• Les Îles Salomon dominent la Papouasie-Nouvelle-Guinée et atteignent le barrage de la zone Océanie
  • Les Salomoniens n’avaient plus participé depuis 12 ans au barrage continental
  • Ces résultats enterrent les derniers espoirs de la Papouasie-Nouvelle-Guinée et de Tahiti

Deux succès étriqués face à la Papouasie-Nouvelle-Guinée ont permis aux Îles Salomon d’atteindre pour la première fois depuis 12 ans le barrage continental de la zone Océanie. Les Salomoniens se sont imposés 3:2 à domicile, ce 9 juin, avant de l’emporter à nouveau, quatre jours plus tard, à Port Moresby, 2:1. Ces résultats voient leurs dernières chances de participer à la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ s’envoler pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée et Tahiti.

Après une période de vaches maigres, les Bonitos ont décroché leur billet pour un nouveau barrage continental, après celui disputé sur la route d’Allemagne 2006. Ils affronteront la Nouvelle-Zélande à l’occasion d’une double confrontation aller-retour dont le vainqueur jouera ensuite sa place pour Russie 2018 au meilleur des deux matches contre la cinquième équipe d’Amérique du Sud.

Les rencontres
Quatre points en deux matches : telle était l’équation qui se posait à la Papouasie-Nouvelle-Guinée et aux Îles Salomon à l’amorce de la dernière ligne droite. Tout autre pécule moins élevé aurait quasiment offert à Tahiti la première place du groupe.

Poussés par leur public, les Salomoniens ont démarré sur les chapeaux de roues à Honiara pour mener 2:0 grâce à Atkin Kaua et Benjamin Totori. La Papouasie-Nouvelle-Guinée est revenue à hauteur, par son capitaine Michael Foster, et Patrick Aisa, mais l’attaquant vedette des Salomon, Micah Lea’Alafa, a offert la victoire aux siens devant une foule en délire.

Dans l’obligation de s’imposer sur un score-fleuve pour avoir une chance d’aller plus loin, la Papouasie-Nouvelle-Guinée a bien démarré, au retour, avec l’ouverture du score de son homme en forme, Raymond Gunemba. Un espoir de courte durée cependant puisque le défenseur Felix Komolong a été exclu dans la foulée pour une faute de main dans la surface, avant qu’Henry Fa’Arodo n'égalise sur penalty. Jerry Donga a inscrit avant la pause le but de la victoire salomonienne, au grand dam des locaux et de Tahiti, qui suivait la rencontre de près à l’autre bout du continent. Malgré son élimination, la Papouasie-Nouvelle-Guinée a confirmé au cours de cette campagne son bon parcours jusqu’en finale de la Coupe des Nations de l’OFC 2016.

Dans le Groupe A, les Fidji et la Nouvelle-Calédonie se sont affrontés à deux reprises pour l’honneur, la Nouvelle-Zélande étant déjà assurée de terminer à la première place. Les deux sélectionneurs, tournés vers l’avenir, ont aligné des équipes expérimentales. L'attaquant vedette fidjien Roy Krishna a notamment débuté les deux rencontres sur le banc, mais c’est lui qui a permis à son équipe d’égaliser, à domicile, alors que la Nouvelle-Calédonie avait compté deux buts d’avance (2:2). Les Cagous ont néanmoins eu le dernier mot devant leur public. Vainqueurs 2:1 grâce à un but de Richard Sele en deuxième mi-temps, ils finissent à la deuxième place de ce groupe de trois équipes.

Le joueur
La carrière internationale de l’inusable capitaine des Îles Salomon Henry Fa’Arodo se prolongera au moins de quelques mois encore. Il a d’ores et déjà fait savoir qu’il tirerait sa révérence à l’issue de cette campagne qualificative pour la Coupe du Monde, que son égalisation à Port Moresby a contribué à prolonger.

La stat
2
 - cartons rouges ont coûté très cher à la Papouasie-Nouvelle-Guinée, réduite à dix dès la première mi-temps de deux de ses quatre rencontres du troisième tour.

FULL TIME | Solomon Islands are through to the #Stage3 #WCQ final after beating PNG 2-1 in Port Moresby pic.twitter.com/Ok7dgOtEE8

— OFC Oceania Football (@OFCfootball) June 13, 2017