• Le défenseur Michael Boxall a débuté les trois matches de la Nouvelle-Zélande lors de la Coupe des Confédérations de la FIFA, Russie 2017
  • Les All Whites affrontent les Îles Salomon en barrage des qualifications de la zone Océanie pour la Coupe du Monde de la FIFA
  • Les Kiwis joueront à domicile le 1er septembre, avant de disputer le match retour le 5 septembre aux Îles Salomon

L’année 2017 a démarré sous les meilleurs auspices pour la Nouvelle-Zélande. Après avoir décroché leur billet pour les barrages de la compétition préliminaire de la zone Océanie pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ en mars, les hommes d’Anthony Hudson sont récemment partis à la découverte du pays hôte à l’occasion de la Coupe des Confédérations de la FIFA.

Après cette précieuse expérience, les All Whites se reconcentrent désormais sur leur quête d’une nouvelle aventure en Russie l’année prochaine. Les Kiwis ont rendez-vous avec les Îles Salomon pour une double confrontation qui ouvrira au vainqueur les portes du barrage intercontinental contre le cinquième de la compétition préliminaire de la zone Amérique du Sud, en novembre. Les Néo-Zélandais accueilleront leur adversaire du Pacifique ce 1er septembre pour le match aller, avant de disputer la deuxième manche décisive à l’extérieur quatre jours plus tard.

"On est convaincus de remporter ces matches et avec le talent qu’on a, on devrait plier l’affaire dès le match aller, chez nous, et dissiper tous les doutes", annonce le défenseur Michael Boxall au micro de  FIFA.com. "Depuis notre dernière rencontre face aux Îles Salomon à la Coupe des Nations l’année dernière, un nouvel entraîneur européen a rejoint le staff, ce qui leur a apporté une bien meilleure organisation. C’est une équipe difficile à manœuvrer et qui dispose de redoutables attaquants dont il faudra toutefois se méfier."

Aux yeux du joueur de 29 ans, le fait de jouer cette première manche au North Harbour Stadium d’Auckland ne constitue pas un problème. "Avec la sélection, on ne joue pas souvent devant nos supporters, alors quand on en a la chance, on doit en profiter et donner le maximum de nous-mêmes pour les faire vibrer," confirme-t-il. "Je pense que l’excitation supplémentaire et même la pression de jouer à domicile devant notre public ne peuvent être que positives. Il me tarde vraiment de jouer devant mes amis et ma famille à Auckland."

Les enseignements de Russie 2017
Sous les ordres de Hudson, la sélection néo-zélandaise est devenue plus compétitive. Derniers du Groupe A à la Coupe des Confédérations, les All Whites ont malgré tout impressionné par leur combativité contre la Russie, le Mexique et le Portugal. Titulaire lors des trois matches de la Nouvelle-Zélande à Russie 2017, Boxall estime que l’expérience acquise à la Coupe des Confédérations a donné à son équipe un avant-goût unique de la Russie, ce qui constituerait un précieux atout si elle y revenait en 2018.

"Lorsqu’on a déjà joué dans un endroit une fois, c’est bien plus facile la deuxième, d’autant plus qu’on a une équipe assez jeune", explique Boxall, par ailleurs défenseur de Minnesota United, en MLS. "On n’a pas souvent l’occasion de se mesurer aux meilleurs joueurs du monde car on vient d’Océanie. Dans un sens, on a donc vécu une aventure enrichissante et on espère que cela nous sera utile pour y retourner l’année prochaine".