LE FILM DE LA JOURNÉE - L'histoire se répète : personne n'arrive à déloger le Brésil de la plus haute marche du podium. Les Auriverdes soulèvent donc le trophée pour la quatrième année consécutive. Les néophytes suisses ont rendu les armes face à une sélection brésilienne trop expérimentée : six de ses joueurs disputaient là leur quatrième finale de Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA : Benjamín, Betinho, Buru, Mao, Sidney et André.

Les vaillants Helvètes ont bien tenté de résister mais leur buteur vedette Dejan Stankovic n'a pas pesé sur la rencontre autant qu'on pouvait s'y attendre. Son brio avait été l'une des clés de la réussite suisse jusqu'ici. L'attaquant a tout de même vu son talent récompensé par le Ballon d'Or adidas décerné au meilleur joueur du tournoi. L'artificier avait également accumulé suffisamment de buts pour être assuré de recevoir le Soulier d'Or adidas, promis au meilleur réalisateur de la compétition. En finale, Stankovic n'a fait mouche qu'à une reprise, butant systématiquement ou presque sur le meilleur gardien du tournoi : Mao

Pour la deuxième année de rang, le Portugal se console avec la médaille de bronze. L'Uruguay n'a rien pu faire face à un Madjer en état de grâce : le capitaine lusitanien s'est offert un festival avec sept réalisations, battant ainsi son propre record (six buts contre le Cameroun, en 2006).

Résultats
Portugal 14:7 Uruguay
Brésil 10:5 Suisse

Le but du jour
Brésil-Suisse, André 5'56''

Allumer la mèche en finale est toujours important psychologiquement. Avec une acrobatie à la clé, cela peut même rendre la situation embarrassante pour l'adversaire. André, expert en la matière, a régalé le public avec l'action reine du beach soccer, un ciseau retourné qui a mis les Auriverdes sur orbite.

Les moments clés
10 buts en 12 minutes : Portugal-Uruguay a été le match de tous les records en matière d'efficacité. Tout a commencé en deuxième période, où les filets ont tremblé à dix reprises. Jamais on avait assisté à une telle moisson offensive lors d'un même tiers-temps.

Panne d'inspiration : L'efficacité de Stankovic aura été un facteur déterminant tout au long du parcours des Helvètes. La finale a cruellement démontré combien les résultats de la Suisse dépendaient de la réussite de son numéro 9. Le meilleur réalisateur de la compétition, qui tournait jusqu'ici à deux unités par match, avec toujours au moins un but marqué en première période, n'a pu faire parler la poudre qu'à 24 secondes du coup de sifflet final. Le manque d'inspiration de Stankovic aura donc été fatal à la Suisse, qui s'est appuyée sur ses autres éléments pour signer malgré tout un joli baroud d'honneur en dernière période.

Malgré la déception : À moins de trois minutes du terme, le capitaine suisse Angelo Schirinzi inscrivait le quatrième but pour les Suisses, qui ont su profiter d'une baisse de régime brésilienne pour soigner leurs statistiques. Stankovic et consorts parviendront même à tromper à cinq reprises le portier brésilien : jamais la défense canarinha n'avait été si perméable en finale. Malgré cette défaite de cinq buts d'écart, les Helvètes ont célébré dignement chacune de leurs réalisations en les dédiant à leur public exemplaire.

Lumière, couleur et samba : Les spectateurs ont été gâtés ce soir avec pas moins de 36 buts en trois heures à peine ! Le bouquet final a été de toute beauté. En guise d'adieu, les organisateurs dubaïotes ont offert à leurs hôtes un impressionnant spectacle son et lumières. Outre les éblouissants feux d'artifice, des figures en couleur à l'effigie du beach soccer ont été projetées sur le sable par des rayons lasers. Le spectacle était tellement sidérant que même les infatigables Brésiliens ont momentanément arrêté de danser la samba pour l'admirer. Le pays organisateur peut être fier de lui. Dubaï, merci infiniment !

La stat
21.
21 buts marqués en un seul match, voici un record qui risque de faire date. C'est un véritable délire offensif auquel a assisté le public du match Portugal-Uruguay.

Entendu…
"C'est un plaisir pour moi de jouer dans cette équipe, avec des coéquipiers qui me mettent dans des conditions idéales pour marquer et qui m'ont aidé à battre un nouveau record. Nous voulions au moins ramener une médaille pour récompenser les fans portugais. C'est toujours un honneur de se distinguer individuellement, mais nous espérons aussi devenir champions du monde un jour." Madjer, capitaine du Portugal

"Nous devons tout d'abord féliciter les Brésiliens car ils ont été meilleurs. Je suis également très fier de mon équipe, qui s'est battue jusqu'au bout et a réussi la performance d'inscrire cinq buts face au Brésil. Cette compétition a été formidable et nous avons fait du très bon travail. Nous pouvons être fiers de nous." Angelo Schirinzi, capitaine de la Suisse

"Grâce à Dieu et à ce groupe de joueurs merveilleux, nous avons pu soulever le trophée pour la quatrième fois de suite. La cohésion, le respect et l'amour qui règnent dans le vestiaire ont été les clés de ce quatrième titre, qui vient récompenser un travail immense. Nous voulons dédier cette Coupe du Monde à nos familles, au peuple brésilien et à tous ceux qui nous ont soutenus." Benjamín, capitaine du Brésil