Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Portugal 2015

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Portugal 2015

9 juillet - 19 juillet

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA 2015

Madagascar voyage dans l'inconnu

Flavien Razafimahatratra of Madagascar celebrates scoring
© Getty Images

Une équipe participant à son premier tournoi mondial doit gérer de nombreux facteurs, dont la pression, la nervosité et la qualité des adversaires, pour ne citer que ceux-là. La situation se corse encore quand elle doit s'accoutumer à un tout nouvel univers, comme les néophytes de Madagascar l'ont découvert lors de la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Portugal 2015.

Membre du Comité de Beach Soccer de la Fédération malgache et de la délégation de l'équipe nationale présente à Espinho, Theodore Rakotoarimino explique à FIFA.com les difficultés auxquelles ses joueurs sont confrontés pour leurs premiers pas dans la cour des grands.

"Je doute que quiconque puisse comprendre à quel point ils sont affectés par leur nouvel environnement", commente-t-il. "Non sur le plan du jeu, mais sur celui de l'humain. Il nous a fallu dix heures de vol pour rejoindre l'Europe, un continent qu'aucun de nos joueurs ne connaissait jusqu'ici. Une fois arrivés, ils ont été fascinés par la taille des villes, le développement du pays et les différences avec notre île. À Madagascar, notre alimentation est à base de riz, d'un peu de poisson, fraîchement pêché, bien sûr, et de la viande. Imaginez leur surprise quand on leur a servi un plat de pâtes. Avec toutes ces nouveautés à absorber, comment espérer voir l'équipe se concentrer sur son premier match ?"

*Acclimatation
*
Avant de faire le long voyage qui l'a mené au Portugal via Marseille, Flavien Razafimahatratra, 21 ans, n'était jamais allé plus loin que l'île voisine de la Réunion. Auteur de deux buts dans la défaite des siens* 3:4 face à Tahiti, le pivot était soulagé d'être enfin entré dans le tournoi, d'autant que les *Barea se sont plutôt bien acquittés de leur tâche. "C'est une expérience extraordinaire pour nous. Nous sommes reconnaissants à la fédération de l'avoir rendue possible. Nous n'aurions jamais pu imaginer vivre une telle aventure. Entrer dans un stade dans le cadre d'une Coupe du Monde et voir le public agiter notre drapeau en criant 'Allez, allez', c'est comme un rêve", poursuit-t-il. "Cette compétition va nous ouvrir des horizons. Elle nous aide à progresser et à engranger de l'expérience."

Madagascar est un relatif nouveau venu en football de plage, sport quasiment inexistant sur l'île avant que la FIFA organise un stage de développement et de formation à Toamasina, sur la côte est, en 2009. À peine deux ans plus tard, les Malgaches disputaient la compétition préliminaire africaine pour Ravenne 2011 au Maroc, où ils sont passés à un cheveu de la qualification. "Dans le match pour la troisième place, on était à 6:4 face au Nigeria à deux minutes de la fin et on a perdu 6:7. Il nous a manqué de l'expérience", se souvient Rakotoarimino.

"Il nous est arrivé la même chose ici lors de notre première sortie contre Tahiti. En plus, on a dû s'acclimater à un environnement totalement différent", ajoute-t-il. "Mais je crois qu'on a quand même fait bonne figure. À partir de maintenant, les joueurs seront moins impressionnés par leurs adversaires, par l'ambiance et par la vue d'un stade plein à craquer."

Explorer le sujet

Articles recommandés

Tahiti 4:3 Madagascar en vidéo

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA 2015

Tahiti 4:3 Madagascar en vidéo

10 juil. 2015

Tahiti - Madagascar en images

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA

Tahiti - Madagascar en images

10 juil. 2015