La nette victoire de l'Iran sur la Nouvelle Zélande (3-0) est venue confirmer la mainmise des équipes asiatiques sur l'AFC/OFC Challenge Cup. Deux buts d'Ali Karimi inscrits en première mi-temps, suivis d'un autre du jeune Hossein Kaabi, âgé de 17 ans seulement, auront suffi à assurer la victoire des Iraniens. Ils remportent ainsi cette compétition qui voit s'affronter les équipes championnes d'Asie (en alternance les vainqueurs de la Coupe d'Asie et des Jeux Asiatiques) et d'Océanie.

Une Challenge Cup indécise

A l'origine, le trophée devait se disputer en deux manches, chaque équipe recevant à tour de rôle. Pourtant, les deux premières éditions (il y a deux ans, le Japon avait battu l'Australie sur ce même score de 3-0) ont été organisées sur le terrain du champion d'Asie.

La guerre en Irak et l'épidémie de SARS (pneumopathie atypique) ont causé d'énormes soucis aux organisateurs, qui n'ont eu d'autre solution que de programmer une seule et unique rencontre à Téhéran en octobre, la seule date encore disponible. On ne donnait déjà pas cher des chances de l'équipe néo-zélandaise, mais dans ces conditions, la décision du sélectionneur Mick Waitt d'emmener une équipe très inexpérimentée n'avait rien de rassurant. Affronter plus de 50 000 supporters iraniens dans un stade Azadi plein comme un œuf s'annonçait comme un véritable baptême du feu pour Che Bunce, Leo Bertos et Tony Lochhead, les trois bleus des All Whites.

La ferveur du public allait se trouver décuplée du fait de ses retrouvailles avec deux personnages emblématiques de l'équipe nationale : d’une part Mehdi Mahdavikia, qui n'avait plus endossé le maillot de l'équipe nationale depuis l'élimination face à la République d'Irlande, en match de barrage de la Coupe du Monde de la FIFA, Corée/Japon 2002, d’autre part l'entraîneur croate Branko Ivankovic, qui avait conduit cette même équipe iranienne à la victoire lors des Jeux Asiatiques l'année dernière. Ce dernier effectuait son grand retour suite au limogeage de Hooman Shahrokhi après une humiliante défaite concédée 2-3 face à la Jordanie en Coupe d'Asie.

Après quelque deux ans d'absence, Mahdavikia n'allait pas mettre très longtemps à se rappeler au bon souvenir de ses nombreux admirateurs. Il commençait par tester Mark Paston, le gardien des Kiwis d'une frappe puissante des vingt mètres. Ce dernier parvenait à dévier la balle mais il ne pouvait rien pour empêcher Karimi, idéalement placé, de conclure l'action et d'ouvrir le score. On retrouvait les deux hommes huit minutes plus tard, quand le milieu de terrain du Hambourg SV lançait parfaitement Karimi en pleine course. Cette fois-ci, l'attaquant iranien, qui évolue sous les couleurs d'Al Ahly aux Emirats Arabes Unis, évitait la sortie du gardien avant de glisser la balle au fond des filets.

A ce stade de la partie, les Océaniens, peut-être déconcertés par la présence inhabituelle de leur capitaine Ryan Nelsen en milieu de terrain, en étaient réduits à faire de la figuration. Dans ce contexte, le troisième but iranien semblait inéluctable et c’était le jeune Kaabi qui se chargeait de l'inscrire juste après l'heure de jeu. Après s’être débarrassé de son défenseur, il s’en allait battre Paston.

Il s'en fallait d'ailleurs de peu que le capitaine Ali Daei n'inscrive un quatrième but d'une belle frappe du gauche au cours de l'ultime minute, mais Paston parvenait à bloquer la balle. A l'issue de la rencontre, Ivankovic avouait volontiers qu'il n'avait eu qu'à remettre en place le schéma qui avait si bien réussi à son équipe lors des Jeux Asiatiques de 2002.

"Ce soir, ce n'est pas un individu qui a gagné, c'est toute l'équipe. Nous avons pratiquement joué dans un même souffle, s'enthousiasmait-il. Mais j'espère que nous allons faire encore mieux contre le Liban et la Corée DPR."

La première sortie de son équipe depuis une très décevante Coupe des Confédérations de la FIFA en juin dernier se soldait donc par une nouvelle défaite pour le sélectionneur néo-zélandais Waitt, qui se montrait pourtant beau joueur : "Toutes mes félicitations aux Iraniens. Ils étaient les meilleurs et méritent ce trophée."