Chaque semaine jusqu’à Russie 2018, FIFA.com présente une photo qui a marqué l'histoire de la Coupe du Monde de la FIFA™.   

"On plaisantait souvent avec nos défenseurs : 'Ne vous inquiétez pas si on prend un but ; on en marquera deux'. Nous étions comme ça." Ces propos de Nandor Hidegkuti, membre éminent de l'équipe des Magyars Magiques, illustrent parfaitement la philosophie d'une sélection résolument tournée vers l'offensive. Le but représenté sur l'image ci-dessus a contribué à infliger à l'Uruguay sa première défaite en Coupe du Monde de la FIFA™. En tout, l'attaquant hongrois et ses partenaires ont fait mouche à 27 reprises durant Suisse 1954. Le record reste inégalé à ce jour, tout comme leur impressionnante moyenne de 5,4 buts par match sur l'ensemble du tournoi.

Hidegkuti a joué un rôle essentiel dans ces statistiques, mais aussi et surtout dans la formation et le style de jeu révolutionnaires prônés par la Hongrie. Quand les Magyars avaient corrigé l'Angleterre deux fois de suite avant le grand rendez-vous mondial, le milieu offensif du MTK avait fait sensation. "Il a fait éclater notre défense en mille morceaux," s'était lamenté Don Revie.

Le recentrage de Hidegkuti constitue indiscutablement un tournant dans l'évolution de la sélection hongroise. Excellent sur l'aile droite lors du sacre olympique de 1952, le natif de Budapest s'est reconverti avec aisance dans un rôle de meneur de jeu. Sa technique, sa vision et son sens du placement lui ont permis d'exploiter au mieux les immenses qualités des Ferenc Puskas, Sandor Kocsis et autres Jozsef Bozsik, à la plus grande joie des intéressés.

"C'était un immense joueur, qui possédait une lecture du jeu fabuleuse", disait de lui Puskas. "Il était fait pour ce rôle. Juste devant les milieux de terrain, il enchaînait les passes décisives, désorganisait les défenses et multipliait les appels pour faire lui-même la différence."

Le but immortalisé sur cette photo a justement été inscrit au terme d'un appel de ce type. Totalement oublié par la défense adverse, Hidegkuti s'est retrouvé seul au second poteau pour conclure d'une tête plongeante. Sous son impulsion, la Hongrie a dominé l'Uruguay 4:2 dans une demi-finale haletante pour porter sa série d'invincibilité à 30 matches.

La suite, tout le monde la connaît. Ces Hongrois que l'on disait invincibles, qui n'avaient plus goûté à la défaite depuis plus de quatre ans, ont mordu la poussière (3:2) en finale contre la RFA… une équipe qu'ils avaient corrigée 8:3 au début de la compétition.

La médaille d'argent et une place dans l'équipe-type du tournoi n'auront certainement pas suffi à consoler Hidegkuti. Malgré ce cruel revers, cette extraordinaire équipe hongroise a inscrit à jamais son nom en lettres d'or dans l'histoire du football mondial.

Le saviez-vous ?
La vitrine consacrée à l'année 1954 au Musée du Football mondial de la FIFA contient un billet ayant appartenu à l'un des 45 000 chanceux qui ont eu la chance de voir la magnifique tête de Hidegkuti en direct lors de cette fameuse demi-finale.