On connaîtra le 2 septembre 2013, à l’issue du tournoi qualificatif de la zone Océanie, les 16 participants à la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA. Trois équipes - les Iles Salomon, le Vanuatu et la Nouvelle-Calédonie - s’affronteront pendant trois jours à l’Université de Nouméa afin de décrocher leur billet pour la compétition.

Ce tournoi qualificatif se disputera sous la forme d’un mini-championnat, dont le vainqueur rejoindra les Pays-Bas, l’Argentine et le Salvador dans le Groupe B de la Coupe du Monde à Tahiti, première nation des îles du Pacifique à organiser un tournoi de la FIFA.

Mise à part l’Australie, désormais membre de la Confédération Asiatique de Football, seules deux équipes d’Océanie ont déjà participé à une Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA. L’une d’elles, Tahiti, est qualifiée d’office en tant qu’organisatrice du tournoi. La seconde, les Iles Salomon, partira donc avec la faveur des pronostics dans la course au dernier billet qualificatif.

Avec une série de quatre titres consécutifs interrompue en 2011 par les Tahitiens, les Bilikiki ont enregistré quelques victoires de prestige au cours de leurs quatre participations à la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA. Ancien cadre de l’équipe, Gideon Omokirio en est aujourd’hui sélectionneur après avoir pris la succession de Henry Koto. "Toute le monde tire dans le même sens, avec un objectif bien en tête", apprécie Omokirio. "J’ai pu voir pendant le stage de préparation beaucoup de force et de détermination dans ce groupe. On aura besoin de ces qualités pendant le tournoi. "

Les Mélanésiens pourront s’appuyer sur des joueurs d’expérience, comme James Naka, meilleur buteur du dernier tournoi qualificatif en 2011, ou encore Abraham Bird, Nicholas Muri et Fred Hale. Anthony Talo a également fait parler de lui l’an dernier, lors d’un match de groupe de la Coupe du Monde de Futsal de la FIFA en Thaïlande, en inscrivant un but décisif alors qu’il était gardien. Il jouera cette fois comme défenseur...

Des renforts d'expérience
De son côté, la Nouvelle-Calédonie avance masquée. Elle aura en tout cas l’avantage d’évoluer devant son public et pourra bénéficier des conseils experts de son entraîneur, Félix Tagawa, qui a longtemps fait le bonheur de la sélection nationale tahitienne. Les Calédoniens ne manqueront pas non plus d’expérience sur le terrain avec Olivier Dokunengo, qui a conduit l’an dernier son équipe jusqu’en finale de la Coupe des Nations de l’OFC.

Le Vanuatu n’avait pas participé au tournoi qualificatif de la zone Océanie il y a deux ans, mais il a déjà atteint la finale à trois reprises en 2006, 2007 et 2009, pour autant de défaites, à chaque fois contre les Iles Salomon. Les joueurs sortent d’une phase de préparation convaincante, ponctuée notamment par une victoire dans un tournoi australien en avril.

A l’instar de ses adversaires, le Vanuatu fera appel à des joueurs de football à 11, le plus connu d’entre eux étant le gardien Chikau Mansale, qui évolue à l’Amicale, champion en titre dans le pays. "On a tous travaillé très, très dur", confie ce dernier. "On a fait des sacrifices pour en arriver-là et être prêt le jour J."