Depuis sa fondation en mai 1904, la FIFA a connu huit présidents. Ce mercredi 1er juin 2011, l’instance dirigeante du football mondial va vivre une nouvelle élection présidentielle. FIFA.com a voulu profiter de cette opportunité pour se souvenir de ces huit hommes, de ce qu’ils étaient et de ce qu’ils ont fait pour le beau jeu.

Le Français Robert Guérin (1904-1906) fut l’instigateur et le responsable de la fondation de la FIFA, en 1904. Ce journaliste, qui rassembla les sept nations fondatrices à Paris, fut nommé Président lors du premier Congrès de la FIFA, célébré les jours suivant la création de l’institution. Au cours de ses deux années de mandat, il réussit à faire adhérer à la FIFA huit nouveaux pays.

Son successeur fut Daniel Burley Woolfall (1906-1918), élu au Congrès de 1906 organisé à Berne. Il parvint à constituer le règlement, conformément au modèle anglais et fit ratifier son application internationale. Il accueillit au sein de la FIFA les premières nations non-européennes (Afrique du Sud, Argentine, Chili et Etats-Unis) et participa activement à l’organisation des premiers Jeux Olympiques en 1908. La FIFA fut désignée responsable du Tournoi Olympique de Football. C’est également au Britannique que l’on doit l’adhésion de la FIFA à l’International Football Association Board (IFAB). Après son décès en 1918, c’est le Néerlandais Carl Anton Wilhelm Hirschmann qui, en qualité de Secrétaire Honoraire, prit les rênes de la fédération pendant cette période difficile de l’après-guerre.

Le Président de l’Association française de football, Jules Rimet, réussit à convoquer une assemblée en 1919 à Bruxelles, mais les plaies de la première guerre mondiale ne s’étaient pas encore refermées et les résultats furent décevants. Le Français convoqua une nouvelle assemblée en 1920 à Anvers, qui vit l’élection d’un nouveau Conseil d’administration et la désignation de Rimet au poste de Président, à titre provisoire. Le résultat de cette élection fut soumis à la ratification des associations membres, qui acceptèrent les décisions à l’unanimité. C’est la dernière fois que furent autorisés les votes par courrier ou mandat.

Jules Rimet (1921-1954) entra en fonction le 1er mars 1921 à l’âge de 48 ans et dirigea la FIFA pendant 33 ans. Inspiré par le succès du Tournoi Olympique de Football, il fut le principal artisan de la création de la Coupe du Monde de la FIFA. Il supervisa l’organisation des cinq premières éditions de la compétition. En reconnaissance de sa brillante initiative, le trophée fut baptisé "Coupe Jules Rimet", avant d’être remanié en 1974 suite au troisième titre du Brésil.

Le mandat le plus long de l’histoire de la FIFA fut suivi du mandat le plus court. Le Belge Rodolphe William Seeldrayers (1954-1955), vice-président de la FIFA pendant plus de 25 ans sous Rimet, disparut un an après avoir été élu à la tête de l’organisation.

L’Anglais Arthur Drewry (1955-1961) fut Président à titre provisoire pendant six mois, jusqu’aux élections de 1956. Il s’était beaucoup employé à réintégrer les associations britanniques au sein de la FIFA en 1946. Après sa mort, la FIFA fut dirigée par le Suisse Ernst B. Thommen jusqu’au Congrès extraordinaire célébré le 28 septembre 1961. Ce congrès vit l’accession au poste de Président de l’Anglais Stanley Rous (1961-1974). Cet arbitre de première catégorie avait participé à la rédaction des nouvelles Lois du Jeu en 1938. C’est lors de son mandat, avec l’avènement de la télévision en couleur, que la Coupe du Monde de la FIFA devint le grand spectacle planétaire que nous connaissons aujourd’hui.

Élu lors du 39ème Congrès de 1974, Joao Havelange fut Président de la FIFA pendant 24 ans (1974-1998). L’organisation vécut de profonds changements sous sa tutelle, avec notamment l’augmentation du nombre d’équipes participant à la Coupe du Monde (de 16 à 24) et la création de nouvelles compétitions (U-17, U-20, Coupe des Confédérations de la FIFA et Coupe du Monde Féminine de la FIFA). La multiplication des intérêts commerciaux liés à ces tournois entraîna la refonte et l’extension de la structure de la FIFA, siégeant à Zurich. Le Brésilien contribua à accroître la portée mondiale du beau jeu à travers de nombreux programmes de développement et renforça le rôle de l’Asie, de l’Afrique et de la CONCACAF sur la scène du football mondial.

Avant de prendre la succession d’Havelange, Joseph S. Blatter (depuis 1998) avait travaillé pendant 23 ans au sein de la FIFA, d’abord en tant que Directeur Technique des programmes de développement, puis en qualité de Secrétaire Général. Il fut élu Président lors du 51ème Congrès ordinaire de la FIFA, organisé à Paris. Au cours de son mandat, le Suisse s’est concentré sur les responsabilités sociales du football et de la FIFA, par le biais de projets de développement et de coopération et d’initiatives à but humanitaire. Il a également augmenté le nombre de compétitions (Coupe du Monde des Clubs, Coupe du Monde de Futsal et de Beach Soccer, Coupe du Monde Féminine U-20 et U-17) et porté à 32 le nombre d’équipes participant à la Coupe du Monde de la FIFA. Sous sa présidence, cet événement a été organisé pour la première fois en Asie et en Afrique.

À l’issue du vote du 61ème Congrès de la FIFA ce mercredi 1er juin, s’écrira un nouveau chapitre de cette grande histoire, façonnée par des hommes illustres qui ont consacré leur vie et leurs efforts à faire grandir le football.