Gouvernance

Rapides, simples et transparents

Transfers to receive transparency: The new Transfer Matching System (TMS)
© Foto-net

Les clubs professionnels du monde entier ont déjà entouré la date du 1er octobre 2010 dans leurs agendas. En effet, cette date marquera une véritable révolution dans le système de transferts avec la mise en place d'une procédure cent pour cent électronique. Désormais, tous les transferts de footballeurs professionnels au niveau international seront gérés par un système en ligne baptisé le *Transfer Matching System *(TMS). L'objectif est de simplifier et de rendre plus transparentes les transactions entre les clubs.

Depuis plus de 50 ans, les transferts se règlent sous forme écrite. Mais il est aujourd'hui possible de simplifier considérablement ces procédures grâce aux progrès de la technologie. Au 21ème siècle, les transferts seront plus rapides, plus clairs et, surtout, plus transparents.

Une équipe d'informaticiens travaille depuis deux ans et demi à la conception et à l'amélioration de ce système, mis à la disposition des associations membres de la FIFA et de leurs clubs dans les quatre langues officielles de la FIFA. Au total, 144 associations, dont l'ensemble des membres de la CONMEBOL et de l'UEFA, et 2 010 clubs ont reçu la formation nécessaire pour utiliser correctement le TMS dans le cadre de transferts de joueurs. Les clubs ont contribué à l'effort en faisant part de leurs commentaires, ce qui a permis aux techniciens de perfectionner encore le système.

Le TMS sera définitivement inclus de 1er octobre 2010 dans les règles qui gouvernent le statut et le transfert du joueur. Il constituera donc une étape obligatoire pour formaliser une opération au niveau international. D'ici là, entre 3 000 et 4 000 clubs à travers le monde auront appris à se servir du TMS pour gérer les transferts de tous les footballeurs professionnels de la planète.

Plus de transparence et d'efficacitéUne part importante du programme consiste à mettre en place une "fenêtre" afin de veiller au bon paiement des indemnités de transfert. Désormais, les transferts ne pourront plus impliquer que les deux clubs concernés, ce qui devrait éviter l'intervention de tierces parties et faciliter la lutte contre le blanchiment d'argent.

L'objectif est de s'assurer que l'argent va directement d'un club à l'autre. Aucun transfert ne pourra avoir lieu sans que les deux clubs aient fourni toutes leurs coordonnées bancaires. Là encore, cette mesure devrait favoriser la transparence des transactions au niveau international.

Parallèlement, ces dispositions devraient accélérer la résolution des transferts dans les dernières heures du marché estival et hivernal et simplifier les procédures administratives. Les clubs seront informés des délais impartis par l'intermédiaire d'une horloge qui décomptera les secondes jusqu'à la fin de la période en cours. Si les délais sont dépassés, le transfert ne pourra pas être conclu. Toute demande de dérogation sans exception devra alors être soumise à la Commission du Statut du Joueur de la FIFA, qui décidera de la validité du transfert.

Le premier certificat de transfert électronique a été délivré en septembre 2009 à l'occasion du passage de Jean-Joël Perrier-Doumbé du Celtic Glasgow (Ecosse) à Toulouse (France). Le club écossais détient également le record du transfert le plus rapide de l'histoire du TMS, avec une transaction effectuée en seulement 7 minutes. Au cours du récent marché hivernal, 2 500 transferts ont été conclus via ce nouveau système électronique.

La protection des données est garantie. Les données concernant chaque transfert ne peuvent être consultées que par les clubs et les associations concernées, ainsi que la FIFA en sa qualité de fédération internationale. Les personnes extérieures n'ont donc pas accès aux détails de la transaction.

Au cours des prochains mois, l'équipe du TMS ne va pas chômer : il lui faudra notamment former les autres associations et les clubs professionnels à l'utilisation du système, tout en veillant à ce que le Transfer Matching System soit opérationnel le 1er octobre 2010.

Articles recommandés