• Laurent Ciman a demandé un transfert vers l'Impact de Montréal pour sa fille, atteinte d'autisme
  • Le Belge a décroché le titre de meilleur défenseur de la MLS dès sa première année
  • Il est désormais perçu comme un titulaire en puissance avec les Diables Rouges

"Le hasard est le travestissement favori du destin", écrivait Sacha Guitry. Celui de Laurent Ciman semble défier toute logique. Son statut chez les Diables Rouges a pris une nouvelle dimension après un transfert vers le Canada. Un revirement que personne n'a vu venir, lui le premier, et pour cause : il pensait mettre sa carrière de côté en franchissant l'Atlantique. 

"Au nom de ma fille"
L'argent, la gloire et les titres ? Non, la famille d'abord. Ciman sait où sont ses priorités. "Ma fille est atteinte d'autisme et le Canada semblait être l'environnement idéal pour son encadrement", précise le natif de Farciennes au micro de FIFA.com. "Ma femme envisageait d'y déménager après ma carrière mais quand j'ai découvert qu'il existait un club de MLS à Montréal, j'ai tout fait pour y décrocher un transfert. Je devais le faire pour ma famille. Ma femme et ma famille ont déjà fait assez de sacrifices pour moi. C'était mon tour."

"Les larmes de ma femme"
"Quand j'ai annoncé la nouvelle au téléphone a ma femme, elle a fondu en larmes", confie l'ancien joueur du Standard de Liège, qui arrivait en terrain inconnu au Québec, mais avec la conviction qu'il faisait la bonne chose. "Cela a mis un peu de temps mais j'ai fini par trouver mes marques et à me sentir chez moi. J'ai été agréablement surpris par le niveau et j'ai débarqué dans un club en pleine ascension". Dix mois plus tard, le Général, son surnom auprès de ses supporters québécoisa imposé son autorité sur les terrains nord-américains au point de décrocher le titre de meilleur défenseur du championnat dés sa première année. "La MLS grandit d'année en année et j'ai aussi évolué avec elle", se félicite-t-il.

"Rendre ce qu'on m'a donné"
La surprise a vite laissé place à l'engouement au Canada : les supporters de l'Impact ont découvert une personnalité attachante en dehors du terrain et autoritaire dessus. De leur côté, ses nouveaux coéquipiers ont pris l'habitude d'entendre sa voix résonner très fort. "J'ai toujours eu une grande gueule, c'est instinctif pour moi et je tiens à apporter un peu d'Europe en MLS. Je prends du plaisir à voir le championnat grandir tactiquement et techniquement." Le défenseur tient à rendre ce qu'il a reçu, comme il l'a toujours fait : "Je veux apporter le maximum au club en MLS et être un bon ambassadeur quand je retourne en Belgique pour jouer avec l'équipe nationale au milieu des stars", insiste-t-il.

"L'envie de tout casser"
En Belgique, le parcours de Ciman a étonné avant de fasciner. Joueur respecté, il n'en restait pas moins perçu comme un bon serviteur qui pouvait déjà s'estimer heureux de partager les entraînements avec les Diables Rouges. "Je me suis toujours donné à 200% à chaque entraînement car j'étais obligé d'augmenter mon niveau pour suivre le rythme, mais cela a parfois été très frustrant", confirme le Général qui n'a pas décollé du banc lors de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014. "Je me serais satisfait de quelques minutes mais je n'ai pas eu l'occasion de jouer. J'ai eu envie de tout casser à un moment donné. Heureusement que ma femme a réussi à me calmer au téléphone..."

"Loin des yeux, près du cœur"
La Russie se profile déjà pour la Belgique bien engagée dans la course à la qualification dans le Groupe H de la Zone Europe, et pour Ciman aussi. "J'ai acquis un meilleur statut depuis mon transfert à l'Impact de Montréal", souligne celui qui a inscrit son premier but avec la Belgique contre la Norvège (3:2) (voir photo) avant de débuter l'UEFA EURO 2016 avec le costume de titulaire. A l'aube de ses 32 ans, Ciman rêve désormais tout haut d'un nouveau scénario à l'épreuve mondiale avec le statut d'acteur principal cette fois, après avoir donné le second rôle à sa carrière pour sa famille.