• Amin Younes a remporté son premier trophée avec l’Allemagne un mois seulement après son premier match international
  • L'ailier a notamment inscrit le quatrième but des Allemands en 1/2 finale de Russie 2017
  • Il fait l’éloge de ses coéquipiers et de l’expérience de Joachim Löw

Cet été ne ressemble pas aux autres pour Amin Younes. Une fois la saison terminée, le joueur de 23 ans n’a pas quitté son club pour aller au Liban, lieu de naissance de son père, comme il en a l’habitude chaque année.

Quelques jours après avoir emmené l’Ajax Amsterdam en finale de l'UEFA Europa League pour affronter Manchester United, il a été appelé pour la première fois en sélection d'Allemagne. Younes a disputé son premier match international face au Danemark, quelques jours avant le début de la Coupe des Confédérations de la FIFA, Russie 2017. Il a ensuite inscrit son premier but avec la Mannschaft face à Saint-Marin, en qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™.  

En Russie, Younes et ses coéquipiers ont permis à l’Allemagne de décrocher sa première Coupe des Confédérations. Il est entré en jeu à deux reprises et a inscrit le quatrième but face au Mexique, en demi-finale. L'ailier rapide a donc vécu un été "incroyable", comme il l'explique au micro de FIFA.com dans un entretien réalisé au Liban, où il a été accueilli en héros.

Amin, comment avez-vous vécu cette saison exceptionnelle ?
C’est très bien d’arriver en finale de l'Europa League avec l’Ajax Amsterdam et de remporter la Coupe des Confédérations avec l’Allemagne. Tous les joueurs en rêveraient. L’année dernière, j’ai progressé, mais cette année a été davantage couronnée de succès. C’était incroyable. Si on m’avait demandé il y a un an si j’allais gagner ce trophée, je n'y aurais pas cru. C’était aussi un événement pour ma famille car c’est la première grande compétition que je remporte avec la sélection. 

Imaginiez-vous que l’Allemagne pouvait l’emporter avec une équipe aussi jeune ?
Avant la compétition je pensais qu’il serait dur de l’emporter car le Chili, le Mexique et les autres équipes sont venus avec leurs titulaires. Au fil des matches, j’ai eu un bon pressentiment. Nous avons su former une équipe soudée capable de remporter le titre. 

En quoi l’expérience de Joachim Löw vous a-t-elle fait progresser ?
Il a joué un grand rôle. Il nous a montré que chaque joueur est important pour l’équipe, qu’il soit titulaire ou non, et il nous a demandé de donner le meilleur de nous-mêmes. Il insistait sur que le fait que malgré notre jeunesse, beaucoup parmi nous avaient disputé de grandes affiches comme la finale de l’Europa League ou de la Ligue des champions. Draxler et Kimmich ont beaucoup d’expérience, il ne faut pas l’oublier. Il nous demandait chaque jour de respecter les autres équipes, sans les craindre. 

Vous n'avez joué que quelques minutes mais vous avez inscrit un but face au Mexique. Quels souvenirs en gardez-vous ?
Je n’ai pas eu le temps de fêter ça pendant la Coupe des Confédérations mais à la fin, j’ai réalisé que j’avais accompli beaucoup de choses et que les gens étaient heureux. Durant la compétition, on essaye de rester concentré sur nos objectifs et de tout donner. Maintenant, je mesure l’impact de mes performances, surtout au Liban. 

Après votre première sélection, votre premier but et votre premier titre international, que doit-on encore attendre ?
Mon principal objectif est de participer à la Coupe du Monde 2018. Il reste un an avant la compétition et tous les joueurs qui étaient présents en Coupe des Confédérations voudront aussi être de la fête. Nous devons bien jouer cette année afin d’être sélectionnés. J’espère que je réaliserai une belle saison avec l’Ajax pour retrouver la sélection. Je ferai tout pour ça.