La FIFA

Blatter : "La FIFA engagera les réformes qui s'imposent"

FIFA President Joseph S Blatter faces the media
© Getty Images

À l'issue de la réunion du Comité Exécutif de la FIFA, qui a eu lieu à Tokyo à la veille de la finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2011, Joseph S. Blatter et Jérôme Valcke ont répondu aux questions des très nombreux journalistes présents. FIFA.com se fait l'écho de cette conférence de presse.

Joseph S. Blatter, Président de la FIFA *Sur la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2011
*Nous assisterons demain à une finale qui réunira deux des plus grands talents du football moderne. Nous avons d'un côté Barcelone, avec le célèbre Messi et d'autres grandes stars, et de l'autre l'équipe de Santos, avec Neymar, l'étoile montante du football brésilien. Je suis très heureux d'être ici pour conclure une année qui a été riche en défis à relever, en particulier dans ce pays. Il était vital pour la FIFA de montrer sa foi dans le Japon après la triple catastrophe : tremblement de terre, tsunami et radiations. Les conséquences de ces désastres se font toujours sentir aujourd'hui mais pour nous, l'important était de réagir au plus vite. Dans les semaines qui ont suivi le drame, nous avons apporté notre soutien au Japon en confirmant que la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA se déroulerait bien ici. Personnellement, j'ai eu la chance de pouvoir visiter les régions touchées et constater l'étendue des dégâts. Par solidarité, la FIFA a mis en place un certain nombre de mesures d'aide. Même si ce n'est qu'un geste, cela nous a fait chaud au cœur de voir 200 ou 300 jeunes footballeurs réunis dans un stade qui a été reconstruit grâce à notre aide. Sur tous les visages, j'ai vu la joie et l'espoir qui existent au Japon.

*Sur les prochaines Coupe du Monde des Clubs de la FIFA
*L'année prochaine, le tournoi se déroulera de nouveau au Japon. Nous insistons auprès des organisateurs pour qu'ils utilisent l'une des enceintes reconstruites après la catastrophe de mars dernier. Le stade de Sendai, par exemple, a été remis sur pied. Nous aimerions qu'il accueille des rencontres lors de la prochaine Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. En ce qui concerne les éditions 2013 et 2014 du tournoi, nous avons pris la décision d'en confier l'organisation au Maroc. La Fédération royale marocaine de football nous a présenté son projet. Nous sommes convaincus qu'elle assurera une excellente organisation à tous points de vue : logistique, culturel et financier.

Sur les nouvelles task forces et la *Commission Indépendante de Gouvernance
*Les quatre task forces ont déjà tenu leur première réunion et ont rencontré leur président respectif. Non seulement elles ont déjà commencé à œuvrer individuellement, mais elles se réuniront également ensemble début 2012. Notre carnet de route est très ambitieux et nous voulons prendre le temps de bien étudier les propositions faites par la Commission Indépendante de Gouvernance, de façon à ce que d'ici 2013, des décisions aient été prises et les premiers résultats obtenus. Le Comité Exécutif est uni, solide et déterminé à répondre devant le Congrès de la FIFA et l'opinion publique. La FIFA engagera les réformes qui s'imposent.

*Sur le dossier ISL/ISMM
*C'est un dossier particulièrement important à mes yeux. Le Comité Exécutif a décidé qu'il fallait ouvrir ce dossier et tout le monde pensait que nous serions à même de le faire dès aujourd'hui. Cela s'avère impossible car au moins l'une des parties impliquées a fait appel auprès d'un tribunal suisse, qui n'a pas encore statué. J'aurais aimé que ce dossier soit ouvert le plus tôt possible, car la Commission Indépendante de Gouvernance et le Professeur Mark Pieth ont besoin d'avancer. Il est très important de pouvoir continuer à aller de l'avant. C'est pour cela que j'espère que le tribunal suisse nous permettra d'être ouverts et transparents.

*Sur les membres du Comité Exécutif, Worawi Makudi et Issa Hayatou
*Le Comité Exécutif s'est penché sur les enquêtes au sujet de M. Makudi concernant l'immobilier et les projets Goal. Il s'est avéré que tout était en ordre. Les documents requis ont été fournis par Bangkok, par conséquent l'affaire est close. Concernant M. Hayatou, les mesures nécessaires ont été prises. Il a reçu une réprimande du CIO concernant une affaire très ancienne, mais il reste un membre d'excellente réputation du CIO comme de la FIFA. Il est inutile d'ouvrir une enquête car le Comité Exécutif lui fait confiance et le soutient entièrement.

*Sur Qatar 2022
*Je l'ai dit, répété et je le dis aujourd'hui encore : la FIFA est unie derrière ses décisions, et les décisions seront mises en œuvre et appliquées. Par conséquent, on ne reviendra pas sur la décision de confier la Coupe du Monde de la FIFA 2018™ à la Russie et l'édition 2022 au Qatar. Et si des gens au sein de la FIFA ou des membres du Comité Exécutif continuent de faire des déclarations désobligeantes, j'interviendrai personnellement. Je pense qu'il est grand temps de commencer à se réjouir à la perspective de ces Coupes du Monde. Il est important en outre de souligner que la Coupe du Monde 2022 sera accessible à toutes les cultures. Après avoir emmené la Coupe du Monde en Afrique, nous la conduisons maintenant vers le monde arabe.

*Sur les regrets au terme de l'année 2011
*J'ai déjà dit que la décision de confier deux Coupes du Monde simultanément n'est pas la meilleure ni la plus intelligente que nous ayons prise. Ce fut la source de pas mal de turbulences. Mais souvenez-vous du Congrès, où j'ai été réélu avec une très large majorité. J'ai affirmé à cette occasion que la FIFA ne voguait pas en eaux calmes, mais que cela ne nous empêcherait pas de ramener le navire à bon port. C'est exactement ce que nous sommes en train de faire avec la Commission Indépendante de Gouvernance. Par conséquent, oui, il y a toujours des regrets. Mais j'adopte une approche positive et j'ai toujours l'énergie pour aller jusqu'au terme de mon mandat, en 2015.

*Sur la présidence vacante de la CONCACAF depuis le départ de Jack Warner
*C'est une situation inconfortable et inacceptable pour nous. Bien sûr, plusieurs problèmes agitent cette organisation, mais nous espérions que le président en exercice intervienne pour organiser quelque chose et faire revenir cette confédération sur la scène internationale. Cela n'a pas encore été fait, principalement en raison de l'action en justice qui se déroule actuellement aux Bahamas. Si la situation n'évolue pas dans les prochains mois, la FIFA se verra forcée d'intervenir.

Jérôme Valcke, Secrétaire général de la FIFA*Sur les inquiétudes concernant la préparation de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™
*Nous n'avons pas encore reçu confirmation de la loi sur la Coupe du Monde. C'est un sujet de préoccupation pour nous. Cela dit, le Parlement se réunira la semaine prochaine afin d'approuver cette loi, sur laquelle nous étions tombés d'accord en 2007 avec le gouvernement brésilien. Il ne fait aucun doute que le Brésil n'est pas à un stade de préparation très avancé, même si les villes hôtes travaillent bien. Il reste des problèmes à résoudre au niveau des aéroports et des infrastructures routières, car il y a beaucoup à faire dans le domaine des transports publics. Je dois souligner que je suis très satisfait du nouveau Ministre des Sports et du soutien qu'il apporte à la Coupe du Monde.

Articles recommandés