Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Rio de Janeiro 06

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Rio de Janeiro 06

2 novembre - 12 novembre

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA 2006

Les Sud-américains au paradis

LE FILM DE LA JOURNEE - C'est sous les yeux de nombreuses personnalités du football en général et du beach soccer en particulier - João Havelange, ancien président de la FIFA ; Joaquín Alonso, sélectionneur espagnol ; Angelo Schirinzi, sélectionneur de la Suisse - que les demi-finales de Rio de Janeiro 2006 se sont disputés ce samedi 11 novembre sur la plage de Copacabana.

L'Uruguay a fini par prendre l'équipe de France par surprise en l'emportant aux tirs au but après un match des plus fermés. De son côté, si le Brésil a fait peur à ses supporters en offrant rapidement un avantage conséquent au Portugal, il est parvenu à renverser la tendance en deux tiers-temps exceptionnels. Voilà qui nous offre une finale 100% sud-américaine.

*France 2:2 (0:1 TAB) Uruguay : les *Bleus perdent leur titre **Si l'équipe de France s'attendait à souffrir dans cette Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA 2006, elle aurait certainement préféré être éliminée d'une autre manière. A l'image des joueurs de Raymond Domenech en finale d'Allemagne 2006, c'est une séance de tirs au but qui a fait couler les larmes dans le camp tricolore.

''C'est une immense déception nous a confié un Laurent Castro les yeux dans le vague à l'issue de cette demi-finale. C'est d'autant plus rageant que ces Uruguayens ont totalement refusé le jeu en évoluant à trois derrière et avec un seul attaquant. Malheureusement il y aura toujours des équipes pour jouer de la sorte. Ils ont réussi leur coup. Si nous avions eu le même mental qu'eux, sans doute que le résultat aurait été différent. Je ne peux que leur dire bravo… Mais ça fait mal.''

Comme lors de ses quatre premiers matches, l'Uruguay a construit ce succès grâce à un style certes peu académique mais bougrement efficace. Recroquevillés en défense, les hommes de Venancio Ramos - qui ont tous changés de coiffure pour cette demi-finale - n'ont fait qu'attendre la France, tout en espérant pouvoir placer quelques banderilles. Résultat, ce sont les Bleus qui n'ont cessé de courir après le score.

Pour Jérémy Basquaise, c'est le manque d'efficacité des siens qui explique cette contre-performance. ''Nous avons tout essayé mais le ballon ne semblait pas vouloir rentrer. Il nous a vraiment manqué ce petit plus qui avait jusqu'alors fait la différence pour nous. Cette défaite nous laissera forcément un goût amer.'' De leur côté, les Charrúas comptent eux faire la fête toute la journée avant de se tourner dans la soirée vers leur finale.

*Brésil 7:4 Portugal : les *Auriverdes dans leur jardin *Longtemps les Lusitaniens auront cru pouvoir réaliser l'exploit d'éliminer une nouvelle fois les hôtes de leur Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA. Mais contrairement à celle qui avait terminé l'édition 2005 à la troisième place, cette équipe du Brésil possède une impressionnante force de réaction. Menés 2:4 à la fin de la première période, les hommes d'Alexandre Soares se sont alors lancés dans une phénoménale remontée pour remporter cette demi-finale. ''D'un coup nous avons perdu notre concentration en nous préoccupant beaucoup trop de l'arbitrage expliquait Madjer au coup de sifflet final.'' Nous nous sommes beaucoup trop préoccupés des arbitres que Bien aidée par un public chauffé à blanc, la *Seleçao n'a plus laissé respirer son adversaire pour finir avec trois buts d'avance.

''Le Portugal nous connaît parfaitement et c'est sans doute ce qui lui a permis de prendre rapidement l'avantage, analysait Alexandre Soares à la fin de la rencontre. Mais j'ai toujours cru à la victoire et le turnover à fait la différence. En beach soccer, c'est toujours le troisième tiers-temps qui décide d'une partie. Et c'est le moment que nous avions choisi pour montrer la puissance de notre jeu.''

Grâce à ce succès, les locaux ont déjà atteint l'objectif minimum qu'ils s'étaient fixé : effacer la défaite face aux Portugais de l'an dernier et atteindre la finale de cette Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA 2006. Mais tout le monde sait qu'une finale n'est belle que si l'on la gagne. ''Ce sera le match de notre vie, confirme Burú.''

Explorer le sujet