Chaque semaine jusqu'à Russie 2018, FIFA.com présente une image de la Coupe du Monde de la FIFA. Aujourd'hui, nous revenons sur un match de l'édition 2002 marqué par de l'amitié, un esprit sportif et un but synonyme de record.
 

Avant le coup d'envoi, les supporters de la République de Corée avaient donné le ton en déployant un gigantesque drapeau turc ainsi qu'une bannière sur laquelle on pouvait lire : "Nous sommes amis !". Ces supporters ont joint l'acte à la parole en applaudissant les noms des joueurs turcs au même titre que ceux des Coréens au moment de la présentation des équipes par le speaker à Daegu.

En guise de récompense, les fans coréens ont eu droit à un match pour la troisième place captivant, ouvert et historique, ainsi qu'à un hommage des supporters turcs. Le sélectionneur Senol Gunes a même qualifié d'"absolument fantastique" l'esprit sportif dont ont fait preuve les 63 000 spectateurs ce jour-là.

Le même compliment aurait pu être adressé à l'équipe dirigée par Gunes, à la fois lors du match en question et pendant toute la durée d'une campagne mémorable dans cette Coupe du Monde de la FIFA, Corée/Japon 2002™. Les Turcs ont même réussi ce qui semblait impossible lors de ce tournoi : réduire au silence les supporters coréens, grâce à un but - le plus rapide de toute l'histoire de la Coupe du Monde - inscrit par Hakan Sukur au bout de 11 secondes.

Sukur, qui n'était pas parvenu à trouver le chemin des filets au cours des six premières sorties de la Turquie dans la compétition, a ensuite délivré deux ballons décisifs à son coéquipier Ilhan Mansiz, avec à la clé une victoire 3:2 pour les Ottomans. Cette troisième place est le meilleur classement d'une sélection turque dans l'histoire de la Coupe du Monde de la FIFA. "Mon équipe a donné aux Turcs de l'espoir et du bonheur", confiait le fier sélectionneur à l'issue de la partie.

Un élan d'amitié
 La République de Corée est elle aussi entrée dans l'histoire en obtenant son meilleur classement dans l'épreuve grâce notamment à des victoires inattendues face à des équipes du calibre du Portugal, de l'Italie et de l'Espagne. ''J'aurais bien aimé qu'on décroche la troisième place, j'aurais même adoré", regrettait l'entraîneur néerlandais de la République de Corée, Guus Hiddink, après la défaite contre la Turquie. "Mais quand j'entends ce public, comme il réagit à la moindre action, quand je vois ce que mon équipe a fait en deuxième période, je ne peux qu'être fier de ces garçons.''

Après le coup de sifflet final, les joueurs des deux camps se sont réunis pour aller au devant des spectateurs afin de les féliciter et de leur adresser un salut collectif, comme on peut le voir sur notre cliché. Sukur et son coéquipier Fatih Akyel ont par ailleurs porté le drapeau de la République de Corée lors du tour d'honneur, tandis que les médias turcs étaient aussi élogieux envers les supporters coréens que pour leur propre équipe, qui venait pourtant de s'imposer. 
"Nos amis coréens viennent de donner une parfaite leçon de fair-play", écrivait le journal Milliyet. "Ces images d'amitié sont incroyables. On pouvait voir d'énormes drapeaux turcs et sud-coréens mêlés les uns aux autres. Toutes les belles actions étaient applaudies, qu'elles soient le fait de l'équipe de République de Corée ou de la Turquie. Cette atmosphère amicale a continué après le match. Les joueurs des deux équipes ont salué les spectateurs main dans la main et bras autour du cou. Cet élan d'amitié a même fait venir les larmes aux yeux de nos joueurs."

Encore un bel exemple de la capacité inégalée du football, et de la Coupe du Monde, d'inspirer et de rassembler.

Le saviez-vous ?
Récemment, un joueur emblématique du football de République de Corée, Ahn Junghwan, s'est rendu au Musée du football mondial de la FIFA. Il s'est essayé à diverses animations interactives et a eu l'occasion de revoir son fameux but en or contre l'Italie lors de cette Coupe du Monde 2002.

Thanks for your visit, Ahn Jung-hwan! Korea Republic's #football #legend enjoyed his trip through football #history@thekfa @fifaworldcup pic.twitter.com/tnkXD9h5mS

— FIFA Museum (@FIFAMuseum) 9. März 2017