LE FILM DE LA JOURNÉE – Un clásico Portugal - Brésil devenu traditionnel et une affiche inédite avec des néophytes en état de grâce. Voilà le programme des demi-finales. La Suisse a écarté un poids lourd de cette compétition, souvent désigné comme l'un des grands favoris. Ce mois de novembre est décidément béni des dieux pour le football helvétique. Après le titre mondial des U-17 au Nigeria, les "plagistes" ne sont plus qu'à une marche de la finale de la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Dubaï 2009. Cependant, les Confédérés n'auront pas la tâche facile en demi-finale, où ils seront opposés aux redoutables Uruguayens, qui ont éliminé les Espagnols au terme d'un match très intense décidé en prolongation.

Pour ce remake de la finale de Marseille 2008, les Brésiliens n'ont pas tremblé et ont battu l'Italie. Malgré les quatre buts de son capitaine, la Squadra Azzurra a toujours été derrière au score. Quant au Portugal, il a eu un peu plus de mal à se défaire de Japonais survoltés qui les ont maîtrisés jusqu'à la dernier minute. Mais il est toujours difficile de contenir la grinta et le talent de Belchior, qui a fait la décision.

Les résultats
Japon 1:2 Portugal
Russie 2:4 Suisse
Brésil 6:4 Italie
Uruguay 3:2 (a.p.) Espagne

Le but du jour
Uruguay - Espagne, Ricar (36’47’’)

Peut-être pas le plus spectaculaire, mais sans nul doute le plus précieux. Meilleur réalisateur de son équipe, Ricar s'est encore illustré en signant un doublé contre l'Espagne, son deuxième but ouvrant les portes du dernier carré à la Celeste. L'attaquant charrúa veillait au grain dans le dos du gardien espagnol sur le centre de Martín. Bien lui en a pris puisqu'il a profité d'une erreur de Valeiro pour pousser le ballon au fond et envoyer les siens en demies.

Les moments-clés
Belchior, c'est fort
: il a bénéficié de la complicité du sable sur le but de la victoire portugais, inscrit à une minute de la fin dans une tentative pleine de détermination. Et encore, les excellents réflexes de Tomoya Ginoza et les poteaux ont empêché Belchior de faire davantage de dégâts. Pour ne rien gâcher, le numéro 10 portugais a apporté sa pierre à la magnifique combinaison qui a mené à l'ouverture du score. D'une talonnade, il a servi Alan, lequel a adressé un centre décisif à Madjer.

Comment retourner une situation : Les néophytes suisses se sont compliqué la tâche en concédant l'égalisation sur une erreur du gardien Nico Jung. Heureusement pour eux, Dejan Stankovic était là, avec sa confiance inébranlable, pour redonner l'avantage aux siens d'un superbe retourné. Grâce à cet exploit technique, les Confédérés entrent dans le dernier carré.

Coups de pied arrêtés : le capitaine italien Roberto Pasquali a eu beau inscrire quatre buts au Brésil dans le remake de la finale de Marseille 2008, cela n'a pas suffi pour couler les Auriverdes. Signalons que la Seleçao n'a cédé que sur des coups de pieds arrêtés transalpins : deux coups d'envoi, un penalty et un coup franc.

Duel de gardiens : Les 30 dernières secondes d'Uruguay – Espagne ont été épiques. Elles ont notamment permis aux spectateurs de se régaler grâce à deux parades exceptionnelles réalisées par deux des meilleurs gardiens de la discipline. Ces deux interventions ont envoyé le match en prolongation. Valeiro s'est fendu d'une prouesse d'acrobate pour neutraliser une tentative de Martín. Ne voulant pas être en reste, Diego s'est interposé sur une frappe rageuse d'Amarelle.

La stat
5
demi-finales de Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA pour le Brésil. Jamais la Seleçao n'a manqué le dernier carré. Mais elle ne s'y est imposée "que" quatre fois pour atteindre la grande finale. En demi-finale de l'édition 2005, elle s'était inclinée contre… le Portugal !

Donnez votre opinion !
La Suisse va-t-elle continuer à surprendre les observateurs à Dubaï 2009 en écartant l'Uruguay, vieux briscard de cette compétition ?