FIFA Forward

La FIFA et le CIES lancent des programmes exécutifs de renforcement des capacités pour favoriser le développement du football en Afrique

FIFA and CIES reaching football development in Africa with the support of executive capacity building programmes 
  • En partenariat avec la FIFA, le CIES a lancé en octobre 2019 de nouveaux programmes exécutifs au Sénégal et en Afrique du Sud
  • Ces programmes ayant rassemblé 22 associations membres de la FIFA à Dakar et 27 autres à Port Elizabeth visent à aider les dirigeants du football à élargir leurs compétences professionnelles
  • "Cette formation très utile nous donne l’occasion d’évaluer notre fédération et de déterminer les nouvelles procédures et politiques à mettre en œuvre"

En coopération avec l’Université Nelson Mandela (NMU), la FIFA et le Centre International d’Étude du Sport (CIES) ont inauguré le 31 octobre dernier un Programme exécutif du football à Port Elizabeth, une ville côtière d’Afrique du Sud. Ce programme de développement des compétences est le tout premier organisé par la FIFA et ses partenaires pour les fédérations de football anglophones de la région. Au cours de la première partie, qui s’est achevée le 3 novembre, leurs secrétaires généraux et principaux responsables du programme Forward de la FIFA ont ainsi pu bénéficier d’une présentation des bonnes pratiques ainsi que des recherches les plus novatrices en matière d’administration du football, avec notamment des modules consacrés à l’organisation du football mondial, à la gestion ou encore aux finances. Via ce programme résolument pratique et adapté aux contextes locaux, la FIFA et le CIES aspirent à professionnaliser et harmoniser les mécanismes de direction au sein des fédérations africaines.

Le 17 octobre, une autre initiative du même type a vu le jour en langue française à Dakar, l’une des villes les plus dynamiques d’Afrique de l’Ouest, en partenariat avec l’Université Cheikh-Anta-Diop (UCAD). Les domaines clés de l’administration du ballon rond ont là aussi été présentés aux 43 participants, issus de 22 fédérations différentes. Les deux programmes, conçus pour répondre aux attentes professionnelles des associations membres de la FIFA, tiennent compte des difficultés que ces dernières rencontrent au quotidien ainsi que de leurs structures spécifiques.

FIFA and CIES reaching football development in Africa with the support of executive capacity building programmes 

Tous les participants devront effectuer l’ensemble des modules prévus afin de pouvoir obtenir un certificat officiel.

Florie Ramogodi, chargée de projet pour la Fédération Botswanaise de Football, s’est réjouie de pouvoir prendre part à ces rencontres exécutives : "Rassembler les associations membres de la région est extrêmement bénéfique, car nous pouvons partager nos expériences et promouvoir le changement ainsi que l’innovation à notre propre niveau. Cela ne peut que nous encourager à continuer d’améliorer nos projets de développement du football et à professionnaliser nos activités."

"Cette formation très utile nous donne l’occasion d’évaluer la stratégie actuelle de notre fédération afin de déterminer les nouvelles procédures et politiques à mettre en œuvre", a pour sa part commenté Anthony John Otto, secrétaire général de la Fédération Sud-Soudanaise de Football.

Vincent Schatzmann, secrétaire général du CIES, a quant à lui tenu à souligner l’engagement de son organisation : "Nous sommes particulièrement fiers de pouvoir organiser au Sénégal et en Afrique du Sud des programmes de développement des compétences destinés aux dirigeants du football africain. Ce nouvel axe de coopération permet au CIES d’élargir son portefeuille de programmes éducatifs dans le monde, tout en renforçant ses relations avec l’UCAD et la NMU, deux partenaires de longue date."

Grâce à de tels programmes interactifs et personnalisés, la FIFA et le CIES œuvrent au développement du football sur la planète, dans le respect des besoins spécifiques des associations membres et en permettant à ces dernières de professionnaliser leurs structures ainsi que d’avoir un impact durable sur leurs territoires respectifs.