Le Siège de la FIFA a accueilli une invitée de marque ce mercredi 28 août. Un peu plus de trois semaines après son élection à la présidence de la Fédération de Football de la Sierra Leone (SLFA), Isha Johansen s'est rendue au siège de l'organisation. Elle est revenue sur cet événement au micro de FIFA.com.

Isha Johansen a jeté un coup d'œil dans le rétroviseur : en 2004, ses rôles de mère, d'épouse et de chef d'entreprise ne lui laissaient pas beaucoup de temps libre. C'est à ce moment de sa vie que la souffrance des pauvres de son pays natal et son amour du football ont poussé cette pionnière à donner davantage de son temps pour changer les choses. "La Sierra Leone a connu une guerre civile dévastatrice de 12 ans qui a laissé de nombreux orphelins livrés à eux-mêmes", nous explique-t-elle. "Le football occupe une place importante dans notre société et les jeunes garçons de mon quartier tapaient dans le ballon toute la journée, soit 18 bonnes heures."

"J'ai réalisé que ces enfants n'avaient nulle part où aller et aucun endroit où manger", poursuit-elle. "Je me suis mise à discuter avec eux et nous avons conclu un marché : ils me laissaient les scolariser et je leur fournissais des ballons et les encourageais à pratiquer ce sport que j'aime tant. Très vite, ils ont frappé à ma porte pour m'annoncer qu'ils avaient créé une équipe appelée FC Johansen, ce qui ne m'a pas plu. Je leur ai demandé de trouver un autre nom mais ils ont insisté pour garder celui-ci. Il s'agissait de jeunes garçons âgés de 10 à 12 ans et nous les avons inscrits dans le championnat de jeunes. Tout est parti de là. Je leur ai vite proposé de représenter la Sierra Leone dans des tournois internationaux de jeunes en Suède et en Norvège. En 2011, nous avons participé à Swiss U16 Cup, que nous avons remportée face à Liverpool."

Réaliser les rêves
"Ces garçons représentent beaucoup pour les jeunes de la Sierra Leone", annonce-t-elle. "Ils leur ont montré qu'ils pouvaient réaliser leurs rêves et voyager à travers le monde. Nous évoluons désormais en Premier League et notre très jeune équipe se débrouille plutôt bien. Désormais, je n'ai plus le droit de parler trop longtemps du FC Johansen !"

La nouvelle présidente ne s'est pas contentée d'être une héroïne pour les enfants et les Sierra-Léonais, elle voulait aussi montrer la voie aux femmes du monde entier. À 48 ans, elle est parvenue à le faire en ce mois d'août. En effet, elle vient d'être élue présidente de la Fédération de Football de la Sierra Leone (SLFA), devenant ainsi la deuxième femme au monde à prendre la tête d'une Fédération de Football, après la Burundaise Lydia Nsekera. "C'est un grand événement", nous dit-elle. "Pour ma famille aussi, car je rentre dans l'histoire. J'ai toujours dit que c'était une reconnaissance pour toutes les femmes. En tant que présidente de la Fédération de Football de la Sierra Leone, je dédie mon élection à toutes les femmes de mon pays."

En tant que présidente de la Fédération de Football de la Sierra Leone, je dédie mon élection à toutes les femmes de mon pays.

Isha Johansen

Johansen se trouve désormais devant l'immense défi de développer le football sierra-léonais, lourdement affecté par l'interminable guerre civile. L'équipe nationale masculine occupe la 80ème place du Classement mondial FIFA/Coca-Cola, tandis que la sélection féminine pointe au 120ème rang. Pour ne rien arranger, les terrains praticables ne sont pas légion et peu d'enfants peuvent se payer un équipement digne de celui du FC Johansen.

Développer un centre de formation féminin
Mais il en faut plus pour entamer l'enthousiasme de la présidente fraîchement élue : "Il nous faut restructurer. Les nombreux problèmes du passé étaient dus à une mauvaise gestion. Nous sommes actuellement en train de complètement restructurer l'administration, travail nécessaire avant de nous concentrer sur la formation des jeunes. En termes d'infrastructures, la FIFA a rapidement présenté un projet Goal au Comité de Développement qui va nous permettre de réhabiliter le centre de formation actuel, qui est en piteux état".

"Toutes les fédérations et tous les présidents veulent que leur sélection brille sur la scène mondiale, mais mon objectif sur le long terme est de développer le football de jeunes jusqu'à un niveau décent", ajoute-t-elle. "Je suis venue au ballon rond à travers le développement du football chez les jeunes, avec ma propre équipe. Je voudrais quitter la Fédération en ayant promu et développé le football de jeunes à un niveau acceptable. Je vais aussi me concentrer sur le football féminin. Je ne pense pas que les femmes de la Sierra Leone me pardonneraient de quitter mon poste sans avoir aidé leur football. Mon objectif est de développer un centre de formation féminin sur le long terme, où les jeunes filles apprendront à jouer au football tout en s'instruisant."

"Le développement du football chez les filles et les jeunes est donc mon principal objectif sur le long terme", conclut-elle. "L'instruction doit faire partie de notre formation : il faut combiner football et études. Et puis, qui sait ? Peut-être que la Sierra Leone montera un jour sur les podiums internationaux ?"