• 16ème participation du Mexique à la Coupe du Monde
  • El Tri a su: combiner des talents prometteurs et des joueurs expérimentés
  • Juan Carlos Osorio : "C'es très gratifiant de faire partie de ce grand groupe"

Cela faisait 12 ans que le Mexique ne s'était pas qualifié sans accroc pour une Coupe du Monde la FIFA™. La dernière fois, dans les qualifications pour Allemagne 2006, le Mexique alors dirigé par Ricardo Antonio La Volpe avait bouclé le tournoi hexagonal avec 22 points et terminé en tête, à égalité avec les États-Unis.

Aujourd'hui, sous la houlette de Juan Carlos Osorio, El Tri a repris les commandes de la CONCACAF en validant son billet pour Russie 2018 à trois journées du terme des qualifications, dans un groupe - exception faite du leader - très équilibré.

Malgré cela, le parcours du Mexique n'a pas toujours été une promenade de santé. El Tri a débuté ces qualifications avec Miguel "El Piojo" Herrera aux commandes, mais le sélectionneur a été remercié suite à une altercation avec un journaliste au lendemain du sacre mexicain dans la Gold Cup de la CONCACAF 2015. Le Colombien Osorio lui a succédé et a peu à peu imposé son style, pour façonner une équipe où la prise de risques a diminué et les touches de balles - en particulier en milieu de terrain - ont augmenté. En outre, Osorio a beaucoup fait tourner son effectif.

Ce système a porté ses fruits. Lors des sept premiers matches de l'ère Osorio, le Mexique n'a encaissé aucun but et n'a d'ailleurs toujours pas connu la défaite dans ces qualifications de la CONCACAF.

La qualification
- Au 4ème Tour, El Tri a terminé en tête du Groupe A, avec 5 victoires, 1 nul, 13 buts pour et seulement 1 contre.

- Dans l'Hexagonal final, le Mexique n'a toujours pas connu la défaite, avec5 succès et 3 nuls en 8 journées.

- Osorio a mis fin à deux séries négatives avec des victoires au Honduras et au Canada, ce qui n'était plus arrivé depuis 1993. Plus fort encore, le Mexique s'est imposé aux États-Unis, ce qui ne lui était plus arrivé depuis 44 ans dans les qualifications mondialistes.

Les joueurs
L'ossature de l'équipe est composée de joueurs évoluant en Europe : Guillermo Ochoa dans les buts, Héctor Moreno (AS Rome) en défense, et le capitaine Andrés Guardado (Real Betis) à la transition entre la défense et l'attaque. Héctor Herrera et José Corona (FC Porto) sont chargés de faire remonter le ballon où le jeune Hirving Lozano (PSV Eindhoven) et l'expérimenté Javier Hernández sont chargés de convertir les occasions.

Marge de progression
Le talon d'Achille de l'équipe est le positionnement de sa défense sur les phases offensives. L'arrière-garde est souvent placée très haut et lorsque l'équipe adverse récupère le ballon, elle se trouve parfois prise de vitesse sur les contre-attaques.

Ambition
C'est une obsession nationale : le Mexique veut atteindre les quarts de finale de la Coupe du Monde, ce qu'il n'a plus réussi à faire depuis Mexique 1986. Depuis, El Tri a chuté au stade des huitièmes de finale à chacune des éditions auxquelles il a participé.

Entendu…
"C'est très gratifiant de faire partie de ce grand groupe de personnes. Je suis très engagé dans ce projet. Je vais me donner à 100 % et l'apport de tous, à commencer par le mien, est nécessaire." - Juan Carlos Osorio, sélectionneur du Mexique