• Le capitaine de l’Argentine durant la Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006™ se remémore son triomphe en Coupe du Monde U-20 de la FIFA 1995 au Qatar
  • Sorin évoque les qualités de Lionel Messi et désigne Neymar comme le fer de lance de la prochaine génération
  • Il se tourne vers Qatar 2022 et revient sur ses meilleurs souvenirs

Vingt-deux ans après avoir soulevé le trophée de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA au Qatar en tant que capitaine de l’équipe d’Argentine, Juan Pablo Sorín conserve un souvenir ému de cet instant magique. “J’ai vécu un des meilleurs moments de ma vie au Qatar. Nous étions les premiers Argentins depuis Diego Maradona à remporter le titre. Le Stade Khalifa et cette finale en 1995 contre le Brésil ont changé ma vie. A notre retour en Argentine, nous étions champions du monde”, explique Sorín à www.sc.qa. “Personne ne nous voyait parmi les favoris.”

Sous la direction de José Pekerman, aujourd’hui à la tête de la Colombie, l’Argentine s’état hissée en finale à la faveur d’une victoire 3:0 sur l’Espagne de Raul, l’ancienne légende du Real Madrid, en demi-finale. Dans un Stade Khalifa plein à craquer, Sorín et ses partenaires s’étaient ensuite imposés 2:0 devant le Brésil dans le match décisif.

“Je me souviens particulièrement bien de la passion des supporters qataris pour le football. A l’époque, Diego Maradona était présent dans tous les esprits et la plus grande partie du public était derrière nous” raconte Sorín. “La rencontre s’était jouée à guichets fermés. Dans les tribunes, on voyait les vêtements traditionnels qataris, ainsi que le drapeau de l’Argentine. L’ambiance était phénoménale. J’imagine que la passion sera décuplée quand le Qatar accueillera la Coupe du Monde en 2022. Et qui sait, l’Argentine montera peut-être encore sur la première marche du podium au Qatar.”

Hommage à Messi 
Pour Sorín, la génération actuelle peut faire aussi bien que celle de Maradona au Mexique en 1986. “L'équipe emmenée par Lionel Messi mérite de gagner une Coupe du Monde. La nôtre n’a pas réussi à remporter ce titre auquel elle aspirait tant. J’espère sincèrement que cette génération pleine de talent réussira là où nous avons échoué," confie-t-il. “Messi et les autres ont gagné le Coupe du Monde U-20 et les Jeux Olympiques. Ils sont passés tout près de remporter un grand titre en trois occasions. Ces matches se sont joués sur des petits détails. Je suis persuadé que cette équipe a le niveau pour franchir l’ultime palier. Bien sûr, il faut prendre les étapes dans l’ordre et commencer par se qualifier pour Russie 2018.”

Sorín était aux premières loges pour assister à l’ascension de Messi en équipe d’Argentine et il ne tarit pas d’éloges sur la star du FC Barcelone. “Je revois encore Messi pendant la Coupe du Monde en Allemagne. Il était tout jeune, mais on sentait tout de suite qu’il avait quelque chose de différent, d’unique. On le considérait comme un joyau rare. Aujourd’hui, il est devenu sans l’ombre d’un doute le meilleur joueur du monde,” raconte-il. “Sur le terrain, son intelligence le place dans une catégorie à part. On a encore pu s’en rendre compte lors du récent Clasico contre le Real Madrid. C’est un joueur complet : il possède une vitesse, un sens de la finition et une vision du jeu extraordinaires. Il voit ce qui se passe avant tout le monde. Il n’y a pas assez de superlatifs pour le décrire.”

Interrogé sur la prochaine génération dorée, Sorín estime que l’avenir appartient sans doute à un Brésilien… qui aurait toutefois intérêt à se méfier de la montée en puissance d’un Argentin. “Neymar peut aller très loin. Son développement montre qu’il souhaite devenir le meilleur au monde. Il fait actuellement la course en tête, mais Paulo Dybala progresse lui aussi à toute vitesse.”