Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Rio de Janeiro 06

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Rio de Janeiro 06

2 novembre - 12 novembre

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA 2006

La France poursuit sa route (3:2)

Solidaires et patients, les Bleus ont évité d'être surpris par une solide équipe japonaise. Si le score peut paraître très serré, les Nippons n'ont inscrit leurs deux buts que dans la dernière minute, offrant un peu de suspense à une rencontre dont le sort semblait décidé depuis déjà longtemps. Voilà désormais les hommes d'Eric Cantona en demi-finale, toujours prêts à défendre fièrement leur titre de champion du monde. Ils affronteront samedi le vainqueur de la rencontre Argentine - Uruguay.

''Cette dernière minute a vraiment été difficile a finalement confié le sélectionneur français. Cette fois-ci nous l'avons emporté mais nous ne pouvons pas compter sur la chance à chaque fois.''

Les premiers instants venaient confirmer que cette partie ne serait facile pour personne. Ainsi, pour son premier duel avec Shingo Terukina, Didier Samoun vit sa frappe à bout portant repoussée par le portier nippon. Idem pour Jérémy Basquaise quelques minutes plus tard.

Face à une solide équipe japonaise, la France savait qu'il allait falloir se montrer patient. A la faveur d'une défense de fer, les Bleus dominaient le premier tiers-temps, manquait plus qu'à trouver l'ouverture.

Il fallait donc un coup de génie pour débloquer cette rencontre. Remise en touche de Jair Cardoso et Samoun jaillit au premier poteau pour placer une tête en pleine lucarne japonaise (1:0). Dès lors le Japon ne trouvait plus le moindre espace pour placer ses frappes. L'arrière-garde imperméable des Français faisait la différence.

Mais après seulement deux minutes dans le dernier tiers-temps, Takashi Arakaki trouvait le montant gauche de Jean-Marie Aubry et semblait relancer les siens. Les tentatives nippones étaient alors plus nombreuses mais toujours aussi infructueuses. Et la France de se monter toujours aussi réaliste. Si les hommes d'Eric Cantona finissaient donc par se faire peur en encaissant deux buts dans la dernière minute, la différence entre les deux équipes ne faisait pas le moindre doute.

''Si nous avons vendu chèrement notre peau, nous ne sommes parvenus à prendre le contrôle que dans la troisième période, avouait déçu Hiroyuki Torikai à la fin du match. La différence s'est faite sur le réalisme. Ils ont converti toutes les occasions qu'ils se sont créées.''

Arbitres : Carlos Frazao (POR), Francisco Sarmiento (ESP), Faisal Sallam (UAE)

Explorer le sujet