• Dennis Bergkamp a marqué un but extraordinaire contre l'Argentine en 1998
  • Le Néerlandais considère cette frappe comme la plus belle de sa carrière
  • Son coup de génie doit beaucoup à la somptueuse passe décisive de Frank de Boer.

Au fil de réalisations toutes plus magnifiques les unes que les autres, Dennis Bergkamp s'est taillé la réputation d'un attaquant de grande classe. Les amateurs de football gardent en mémoire un geste exceptionnel du Néerlandais, qui s'est appliqué tout au long de sa carrière à nous donner l'embarras du choix.

Invité à désigner le plus beau but de sa carrière, l'ancien joueur d'Arsenal, de l'Ajax et de l'Inter Milan répond sans hésitation. "À mes yeux, c'est celui contre l'Argentine. Marquer de cette façon, à ma manière, à ce niveau, c'est inoubliable. J'ai toujours aimé le beau jeu mais il faut que l'esthétique débouche sur quelque chose de concret. En l'occurrence, ce but nous a ouvert les portes des demi-finales."

La technique dont Bergkamp a fait étalage sur les trois touches qui ont amené ce but d'anthologie permet de classer cette frappe parmi les plus belles de l'histoire de l'épreuve mondiale. Lorsqu'on lui demande où il a bien pu trouver la lucidité nécessaire pour réaliser un tel geste à la 89ème minute d'un quart de finale intense, tendu et épuisant, la légende batave se montre pédagogue.

L'artiste évoque son oeuvre
"J'aperçois Frank de Boer et je vois qu'il va donner le ballon. Ensuite, je fais un appel pour me démarquer et prendre quelques mètres d'avance sur mon défenseur. Le ballon arrive au-dessus de mon épaule. Je cours droit devant moi, je saute pour me mettre au contact du ballon et je contrôle", explique-t-il au magazine FourFourTwo, avant de poursuivre son récit. "Sur la deuxième touche, je repique à l'intérieur pour me débarrasser définitivement de [Roberto] Ayala et élargir mon angle de frappe. Je vise le second poteau et je tire. Après le deuxième contact, je sais que c'est dans la poche. Il ne peut plus rien m'arriver. Je donne tout ce que j'ai, comme si ma vie entière m'avait conduit à cet instant. "

"Sur le terrain, la perfection n'existe pas", ajoute Bergkamp. "Mais ce moment était, en lui-même, parfait." Bergkamp se souvient dans les moindres détails de son oeuvre d'art. L'image ci-dessus témoigne des émotions qui s'en sont suivies... juste avant que les autres joueurs néerlandais viennent congratuler le héros du jour. "J'étais très ému après ce but car je me suis rappelé d'un seul coup tous mes rêves de Coupe du Monde, quand j'avais sept ou huit ans."

Malgré l'importance de ce but et la place particulière qu'il occupe dans son cœur, Bergkamp avoue n'avoir jamais revu les images de cette rencontre disputée à Marseille. La raison est simple : "Il est toujours dans un coin de ma tête. Je n'ai pas besoin de la télévision car je sais exactement comment ça s'est passé".