• Espagne-Italie et France-Pays-Bas à l’affiche
  • L’Allemagne, la Pologne et la Belgique en quête de consolidation
  • Le Danemark et l’Écosse condamnés à la victoire

À moins de dix mois de Russie 2018, la course à la qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA™ s’accélère en Europe, où rien n’est encore joué.

Largement leaders avec six, cinq et quatre points d’avance dans les Groupes E, C et H respectivement, la Pologne, l’Allemagne et la Belgique tenteront de conforter leur domination. Ailleurs, la lutte est nettement plus serrée, notamment dans quatre poules où les deux premiers sont à égalité de points : la Suède et la France (A), l’Espagne et l’Italie (G), la Serbie et la République d’Irlande (D), la Croatie et l’Islande (I).

En tête d'affiche de cette journée, l’alléchant rendez-vous entre les Azzurri et la Roja à Madrid, ainsi que les chocs France-Pays-Bas et Turquie-Croatie.

Groupe A
Après sa défaite 1:2 en Suède qui lui a coûté la pole position, la France revient sur ses terres pour une double confrontation qui la mettra aux prises avec les Pays-Bas au stade de France et le Luxembourg à Toulouse. De leur côté, les Blagult se préparent à deux rencontres compliquées en Bulgarie et au Belarus. Quant aux Pays-Bas, malgré leurs difficultés initiales, ils ne pointent qu’à trois longueurs du duo de tête.

Groupe B
Une course à deux s’est engagée dans ce groupe, le Portugal, deuxième derrière la Suisse, devançant de huit unités son plus proche poursuivant, la Hongrie. Seule équipe à afficher un carton plein avec l’Allemagne, la Nati voudra conserver son avance de trois points en disposant d’Andorre à domicile et de la Lettonie à l’extérieur. La Selecção das Quinas ne devrait avoir aucun mal à rester sur les talons des Helvètes, si Cristiano Ronaldo - auteur de 11 réalisations en qualifications jusqu’ici - continue de faire tourner son compteur au rythme d’un but toutes les 41 minutes.

Groupe C
Forte de six victoires consécutives et de 27 buts marqués contre un seul encaissé, l’Allemagne paraît invincible. Le champion du monde pourrait toutefois être mis à rude épreuve par ses prochains adversaires, la République tchèque à Prague, et la Norvège qu’elle reçoit à Stuttgart. Pour la Reprezentace, l’heure de vérité a sonné. Après s’être frottée au leader du groupe, elle se rendra à Belfast afin d’en découdre avec la dauphine, l’Irlande du Nord, consciente de n’avoir plus droit à l’erreur.

Groupe D
A Dublin, un match au sommet opposera la Serbie à la République d’Irlande. Partis sur les chapeaux de roue, les Irlandais ont ensuite marqué une pause et engrangé seulement deux points sur les six possibles lors de leurs dernières rencontres, toutes deux à domicile. Ils font face à un déplacement difficile en Géorgie avant leur bras de fer avec les Serbes. Premiers à la différence de buts, ceux-ci espèrent faire le plein sur leur pelouse aux dépens de la Moldavie, avant de mettre le cap sur la capitale irlandaise. À quatre points des leaders, le Pays de Galles et l’Autriche s’affrontent à Cardiff, sachant que, selon toutes probabilités, seul le vainqueur restera dans la course.

Groupe E
Invaincue pour l’instant, la Pologne de Robert Lewandowski (11 buts au compteur) s’apprête à relever son plus grand défi à Copenhague, contre un Danemark new look. Les hommes d’Age Hareide se soucient cependant davantage de prendre le pas sur le Monténégro, avec qui ils partagent la deuxième place, que de se rapprocher de la tête du groupe. Ils s’efforceront de freiner les Aigles Blancs et de s’imposer en Arménie, tout en espérant que les Monténégrins trébuchent au Kazakhstan ou chez eux, face à la Roumanie.

Groupe F
Deuxième derrière l’Angleterre, la Slovaquie devra mettre le bleu de chauffe lors du double choc qui la verra se mesurer dans son fief à la Slovénie, troisième de la poule, puis aux Trois Lions à Wembley. Le moindre faux pas pourrait ouvrir la porte aux Dragons ou à l’Écosse, qui se sait néanmoins condamnée si elle ne prend pas les six points face à la Lituanie et à Malte.

Groupe G
Confortables leaders avec sept points d’avance sur l’Albanie et Israël, l’Espagne et l’Italie, deux anciens champions du monde, ont rendez-vous à Santiago Bernabeu pour le match de qualification le plus attendu de la Zone Europe. Après le nul 1:1 à Turin en octobre dernier, une victoire serait sans doute décisive pour l’une ou l’autre, la Roja ne menant qu’à la différence de buts.

Groupe H
Seule équipe à avoir tenu tête à la Belgique en obtenant un nul 1:1 en mars à Bruxelles, la Grèce espère réduire l’écart de quatre points la séparant des Diables Rouges, qu’elle défie au Pirée. Toujours en course, la Bosnie-et-Herzégovine pointe à une longueur des Hellènes et cherchera à rattraper le leader en ramenant des victoires de Chypre et de Gibraltar.

Groupe I 
Sa victoire cruciale contre la Croatie en juin dernier a permis à l'Islande de rejoindre son adversaire en tête du groupe. Les deux leaders doivent maintenant tout faire pour laisser les poursuivants à distance respectable. La Turquie et l'Ukraine ne sont qu'à deux points, avant respectivement de recevoir les Croates et de se déplacer à Reykjavik. Bien malin qui saura prédire laquelle de ces quatre équipes occupera la pole position à l'issue de ces deux rencontres...