À l'approche de la finale de Tahiti 2013, FIFA.com a rencontré Joan Cusco, Directeur du tournoi de la FIFA et vice-président de Beach Soccer Worldwide, et Vairani Davio, président du Comité organisateur local, pour recueillir leurs commentaires.

Joan Cusco, Directeur du tournoi de la FIFA et vice-président de Beach Soccer Worldwide
Ses impressions sur Tahiti 2013
Cette compétition s'est parfaitement déroulée, au-delà de nos plus grands espoirs. Nous voulions organiser un événement spécial et nous pensions vivre quelque chose d'unique. Au moment où le tournoi touche à sa fin, nous pouvons dire que cette expérience a largement dépassé nos attentes.

Son analyse sur le jeu
Le rythme a un peu baissé, mais cela me semble normal. Il n'y a pas de quoi s'inquiéter. Bien entendu, personne n'a envie de perdre. Je crois que le niveau de jeu est resté très élevé, dans l'ensemble. Les Tiki Toa ont réalisé des prestations magnifiques, en s'appuyant sur leur technique et leur vivacité.

L'avenir du jeu
Je crois que le beach soccer a un bel avenir devant lui. Cette discipline progresse constamment. Nous nous améliorons sans cesse. Chaque tournoi, chaque match et chaque minute d'antenne nous apporte quelque chose en plus. Nous ne sommes cependant pas près de nous reposer sur nos lauriers, car il y a toujours de nouveaux défis à relever.

La Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Portugal 2015
Cette édition portugaise s'annonce très bien. Le Portugal est l'une des nations phares du beach soccer. La fédération investit énormément dans cette discipline. Je crois que les dirigeants portugais sont très mobilisés sur ce dossier. Les événements tests organisés au Portugal se sont toujours très bien passés. Nous devons maintenant essayer d'organiser une Coupe du Monde encore meilleure que celle que nous venons de vivre, ce qui ne sera pas une mince affaire.

Vairani Davio, président du Comité organisateur local
Les objectifs du tournoi
Dans l'ensemble, nous pouvons être satisfaits. Je fais partie de l'équipe depuis le début et notre première ambition a toujours été de faire la promotion de Tahiti. Sur le plan de la couverture médiatique, cet objectif a été largement rempli. Nous voulions également que le public soit au rendez-vous et les chiffres sont très satisfaisants de ce côté-là aussi.

L'importance de ce tournoi pour Tahiti
Nous avons vécu un moment historique car jamais une Coupe du Monde n'avait eu lieu à Tahiti auparavant. Le gouvernement a compris que le sport pouvait s'intégrer à la stratégie économique de la région. Je pense donc que cette compétition marque un tournant important. Désormais, Tahiti est en mesure d'accueillir de grands événements sportifs. C'est la raison pour laquelle je parle d'un moment historique.