Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Rio de Janeiro 06

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Rio de Janeiro 06

2 novembre - 12 novembre

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA 2006

On n'arrête pas le Brésil (12:1)

Le Brésil continue son parcours impressionnant dans cette Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA. Alliant un talent époustouflant à une confiance frisant l'insolence, les locaux ont obtenu leur billet pour les demi-finales. Ils n'ont laissé aucune chance au Canada, l'un des invités-surprises de ces quarts de finale.

L'équipe entraînée par Alexandre Soares a maîtrisé son sujet de la première à la dernière minute. Son adversaire du jour, en dépit de tous ses efforts, n'a quasiment jamais menacé le but gardé par Pierre. Au final, les Auriverdes - vêtus de bleu pour l'occasion - l'ont emporté sur le score de 12:1.

Comme on peut s'y attendre, Soares est satisfait de la prestation de ses joueurs. "L'équipe a toujours fait preuve d'esprit collectif, sans aucun égoïsme. Nous n'avons peut-être pas assisté à un match très spectaculaire, mais nous avons atteint notre objectif, qui était de trouver la faille par n'importe quel moyen. Je retiens de cette rencontre la très bonne attitude de mes joueurs, qui ont su se battre les uns pour les autres. Il faudra conserver cet état d'esprit pour gagner les deux finales qui nous restent à jouer", analyse le coach brésilien.

Quant au match en lui-même, il avait été résumé avant même le coup d'envoi par Rosario Ongaro : "Pour battre le Brésil, il faudrait pouvoir se préparer et travailler pendant 10 ans", avait déclaré l'entraîneur du Canada. La physionomie de la partie lui a donné entièrement raison. La différence de niveau entre les deux équipes s'est fait sentir très tôt dans le match. N'hésitant jamais à créer le surnombre, les Sud-américains ouvrent la marque par l'intermédiaire de leur capitaine Junior Negão, toujours fringant malgré ses 41 ans.

Côté canadien, on avait manifestement décidé de ne pas se découvrir, laissant le talentueux Sipho Sibiya seul en pointe pour négocier les très rares ballons de contre. Cette tactique se révèle improductive devant, mais permet aux Nord-américains de bien contenir le rouleau compresseur brésilien. A la fin du premier tiers-temps, les représentants de la feuille d'érable ne comptent qu'un but de retard. En deuxième période, le scénario change du tout au tout. Le Brésil se fait plus précis, ce qui se traduit immédiatement au tableau d'affichage : Benjamín, Junior Negão, Bueno (2 fois) et Bruno (2) trouvent tour à tour le chemin des filets. L'addition s'alourdit, et le Canada reste muet (7:0).

"Le Brésil a la meilleure équipe du monde et de notre côté, nous avons encore pas mal de lacunes. Il faut l'admettre. Cela dit, je suis très heureux d'être arrivé jusqu'à ce stade de la compétition", a déclaré Ongaro après le coup de sifflet final. Le coach vaincu a également loué "la mobilité, la technique et l'excellente organisation tactique" de son adversaire.

Dans ce contexte, on aurait presque pu se passer du troisième tiers-temps. Benjamín, Betinho et consorts continuent de s'en donner à cœur joie, pour le grand bonheur des supporters Cariocas. Ces derniers sentent bien que le titre suprême est plus que jamais à la portée de leurs protégés. En fin de match, Sibiya sauve l'honneur, mais le spectacle est dans les tribunes. Et avec un score final de 12:1, il y a fort à parier que la fête continuera dans les rues de Rio.

"Les supporters s'identifient à cette équipe et à son style. C'est pour cela qu'ils nous soutiennent autant. Les joueurs le sentent sur le terrain, cela ne fait aucun doute. Cette équipe du Brésil est en train d'être adoptée par le public, au même titre que toute Seleção qui joue bien", conclut Soares.

Arbitres : Pedro Infantes (VEN), Thomasz Grzelinski (POL), Zondo Thabani (RSA)

Explorer le sujet