Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Paraguay 2019

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Paraguay 2019

21 novembre - 1 décembre

Paraguay 2019 - Japon

Moreira, talent brésilien et cœur japonais

Japan's Ozu Moreira
© Getty Images
  • Ozu Moreira évoque son amour pour la culture nippone
  • Le défenseur a atteint la barre des 100 buts avec le Japon
  • Les Samouraïs Bleus iront chercher une médaille au Paraguay

"J'ai débuté le beach soccer à 6 ans, à Copacabana", raconte Ozu Moreira à FIFA.com. "J'ai joué contre des pointures comme Rafinha, Boquinha et Mauricinho. J'ai toujours voulu devenir footballeur de plage."

Tous les enfants qui ont tapé dans la balle sur le sable doré de Rio ont rêvé de défendre les couleurs du Brésil. Pas Ozu. "Mon rêve n'était pas de porter le maillot de la Seleção, mais de m'expatrier pour découvrir une nouvelle culture et de vivre à l'étranger de mon métier de footballeur", explique le joueur de 33 ans. "J'ai évolué en Allemagne quelque temps, avant de recevoir une offre du Japon. Dès mon arrivée en 2007, j'ai été conquis tant par la culture, ainsi que par la gentillesse et le respect des Japonais à l'égard des étrangers. Je n'avais jamais mangé de sushis ou autres plats locaux, mais je m'y suis mis très vite. La cuisine nipponne est excellente. Aujourd'hui, quand je quitte le Japon, j'ai toujours hâte d'y revenir. Je me suis pleinement acclimaté à la vie ici."

Le cœur déjà japonais

Ozu avait beau se trouver à plus de 30 heures d'avion de Rio et loin de tout contact avec le beach soccer international, son talent était tel que le Brésil n'a pas tardé à venir frapper à sa porte.

"Avant d'être naturalisé japonais, j'ai été convoqué en équipe nationale du Brésil," poursuit-il. "J'ai été flatté, mais mon cœur était déjà japonais. On m'a dit: 'Si tu joues pour le Brésil, tu pourras gagner de nombreuses Coupes du Monde'. J'aimerais évidemment remporter la Coupe du Monde de Beach Soccer. Mais j'ai préféré tout faire pour devenir Japonais et représenter mon pays d'adoption. Pour être naturalisé, il me fallait apprendre à parler couramment le japonais et vivre cinq ans ici. Si j'avais rejoint les Auriverdes, j'aurais disputé davantage de Coupes du Monde. J'en ai manqué deux."

Il a pris la nationalité japonaise et échangé son prénom de naissance, Osmar, pour Ozu en 2012. Sa patience a été récompensée, puisque l'année d'après, il a participé à la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA.

À Tahiti 2013, le défenseur d'1m90 a contribué de deux puissantes frappes lointaines à la victoire 4-3 sur la Côte d'Ivoire qui a qualifié le Japon pour le deuxième tour. Confronté au Brésil en quart de finale, il a livré une prestation éblouissante dans la défaite sur le fil des Samouraïs Bleus 3-4, et il est rentré au pays avec le Ballon d'Argent adidas sous le bras.

Ozu a récemment signé sa 100ème réalisation lors de son 93ème match international sur un coup franc longue distance, sa spécialité. "Je ne les avais pas comptés, mais il y a quelque temps, la fédération japonaise m'a informé que j'avais marqué 90 buts", révèle-t-il. "Le Brésil est très prolifique. Le Japon l'est beaucoup moins, nous sommes plus défensifs. Alors inscrire 100 buts en moins de 100 rencontres, c'est peu banal pour un défenseur. Personne n'avait jamais atteint cette barre au Japon. Personnellement, je l'ai vécu comme un moment phare de ma carrière."

"Mais ce qui m'a rendu le plus heureux, c'est que tous les joueurs et l'entraîneur sont venus me donner l'accolade", se souvient-il. "Ce moment n'a pas compté que pour moi, il a compté pour chacun d'eux. Être apprécié de tous ici est un vrai bonheur. Je pense que je disputerai mon 100ème match pour le Japon à la Coupe du Monde. Ce sera un autre grand moment."

Le tirage au sort de Paraguay 2019 a versé le Japon dans le Groupe A, aux côtés des hôtes, de la Suisse et des États-Unis. "Le Paraguay est une sélection solide, truffée de joueurs talentueux", commente Ozu. "L'équipe est dirigée par un excellent entraîneur, Guga. C'est l'une des candidates au titre. Ce sera un match très dur, mais une belle expérience, car nous nous produirons dans un stade plein à craquer, sous les projecteurs des médias du monde entier. C'est extrêmement motivant. La Suisse possède une grosse puissance offensive et les États-Unis sont toujours difficiles à manœuvrer. Sans être le groupe de la mort, comme celui du Brésil et du Portugal, c'est une poule relevée."

"Mais je crois dans les chances de notre équipe", s'empresse-t-il d'ajouter. "Le Brésil est le grand favori. Et puis il y a la Russie, le Portugal et Tahiti. Mais nous visons une médaille", annonce-t-il.

Les stars du beach soccer selon Ozu

  • Le meilleur joueur ? Benjamin est le footballeur le plus complet que j'ai jamais rencontré Il était à la fois talentueux et réaliste.
  • Le plus spectaculaire ? Jorginho 'Bicicleta'. Avec lui, les matches étaient de véritables shows. Junior Negao fait également partie de l'élite. Je placerais Bruno Xavier dans le Top 5. Lui aussi est un joueur complet. J'apprends toujours quelque chose quand je le regarde évoluer.
  • Les meilleurs à l'heure actuelle ? Xavier, Rodrigo et Mao se classent parmi les meilleurs joueurs du monde aujourd'hui.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Mao of Brazil makes a save

Paraguay 2019 - Brésil

Mao toujours plus près de l'Histoire 

08 oct. 2019

Japan celebrate after winning the AFC Beach Soccer Championship

Paraguay 2019

Le Japon remonte sur le trône

18 mars 2019

Bueno, le bon coup de la Seleçao

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA 2013

Bueno, le bon coup de la Seleçao

03 avr. 2014

Bahamas 2017 : Brésil - Japon en vidéo

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA 2017

Bahamas 2017 : Brésil - Japon en vidéo

03 mai 2017

Japon 4:3 Argentine en vidéo

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA 2015

Japon 4:3 Argentine en vidéo

11 juil. 2015

Bahamas 2017 : Tahiti - Japon en vidéo

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA 2017

Bahamas 2017 : Tahiti - Japon en vidéo

30 avr. 2017