Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Rio de Janeiro 06

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Rio de Janeiro 06

2 novembre - 12 novembre

Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA 2006

L'Uruguay atteint la finale (2:2 ; 0:1 TAB)

Il ne faisait pas de doutes que cette première demi-finale de Rio de Janeiro 2006 se déciderait sur un détail, un coup du sort. C'est finalement la quatrième séance de tirs au but de la compétition qui a offert à l'Uruguay une finale historique. Pour les Français, champions du monde en titre, la déception est à la hauteur de la surprise. Dimanche à 11 heures (heure locale), la Celeste affrontera le vainqueur de Brésil-Portugal.

''Nous nous étions promis de donner le meilleur de nous-mêmes jusqu'à atteindre des sommets, nous a confié le gardien Diego. Notre objectif était les demi-finales et c'est extraordinaire que nous ayons pu faire encore mieux.''

Poussés par le public brésilien, les Uruguayens démarraient la partie comme ils savent si bien le faire. Ils attendaient les Bleus et n'offraient que peu de situations de frappes à leurs adversaires. Dans ce schéma d'attaque-défense, la France se devait de se livrer. Et lorsque trois de ses joueurs étaient montés aux avant-postes, le portier uruguayen Diego trouva Fabian en contre pour un retourné acrobatique synonyme d'ouverture du score (0:1).

Dès lors il ne fallait pas attendre plus d'allant offensif de la part des Charrúas. A la première pause, Eric Cantona prenait le temps de rassurer ses troupes devant tant d'occasions manquées. Mais la muraille sud-américaine ne montraient toujours pas la moindre brèche.

''La France est avec le Brésil la meilleure équipe de beach soccer au monde, constatait Miguel à la fin du match. La clé de cette rencontre était de mettre un étau sur la plupart de ses joueurs.''

Il fallait donc une action un peu confuse pour voir la France revenir dans la partie. Quand Noël Sciortino envoya sa touche devant le but uruguayen, Jérémy Basquaise se jeta et trompa Diego… en manquant le ballon. Au deuxième poteau Sébastien Pérez pouvait alors plonger et prolonger de la tête dans le but vide (1:1).

Voilà qui nous promettait un troisième tiers-temps très fermé. Les Français semblaient avoir pris le contrôle de la partie. L'Uruguay n'était plus vraiment inquiétant quand les occasions franches se succédaient sur son but. Mais à ce petit jeu, la moindre tentative de la Celeste pouvait être décisive. Et quand Fabian se vit offrir un coup franc aux six mètres, la sentence fut terrible (1:2). Il ne restait plus que deux minutes à jouer.

Assez de temps pour rendre cette demi-finale complètement folle. Didier Samoun égalisa alors avant de voir son portier Jean-Marie Aubry sauver les siens par deux formidables arrêts dans les 14 dernières secondes.

Le climat de la prolongation était suffocant. Les actions se succédaient au rythme des exclamations du public. Mais rien n'y faisait, le sort de cette rencontre devait se décider sur un détail, une séance de tirs au but par exemple. Le capitaine français Jean-Marc Edouard manquait alors sa tentative, pas Ricar…

''C'est une énorme déception puisque nous avons eu les meilleures occasions dans ce match, avouait désabusé Eric Cantona à la fin de ce match. Nous les avons longtemps mis en danger et je tiens à féliciter leur gardien. L'intention y était mais il nous a manqué un petit détail. Ce petit truc que l'on ne maîtrise pas. Finalement je ne peux en vouloir qu'au destin.''

Arbitres : Pedro Infantes (VEN), Michele Conti (ITA), Faisal Sallam (UAE)

Explorer le sujet