À 44 ans, la passion d'Essam El-Hadary n'a pas diminué. L'inusable gardien de but a comme objectif d'entrer dans l'histoire avec une Égypte proche de participer à une phase finale de Coupe du Monde la FIFA™ pour la première fois depuis presque trois décennies.

  • L'Égypte proche de la qualification pour Russie 2018
  • Essam El-Hadary pourrait devenir le joueur le plus âgé à participer à une phase finale
  • À 44 ans, il compte plus de 150 capes

Les Pharaons sont en tête du Groupe E des qualifications africaines pour la Russie. Ils ont pris neuf points en quatre matches. S'ils battent le Congo à domicile et que l'Ouganda (sept points) ne parvient pas à prendre le meilleur sur le Ghana en octobre, ils s'ouvriront les portes de la Coupe du Monde pour la première fois depuis 1990.

Pour ce qui pourrait être la fin d'une longue traversée du désert, El-Hadary ajouter à sa brillante carrière une une participation à une Coupe du Monde dont il n'a encore jamais connu les frissons. "J'ai presque tout fait dans ma carrière. J'ai gagné 37 trophées et connu des moments remarquables, comme notre victoire sur l'Italie à la Coupe des Confédérations 2009. La seule chose qui me manque est une participation à la Coupe du Monde", explique à FIFA.com le portier, qui s'est fait un nom avec Al Ahly et évolue aujourd'hui en Arabie Saoudite à Al-Taawoun.

L'âge, juste un nombre
"J'ai toujours été très déterminé et persévérant dans ma volonté de continuer à jouer. C'est mon caractère. Quand j'étais à Al Ahly, Ahmed Nagui m'avait dit que j'arrêterais de jouer après mes 50 ans", poursuit-il. "Le fait de toujours avoir une chance de disputer une Coupe du Monde me motive encore plus à continuer pour essayer de réaliser ce rêve."

El-Hadary a fait ses débuts avec l'Égypte en 1996, à une époque où l'une des stars actuelles de l'équipe, l'ailier de Stoke City Ramadan Sobhi, n'était pas encore né. Il est aujourd'hui encore titulaire en sélection et lors des quatre premiers matches de l'Égypte dans le Groupe E, il a montré qu'il n'avait rien perdu de sa fiabilité, prouvant que pour lui l'âge n'est qu'un nombre.

En début d'année, El-Hadary a été appelé en sélection pour disputer la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF, mais seulement au troisième rang dans la hiérarchie des gardiens. Mais dès le premier match, il a remplacé le gardien du Zamalek Ahmed El-Shennawi, sorti sur blessure. En demi-finale, il a été le héros de la série de tirs au but contre le Burkina Faso. Il est par ailleurs devenu le joueur le plus âgé à participer à la CAN, battant le record de son ancien coéquipier Hossam Hassan.

Détermination et persévérance
Si l'Égypte se qualifiait pour la Coupe du Monde, El-Hadary pourrait étendre ce record à l'échelle mondiale. "Mon premier objectif est d'aider l'Égypte à se qualifier pour la Coupe du Monde. Mes objectifs personnels devraient suivre naturellement, mais la chose la plus importante est d'atteindre ce premier objectif", tempère-t-il. "La gloire personnelle viendra une fois que le grand objectif aura été réalisé."

El-Hadary a de bonnes raisons de rester prudent. En 2009, dans les qualifications pour l'Afrique du Sud, l'Égypte s'était inclinée 1:0 devant l'Algérie dans un barrage qualificatif pour l'Afrique du Sud. Quatre ans plus tard, scénario identique face au Ghana, avec une défaite 7:3 en score cumulé.

Mais sous la houlette de l'Argentin Hector Cuper, l'Égypte est devenue beaucoup plus hermétique en défense, au point d'être accusée par certains de pratiquer un football trop prudent et peu attrayant. "En football, vous ne pouvez pas vous contenter de faire des calculs mathématiques pour évaluer vos chances de qualification. Les résultats dépendent avant tout de votre degré de détermination, de persévérance et d'ambition", confie Hadary. "J'estime que notre groupe possède toutes ces qualités. Nous sommes tous obsédés par la qualification. Nous y pensons quand nous mangeons, et même quand nous dormons", conclut-il.