• La Belgique a gagné sans briller en Estonie (0:2) lors de sa sixième sortie en qualifications pour Russie 2018
  • Les Diables Rouges ont évolué en supériorité numérique plus d'une mi-temps
  • Le gardien Mihkel Aksalu a offert aux visiteurs le premier but, avant de se racheter

La Belgique a déroulé sur le terrain mais pas au tableau d'affichage en Estonie (0:2), ce vendredi 9 juin dans le Groupe H de la Zone Europe des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. Les Diables Rouges ont souvent coincé devant le mur estonien, redoublé et plus solide après son écroulement à Bruxelles en novembre dernier (8:1).

Sa pièce maîtresse, le gardien Mihkel Aksalu, a fait tomber l'édifice en offrant sur un plateau l'ouverture du score à Dries Mertens à la 31ème minute. Du pain béni pour des Belges en manque d'inspiration aux abords de son rectangle, malgré un monopole du ballon. Artjom Dmitrijev offrait un deuxième cadeau aux visiteurs en voyant rouge juste avant la mi-temps suite à une mauvaise intervention sur Marouane Fellaini. A quelques secondes du terme, le dernier rempart local maintenait néanmoins les siens dans le match en remportant un face-à-face devant Romelu Lukaku.

Le scénario du second acte ressemblait au premier avec des Belges toujours plus autoritaires dans la maîtrise du ballon et plus tranchants devant le but adverse. En face, le bloc estonien pouvait désormais compter sur un Aksalu déterminé à se racheter. Le héros malheureux n'a pas fait les choses à moitié en frustrant tour à tour Fellaini, Yannick Carrasco et Kevin de Bruyne. Il s'inclinait finalement sur une frappe croisée de Nacer Chadli. Le milieu droit venait couronner une prestation personnelle maîtrisée, à l'image de la victoire des Diables Rouges.

Une nouvelle victoire et deux nouveaux points d'avance sur la Grèce : la Belgique a réussi son dernier examen sans briller avant des vacances méritées.