Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2006

Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2006

10 décembre - 17 décembre

;

Internacional, troisième roi brésilien

Trois éditions de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, trois sacres brésiliens : Corinthians en 2000, São Paulo en 2005 et l'Internacional de Porto Alegre cette année. Difficile, au vu d'une telle statistique, de parler de coïncidence. De surcroît, lors des deux dernières finales, le vaincu n'était autre que le champion d'Europe... Japon 2006 fait déjà partie du passé, mais nous nous invitons à une petite rétro.

L'Inter a déjà eu son carnaval à Porto Alegre, où des milliers de personnes l'ont reçu avec les honneurs que justifie désormais son rang, celui de champion du monde des clubs. Déclenchées dès la conclusion de la finale qui a vu les Brésiliens s'imposer 1:0 face au FC Barcelone le 17 décembre, les festivités ont repris de plus belle quand les Colorados sont revenus au pays.

Players of Sport Club Internacional celebrate their victory over FC Barcelona
© Getty Images

Inter : un avant et un après

Cela ne fait aucun doute, dans l'histoire de l'Inter, il y aura un avant et un après Japon 2006. L'entraîneur Abel Braga explique la dimension prise par son équipe : "Nous nous étions fixé un objectif et nous l'avons atteint. Aujourd'hui, nous sommes champions, sur le toit du monde. Le FC Barcelone a une excellente équipe, mais nous avons joué avec beaucoup de courage. Mes joueurs sont de véritables héros".

En demi-finale, les Brésiliens ne font pas forte impression en s'imposant laborieusement face aux Egyptiens d'Al Ahly sur le score de 2:1. De leur côté, les Catalans éblouissent tous les observateurs en écrasant les Mexicains de Club América 4:0. Du coup, c'est dans la peau de David que l'Internacional se présente face au Goliath espagnol. Mais en finale, l'intelligent dispositif mis en place par Braga et les énormes sacrifices consentis par ses joueurs permettent de neutraliser les Blaugranas. Puis comme dans un conte de fées, Adriano porte l'estocade à quelques minutes de la fin et offre le titre aux siens.

"Nous avons fait un match sérieux. Nous étions conscients de plusieurs choses : il allait falloir être très vaillants au marquage, empêcher le FC Barcelone de pénétrer dans l'axe et garder des hommes à l'avant pour les contres. C'est comme ça que nous avons gagné ce match. Si je pense que cette victoire est méritée ? Oui, complètement, car nous jouions contre la meilleure équipe du monde", assurait le capitaine Fernandão après le sacre.

Mais Braga est un insatiable : "En 2007, notre objectif sera de conserver nos titres en Copa Libertadores et en Coupe du Monde des Clubs".

Les Barcelonais disaient vrai...

A peiné arrivés sur le sol japonais, Ronaldinho et Frank Rijkaard assuraient à l'unisson : "Le Barça veut gagner ce titre car c'est le seul qui lui manque, mais il n'arrive pas ici en tant que favori". La phrase en fit sourire plus d'un, mais elle déclencha presque une polémique après la démonstration des champions d'Europe face aux Mexicains. Ce succès 4:0 restera dans les annales comme l'un des plus parfaits exemples du football moderne. Pourtant, au final, la défaite en finale face à l'Inter a donné raison aux Espagnols...

"Alors, vous avez vu que nous n'étions pas favoris !", lançait Deco une fois la défaite 0:1 entérinée. "Nous avons mieux joué qu'eux, mais nous n'avons pas mis nos occasions au fond. L'Inter a bien défendu et a marqué en contre. De toute façon, s'ils ont gagné, c'est qu'ils le méritaient."

Et qu'en dit son collègue Ronaldinho ? "Nous sommes tristes, mais la défaite fait partie de la vie. Tu as beau mériter davantage la victoire, ça ne change rien au résultat. Il va donc falloir travailler pour ne pas reproduire les mêmes erreurs. Ce qui nous a manqué ? Un peu de chance je pense. Maintenant, nous devons nous concentrer sur la Ligue des Champions pour revenir ici l'année prochaine."

Deco (L) of Portugal, forward Ronaldinho (C) of Brazil and defender Rafael Marquez (R) of Mexico 
© AFP

Al Ahly surprenant, América décevant

Premier club à s'être qualifié deux fois pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Al Ahly n'avait fait aucun secret sur son objectif : faire mieux que la sixième place de 2005. Mission accomplie, et de quelle manière ! Le Portugais Manuel José a su respecter la tradition du champion d'Afrique. Pratiquant un jeu ambitieux et agréable, les Cairotes de Mohamed Aboutrika ont commencé par battre Auckland FC 2:0, avant d'inquiéter l'Inter en demi (défaite 1:2) et de monter sur le podium grâce à une belle victoire face à América (2:1). "Je voulais que l'on revienne dans cette compétition pour que le monde entier voie le vrai Al Ahly. Aujourd'hui, c'est chose faite", s'est réjoui Manuel José.

En revanche, la déception est venue de Club América. De par leur palmarès et leur effectif, les Americanistas sont arrivés au Japon en rêvant d'une demi-finale face au FC Barcelone. Les choses ont bien commencé avec une victoire 1:0 en quarts de finale face à Jeonbuk Motors FC. Cela n'a pas empêché les Mexicains de s'incliner lourdement face au grand Barça sur le score de 4:0. La défaite en consolante face à Al Ahly a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase aztèque. "Il ne me reste plus qu'à demander pardon à nos supporters. Nous n'avons pas répondu à leurs attentes", a déclaré Luis Fernando Tena suite au revers 1:2 face aux Egyptiens.

Si Club América a déçu, ce n'est pas le cas de Jeonbuk Motors FC, l'une des bonnes surprises de la compétition nippone. Grâce à sa bonne circulation de balle et à sa belle organisation tactique, la formation sud-coréenne a considérablement gêné les Mexicains, ceux-ci ne s'imposant que par la plus petite des marges. C'était avant que les Asiatiques ne brillent de mille feux dans le match pour la cinquième place, remporté 3:0 face au Auckland FC. Défaits lors de leurs deux sorties, les Néo-zélandais doivent rester optimistes car ils ont le potentiel pour s'améliorer. Dans les deux camps, le bilan est en tout cas le même : "Nous voulons profiter de l'expérience acquise cette année pour revenir l'an prochain".

Art Deco

Le Groupe d'études techniques de la FIFA n'a pas eu la tâche facile pour désigner les meilleurs éléments de cette Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. Cela dit, au vu de ses deux prestations, notamment celle face à l'América en demi-finale, Deco a montré qu'il était un ton au-dessus. C'était donc justice de lui octroyer le Ballon d'or.

Le Ballon d'argent est revenu au Brésilien Pedro Iarley, très constant et décisif en finale, puisque c'est lui qui a servi Adriano sur le but du titre d'Internacional. C'est peut-être ce détail qui lui a permis de devancer son compatriote Ronaldinho, Ballon de bronze.

Bien qu'évoluant dans des clubs moins huppés, certains joueurs se sont montrés tout à fait à la hauteur de l'événement. Nous pensons en premier lieu à l'Egyptien Mohamed Aboutrika, d'Al Ahly, chef d'orchestre de la formation cairote et meilleur buteur de la compétition avec 3 buts. Saluons également les belles prestations du gardien de l'América Guillermo Ochoa et du milieu de terrain des Motors Kim Hyeung Bum.

Players of Sport Club Internacional celebrate FIFA Club World Cup Japan 2006 title
© Getty Images

Classement final

  1. Sport Club Internacional (BRE)
  2. FC Barcelone (ESP)
  3. Ahly Sporting Club (EGY)
  4. Club América (MEX)
  5. Jeonbuk Hyundai Motors FC (KOR)
  6. Auckland City FC (NZL)

Sites : Stade national (Tokyo), Stade Toyota (Toyota) et Stade international (Yokohama)

Buteurs

  1. Aboutrika Mohamed (Al Ahly), 3 buts
  2. Flavio (Al Ahly), 2 buts

Adriano (Internacional), 1 but - ex aequo avec 10 autres

  1. joueurs.

Nombre total de buts : 17, soit une moyenne de 2,43 buts par match

Affluence : 302 142 spectateurs, soit une moyenne de 43 163 par match

;

Second tour

;

COUPE DU MONDE DES CLUBS - CHRONOLOGIE