• Le Paraguay et le Pérou gagnent et mettent la pression
  • L’Argentine et l’Uruguay se quittent dos à dos
  • Le Brésil sécurise la première place des qualifications

LE FILM DE LA JOURNÉE - Le Paraguay, qui a créé la surprise au Chili, et le Pérou, qui a battu la Bolivie à domicile, ont fait les bonnes opérations de la 15ème journée des qualifications sud-américaines à la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. Le classement s’en trouve encore plus serré.

S’ils ne leur ont pas permis d’accéder aux positions directement qualificatives ou au strapontin de barragiste, les succès des Paraguayens et des Péruviens les ont rapprochés de la Colombie, de l’Uruguay, du Chili et de l’Argentine, tout en dépassant l’Équateur. C’est ainsi qu’à trois journées de la fin, seulement cinq points séparent le deuxième du huitième dans la course aux quatre sésames et demi qui restent en jeu.

Soulignons que le Brésil, déjà qualifié, s’est assuré la première place des qualifications de la CONMEBOL pour la troisième fois en quatre participations.

Les résultats
31 août

Venezuela 0:0 Colombie
Chili 0:3 Paraguay
Uruguay 0:0 Argentine
Brésil 2:0 Équateur
Pérou 2:1 Bolivie

L’affiche
Chili 0:3 Paraguay 
Arturo Vidal (24' csc), Víctor Cáceres (55’), Richard Ortiz (90’+2')

Les hommes de Francisco Arce ont réalisé le match quasi-parfait à Santiago, où ils ont fait preuve d’application dans le jeu et de pragmatisme à la finition. Les Albirrojos ont ainsi décroché une de ces victoires qui font du bien à la fois mathématiquement et psychologiquement. "C’est une belle opération, nous sommes de retour dans la course", estime Arce, qui s’était imposé au Chili en tant que joueur en 2003, dans le cadre des qualifications pour Allemagne 2006.

Les autres rencontres
La Colombie, qui semblait avoir perdu deux points avec son nul 0:0 à San Cristóbal, tire finalement un bilan positif de cette journée. Les Cafeteros se sont procuré de belles occasions, mais ils se sont heurtés au gardien du Venezuela Wuilker Fariñez, l’un des trois vice-champions du monde U-20 titularisés par Rafael Dudamel. Ils ont aussi connu des moments plus compliqués et auraient pu concéder un revers sans la solide prestation de David Ospina dans ses cages.

L’Uruguay et l’Argentine se sont quittés dos à dos sur un score vierge. Dans un Centenario qui affichait complet, les armes offensives ne manquaient pourtant pas, avec d’un côté le tandem Luis Suárez - Edinson Cavani et de l’autre le trident Lionel Messi - Paulo Dybala - Mauro Icardi. Si la formation de Jorge Sampaoli, qui effectuait ses débuts officiels au poste de sélectionneur de l’Albiceleste, a paru un peu plus entreprenante, les deux équipes ont semblé se satisfaire de ce résultat.

Le Pérou a dû souffrir jusqu’à la dernière action pour assurer une victoire indispensable face à la Bolivie. Chez eux, les Incas ont eu du mal à débloquer le score, ce qu’ils ont réussi à faire grâce à des buts d’Edison Flores et de Christian Cueva, puis ils ont peiné à tenir le résultat après un but bolivien signé Gilbert Álvarez. Au final, les Péruviens s’en tirent avec les trois points et mettent ainsi la pression aux équipes qui les précèdent.

En revanche, l’Équateur ne parvient toujours pas à relever la tête. À Porto Alegre, il a concédé sa troisième défaite consécutive dans ces qualifications, tombant de la sixième à la huitième place. Les protégés de Gustavo Quinteros ont tenu la dragée haute au Brésil pendant 70 minutes, mais le but de Paulinho les a terrassés. Coutinho s’est ensuite chargé de corser l’addition sur une belle réalisation.

Le joueur
Edison Flores (Pérou)
Le Pérou voyait s’envoler sa dernière chance de monter dans le train pour la Russie lorsque Flores l’a remis sur les rails d’une puissante frappe du gauche. Buteur lors de quatre des six dernières rencontres qualificatives, le milieu de terrain de 23 ans est l’un des grands artisans de la renaissance péruvienne.

Le saviez-vous ?
Vainqueur de l’Équateur le 1er septembre 2016 à Quito en qualifications mondialistes pour son premier match à la tête du Brésil, Tite a fêté la première année de son mandat par un nouveau succès face aux Équatoriens. Le technicien a remporté les neuf matches qu’il a dirigés à ce jour, récoltant 27 points qui lui permettraient d’occuper la tête du classement même sans les neuf unités apportées par son prédécesseur, Dunga.

La stat

6 matches sur un total de 15 ont vu l’Argentine échouer à faire trembler les filets dans ces qualifications. Les Albicelestes n’avaient pas fait pire depuis la compétition préliminaire pour Allemagne 2006, au cours de laquelle ils n’avaient marqué que lors de cinq matches sur 18.

Entendu...
"Nous devons être beaucoup plus agressifs dans les 30 derniers mètres. En plus de maîtriser le ballon, nous devons mobiliser davantage de joueurs en attaque. Nous devons trouver les espaces. Le fait d’être en difficulté au classement génère beaucoup de nervosité. Il ne faut pas oublier que les qualifications sont parfois plus difficiles que la Coupe du Monde" - Jorge Sampaoli, sélectionneur de l’Argentine