• La Nouvelle-Zélande s’est imposée 6 :1 en barrage aller de la Zone Océanie
  • Chris Wood a inscrit un triplé
  • Les Îles Salomon tenteront l’impossible lors du retour le 5 septembre

La Nouvelle-Zélande n’est pas encore en barrage intercontinental, dernière étape avant la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, mais elle a déjà fait un grand pas à l’issue du match aller de la phase de barrages de la Zone Océanie. Avec une victoire 6:1 face aux Îles Salomon à domicile, les Kiwis n’ont pas grand-chose à craindre du match retour.

Au North Harbour Stadium d’Auckland ce 1er septembre 2017, les Salomonais espéraient frapper un grand coup, ou au moins préserver un minimum de suspense avant la deuxième manche dans leur bouillant stade d’Honiara. Mais les Néo-Zélandais n’avaient pas envie de jouer à se faire peur. Chris Wood a seulement eu besoin d’un gros quart d’heure pour mettre les siens sur la voie d’un large succès (18’, 1:0).

Heureux et épanoui depuis son récent transfert en Premier League anglaise, l’attaquant de Burnley a été le grand artisan de cette démonstration puisqu’il a doublé la mise avant la pause (36’, 2:0), et signé un triplé dans les arrêts de jeu (90’+3, 6:1). Entretemps, Kosta Barbarouses (39’, 3:0), Ryan Thomas (56’, 4:1), et Michael McGlinchey avaient aussi participé au festival offensif, alors que Henry Fa'arodo avait brièvement redonné des couleurs et une lueur d’espoir à sa formation sur penalty (53’, 3:1).

Avec ce large succès, les All Whites n’auront qu’à éviter l’accident pour finir le travail en terres salomonaises le 5 septembre prochain. Pour leur part, les Bonitos, qui avaient attendu 12 ans pour revenir à ce stade de la compétition, peuvent quasiment déjà se tourner vers les qualifications pour Qatar 2022…