• Sur la photo ci-dessus, Arie Haan fête la qualification des Pays-Bas pour la finale de la Coupe du Monde de la FIFA 1978™
  • Haan a marqué un deuxième but spectaculaire en Argentine pour qualifier les Oranje
  • Michels : "On incite les Néerlandais à tirer de loin"

Quand on pense à l'équipe des Pays-Bas des années 1970, c'est le jeu fluide et complexe synonyme du 'Football total' qui vient à l'esprit. Ces magiciens du ballon rond n'étaient cependant pas contre une bonne vieille mine en pleine lucarne. Une tactique qui s'est avérée efficace. "Nous avons marqué de très beaux buts dans cette Coupe du Monde", se souvenait Rinus Michels. "Je pense que c'est parce qu'on incite les joueurs néerlandais à tirer de loin. Et puis nous disposions d'excellents tireurs à l'époque."

C'est lors de l'édition 1978 que les Oranje ont surtout usé de cet atout imparable : les frappes de loin. Et dans cet exercice, Arie Haan était indéniablement le meilleur. Connu pour sa polyvalence, la légende de l'Ajax et d'Anderlecht était tout aussi à l'aise en défense, en attaque ou encore au poste de sentinelle ou de créateur au milieu de terrain, que ce soit pour son club ou son pays. Mais on se souvient surtout de lui pour sa force de frappe sensationnelle. Une arme qu'il n'a pas hésité à déployer lors de la victoire 2-1 contre l'Italie pour qualifier les Néerlandais pour une deuxième finale de rang.

En soi, marquer de près de 40 mètres est déjà plutôt remarquable. Mais tromper la vigilance d'un gardien du calibre de Dino Zoff de cette distance l'a véritablement fait entrer dans l'histoire de la Coupe du Monde. Cette photo laisse transpirer la joie de Haan au terme de cette victoire obtenue grâce à son but décisif. Les doigts levés peuvent être interprétés de plusieurs manières.

Après tout, les Pays-Bas venaient de battre les Azzurri grâce à deux frappes splendides de loin, inscrites par Haan et Ernie Brandts, le joueur qui l'enlace sur la photo. Mais l'homme à tout faire des Oranje veut peut-être rappeler au monde entier qu'il n'en était pas à son coup d'essai. En effet, il avait déjà marqué un but d'extraterrestre contre l'Allemagne de l'Ouest, le meilleur ennemi de son pays, lors du précédent match.

Dans tous les cas, Haan quittait l'Argentine avec une nouvelle finale perdue, mais sans avoir oublié de confirmer son statut de légende de la Coupe du Monde.

Le saviez-vous ?
Le Musée du Football mondial de la FIFA à Zurich comporte une section dédiée à toutes les éditions de la Coupe du Monde de la FIFA™. Voici à quoi ressemble l'exposition de l'édition 1978.