Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Rio de Janeiro 06

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Rio de Janeiro 06

2 novembre - 12 novembre

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA 2006

L'emballage final

Ce samedi 11 novembre s'annonce chaud-bouillant sur la plage de Copacabana. Malgré la pluie annoncée sur Rio de Janeiro, l'enjeu d'une place en finale de la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA 2006 risque de faire augmenter la température de quelques degrés.

Quatre matches sont donc encore à disputer avant de tirer le rideau sur cette compétition. A commencer par les demi-finales qui prendront un accent latin entre deux équipes sud-américaines, opposés à deux nations du sud de l'Europe.

France - Uruguay (9h30, heure locale)Si tout le monde s'attendait à voir l'Argentine sortir vainqueur du Clásico rioplatense disputé en quart de finale, l'Uruguay a renversé la tendance dans la dernière minute de la partie (1:2). Quelques heures plus tôt, la France avait failli subir le même sort en concédant deux buts en toute fin de match face au Japon (3:2). Alors même si sur le papier les Français paraissent favoris de cette première demi-finale, ils ne manqueront pas de se méfier d'une rugueuse équipe uruguayenne.

Revenus à leur meilleur niveau depuis le début de la compétition, les champions du monde en titre n'ont qu'un objectif en tête : conserver leur couronne acquise l'an dernier. Mais pour se faire, ils savent qu'ils devront d'abord venir à bout de ces très solides uruguayens. Avant d'écarter dans les conditions que l'on sait les Albicelestes, les hommes de Venancio Ramos s'étaient qualifiés à la deuxième place du Groupe C. Leur seule défaite : un très juste 4:5 concédé face aux favoris portugais. Même si leurs objectifs semblent aujourd'hui largement dépassés, les Pampero, Miguel et autres Coco se disent sans doute qu'il serait dommage de s'arrêter en si bon chemin.

Dans le camp tricolore, la pression et les attentes sont bien plus grandes. Résultat on ne se satisfait pas de cette place dans le dernier carré, pas même des bonnes prestations réalisées pour y arriver. ''Nous avons encore quelques progrès à faire avant notre prochain match, avouait le portier Jean-Marie Aubry à l'issue du quart de finale face au Japon. Même si nos performances sont plutôt bonnes, nous sommes encore fragiles dans certains domaines.''

Malgré la pluie battante qui s'abat ces jours-ci sur Rio, les Français n'ont donc pas hésité à s'entraîner ce vendredi, à 9h30, heure du coup d'envoi de leur demi-finale. Eric Cantona a multiplié les combinaisons avec ses joueurs. Car c'est sans doute par leur vivacité que les Bleus pourront prendre à revers ces très organisés Charrúas.

Brésil - Portugal (11h00)Pour beaucoup une telle rencontre serait une finale de rêve. Entre deux des plus grandes nations de la discipline, cette demi-finale attirera sans aucun doute les foules sur la plage de Copacabana. Déjà disputés à 30 reprises, ce Clásico du beach soccer à jusque là plutôt sourit aux Auriverdes. Face aux 26 succès brésiliens, le Portugal ne peut avancer que quatre petits exploits. Sauf que le dernier date d'il y a un an et demi… déjà en demi-finale de la première Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA (6:6, 2:1 TAB).

Cette rencontre donnera-t-elle un ascendant psychologique aux Portugais ? A moins que le 3:1 obtenu par le Brésil en finale du très récent Mundialito 2006 ne soit encore dans les esprits des hommes de Zé Miguel ? Une chose est certaine, cette demi-finale sera très disputée. D'autant que ce duel sera un premier grand test pour les deux équipes. Car pour en arriver jusqu'à ce stade de la compétition, Auriverdes et Lusitaniens n'ont pour le moment que très peu souffert. Versés dans des groupes assez aisés, les deux places fortes ont terminé à la première place avec trois succès en autant de rencontres (29 buts inscrits). En quarts de finale, si le Portugal a du s'en remettre à sa vedette Madjer pour l'emporter sur un solide Bahreïn (6:2), le Brésil s'est lui baladé face à d'inexpérimentés canadiens ( 12: 1).

Dans les rues de Rio de Janeiro, il se murmure tout de même que le Portugal semble au-dessus de tout le monde cette année. Finalistes malheureux de toutes les compétitions internationales de beach soccer depuis deux ans, les coéquipiers d'Hernani ont à cœur d'inverser la tendance. Les Brésiliens se montrent donc méfiants, comme nous l'a confirmé le vétéran Junior Negão : ''Nous ne pensons plus à faire le spectacle. Remporter les deux prochains matches 1:0 me suffirait amplement.'' Nul doute que le camp adverse partage ce point de vue.

Explorer le sujet