unis-Honduras

(4ème journée)
28 mars
Honduras-Costa Rica
Trinité-et-Tobago-Mexique
Panama-États-Unis