• La star anglaise a craqué après avoir écopé d'un carton jaune lourd de conséquences en demi-finale d'Italie 1990
• Gascoigne : "Je vivais ma plus belle aventure et je ne voulais pas qu'elle s'arrête"
• Le talentueux milieu, alors âgé de 23 ans, n'a plus jamais disputé de Coupe du Monde

"Quand je vis de bons moments et que je me rends compte qu'ils sont sur le point de prendre fin, j'ai peur, vraiment très peur. Je n'ai pas pu m'empêcher de pleurer ce soir-là." L'image de Paul Gascoigne en larmes a marqué la Coupe du Monde de la FIFA, Italie 1990™. Elle a fait le tour du monde et érigé l'étincelant milieu en coqueluche de l'Angleterre tout entière : la gazzamania était née.

Ce phénomène reflétait l'évolution du football et de la société. "Qui d'autre que Paul Gascoigne est devenu un héros national et millionnaire en pleurant ? C'est fabuleux. Pleurez et le monde pleure avec vous", avait commenté le journal britannique The Independent.

C'est un carton jaune reçu à la 98ème minute de la demi-finale mythique Angleterre-RFA qui a fait craquer Gascoigne. Le benjamin et star des Three Lions en a tout de suite tiré les conséquences : déjà averti en huitièmes pour une faute sur le Belge Enzo Scifo, il manquerait la finale si l'Angleterre se qualifiait. "Quand j'étais gamin, je rêvais tous les soirs de disputer la Coupe du Monde", confiera-t-il plus tard. "J'ai vécu ce rêve en Italie. Lorsque j'ai reçu le carton jaune, j'ai vu mon rêve se briser."

Son entraîneur Bobby Robson a été envahi d'un même sentiment de désolation. "J'étais atterré", se souvient l'ancien sélectionneur anglais. "J'ai immédiatement compris que c'était fini pour Paul. C'était une tragédie pour lui, pour moi, pour l'équipe, pour le pays, pour tout le football. Il était flamboyant. Il avait livré une prestation éblouissante dans ce match. Plus l'enjeu était élevé, plus il se surpassait."

Robson a tenté de réconforter un Gazza inconsolable après la défaite de l'Angleterre aux tirs au but. "Ne t'inquiète pas", lui a-t-il dit. "Tu as été l'un des meilleurs joueurs du tournoi. Tu as toute ta vie devant toi et ce n'est que ta première Coupe du Monde."

Robson aurait dû avoir raison. Gascoigne venait de fêter ses 23 ans et il avait le monde à ses pieds. Malheureusement, Italie 1990 sera sa dernière épreuve reine et elle reste le point d'orgue de sa carrière. "Je n'ai jamais eu l'occasion d'en disputer une autre", a-t-il lui-même regretté. "Je vivais ma plus belle aventure et je ne voulais pas qu'elle s'arrête. Je croyais vraiment à notre victoire dans cette Coupe du Monde. C'est dur d'y repenser. C'était le bon temps."

Le saviez-vous ?
L'exposition Italie 1990 du Musée du Football mondial de la FIFA présente un article fascinant : le carton jaune infligé à Gazza par l'arbitre José Ramiz Wright.